bel.hassin RISSALA
Co fondateur Association RISSALA
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 juin 2021

Rapport de l’ONU : Altice – SFR soutien l’occupation de la Palestine.

Quatre ans d’attente avant que le HCDH ne publie la liste des entreprises complices des crimes de l’occupation en Palestine. Parmi ces entreprises, certaines font parti de notre quotidien. Les consommateurs ne peuvent en toute conscience et moralité soutenir cette complicité de génocide, de nettoyage ethnique d’apartheid et de crime contre l’Humanité.

bel.hassin RISSALA
Co fondateur Association RISSALA
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Altice SFR fait partie de la liste des sociétés soutenant l'occupation illégale des territoires Palestiniens © RISSALA

Mieux vaut tard que jamais !

La liste du HCDH (Haut-Commissariat des Droits de l’Homme des Nations unies) est longue et certainement incomplète.

Ce qui nous concerne en France, c’est la stupeur des consommateurs français de voir des entreprises présentent dans leur quotidien.

En 2021, il est inconcevable de contribuer depuis la France et d’être complice directement ou indirectement aux crimes parmi les plus odieux que n’ait connue l’Humanité.

 A lire : Le rapport officiel du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits humains

A lire aussi : Rapport et liste complète

Nous retrouvons dans cette liste 118 entreprises et maisons mères. Celles-ci sont accusées de fournir des prestations aux forces d’occupations, de contribuer à la colonisation, à l’expropriation, à l’apartheid. Elles sont accusées également de s’enrichir sur le dos des palestiniens en contribuant au crime et en utilisant des ressources qui leurs sont spoliées.

Parmi ces entreprises ont peut retrouver SFR sous le couvert de sa maison mère ALTICE EUROPE et de son patron Patrick DRAHI.

Patrick DRAHI, l’homme d’affaire de 58 ans, né au Maroc de nationalité française puis ayant adopté la nationalité de l’entité occupante en Palestine, agirait selon La Tribune et Haaretz « avec des motivations sionistes sincères afin d’améliorer l’image d’israel ». Cette motivation l'a poussé à créer la chaine de (dés)information i24News.

Outre SFR et i24News, l’empire DRAHI c’est également BFMTV, RMC, Libération, L’Express, et….. quelques accusations d’évasions fiscales.

BFMTV : CHAMPIONNE DE L'ÉVASION FISCALE © Le Média

De quoi est accusée l’entreprise dans les territoires palestiniens occupés ?

La société est accusée de contribuer à la colonisation illégale des territoires palestiniens et de s’enrichir sur le dos de se même peuple palestinien. Elle bafoue le droit international qui reconnait l’illégalité de la colonisation.

Peut-on continuer de participer à la colonisation et au massacre, et continuer d’enrichir cette empire mafieux de la propagande et la désinformation ?  Il en va du devoir de chacun-e de prendre des mesures légales afin d’arrêter cette impunité.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart