11.09: Pour Tarnac, du souffle et du soutien!

Vendredi 11 septembre, 20h30,
à la salle des fêtes de Faux-la-Montagne (23).
Concert exceptionnel du SURNATURAL ORCHESTRA
en soutien à la défense des mis en examen de l'affaire dite "de Tarnac".


affiche



La rumeur enflait depuis des semaines sur les réseaux sociaux, elle est désormais confirmée : SURNATURAL ORCHESTRA jouera donc bien à Faux-la-Montagne vendredi 11 septembre prochain à 20H30. Comble de la provocation, qui n'étonnera plus personne venant de la célèbre fanfare parisienne, ils joueront en soutien aux inculpés de Tarnac en cette date rien moins que symbolique.

Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore ce "groupe " de vingt musiciens furieusement talentueux et scandaleusement improvisants, mêlant tout ce que la musique peut condenser d'énergie pour la faire exploser en pulsations corporelles et mentales, voici leur propres mots :
" Presque douze ans, déjà. Machin musical, trombe claironnante ou petit animal tapi, droit devant : l'organum polyglotte. Surnatural Orchestra, presque vingt fois dix doigts de musiciens et leurs chaperons son et lumière, réunis dans leur enchantement pour la joie des oreilles et du cœur. Parce qu'elle fut fanfare, la troupe en conserve la fougue et la débride, le goût de la mesure cassée, dite démesure, l'énergie qui donne envie, le déploiement des beaux costumes, des belles coutumes qui font que l'on donne sa sueur dès que jouent les doigts, des clés du tuyau à la peau de la caisse... Vrais indices : quelques ragas endiablés, ciné-concerts véritables et bruts, valses à deux temps, tutti orchestraux, hip hop et sauvage parole... Où courras-tu demain, train de nos envies ??"

http://www.surnaturalorchestra.com/

Venez nombreux!

La chanson de geste de l'affaire de Tarnac continue. Après l'inattendue ordonnance de renvoi de la juge d'instruction qui, au bout de sept ans d'acharnement, et en plein mois d'août, abandonnait une partie des charges et la fameuse qualification "terroriste"sur l'ensemble, le parquet de Paris faisait appel de la qualification et du non-lieu partiel.
Le parquet de Paris, grand instigateur de la justice antiterroriste de ce pays, jaloux de son pouvoir de désigner qui il veut, quand il veut, de cette marque d'infamie, est le gardien féroce de la souplesse extrême de cette catégorie qui permet de s'affranchir de toute limites, et qui n'est autre que la traduction en droit et en morale de la vieille notion d'"ennemi intérieur". Le parquet de Paris, donc, a fait appel de l'ordonnance de la juge, renvoyant aux calendes grecques le dénouement de cette tragi-comédie de l'antiterrorisme à la française. Les mis en examen auront donc encore à ferrailler quelques années avec ces sombres institutions que sont le parquet antiterroriste et leurs sbires "secret-défense" de la DGSI ou de la SDAT regonflés à bloc par la toute dernière "loi sur le renseignement" qui leur donne un véritable blanc-seing.

D'où la nécessité de ne pas lâcher, de réaffirmer un soutien, non pas tant aux mis en examen eux-mêmes, mais à un travail de défense plus que jamais nécessaire contre ce qui n'est rien d'autre qu'un travail de basse police politique qui ne dit pas son nom.



Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.