L'EPR un projet inutile et dangereux, disions nous il y a 15 ans...

En annonçant ce matin que « compte-tenu des nombreux écarts survenus lors de la réalisation des soudures de traversées de l’EPR de Flamanville, celles-ci devaient être réparées » l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), malgré les pressions d’EDF, a confirmé l’avis du groupe permanent d’experts du nucléaire .

En annonçant ce matin par communiqué de presse[1] que « compte-tenu des nombreux écarts survenus lors de la réalisation des soudures de traversées de l’EPR de Flamanville, celles-ci devaient être réparées » l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), malgré les pressions d’EDF, a confirmé l’avis du groupe permanent d’experts du nucléaire qui avait dès le 11 avril recommandé cette solution, même si elle devait retarder la mise en route de la centrale de Flamanville d’au moins 3 ans jusqu’à la fin 2022…Au delà des nombreuses questions de politique énergétique, industrielle et environnementale que suscite ce nouveau report, notons néanmoins qu’EDF apporte aujourd’hui, une confirmation éclatante des propos que Global Chance tient depuis plus de 15 ans sur cette question.

En janvier 2004 notre association publiait en effet déjà un numéro des Cahiers de Global Chance (n°18) intitulé « Le réacteur nucléaire EPR : un projet inutile et dangereux » et montrait en particulier[2] que s’il devait être finalement construit, ce réacteur serait inutile, dans la mesure où la France n’aurait pas besoin de grande centrale de puissance (nucléaire ou non) avant 2025, alors même que les perspectives d’évolution de la consommation française d’électricité de l’époque étaient bien supérieures à l’évolution constatée. Depuis 2012, date à laquelle Flamanville aurait dû démarrer, la France s’est passée sans difficulté pendant 7 ans de la production de Flamanville et tout laisse à penser, vu l’évolution prévue de la demande d’électricité nationale, qu’elle va continuer dans cette voie d’ici 2023…

Il est par contre bien dommage que la confirmation de cette inutilité ait coûté au bas mot 12 milliards d’euros au consommateur…

Et puis, au point où l’on en est, ne serait il pas plus raisonnable d’attendre, pour démarrer ce réacteur, l’arrivée de son couvercle définitif, en 2024, plutôt que de le faire démarrer pour un an ou deux avec un couvercle « hors norme » qui déroge de fait aux règles de sûreté ?

 

[1] https://www.asn.fr/Informer/Actualites/EPR-de-Flamanville-les-huits-soudures-de-traversee-devront-etre-reparees

[2] http://www.global-chance.org/IMG/pdf/GC18p20-24.pd

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.