CHARLIE HEBDO: ou comment compenser en stupidité ce qui manque à l'intelligence

Je ne suis pas Charlie Hebdo. Surtout pas.

Il y a ceux qui construisent et ceux qui détruisent
Le dialogue inter-religieux Chrétiens-Musulmans a commencé en 1076 avec le pape Grégoire VII et se poursuit de nos jours par le travail d'instituts, de fondations et d'organisation des deux religions.

Lorsqu'au nom de la liberté Charlie Hebdo publie des satires qui insultent une religion et son fondateur, lorsqu'il s'agit le l'Islam c'est mettre 950 ans de dialogues à risque, c'est insulter le milliard et demi de pratiquants de cette religion, mais surtout c'est dangereux. La preuve.

"Le dénigrement est la passion de l'insuffisance" écrivait St Thomas d'Equin. Les gens de Charles Hebdo l'ont largement démontré. 

Lorsque "liberté d'expression" se transforme en "diffamation" la Démocratie est discréditée.
La médisance n'est pas une valeur, c'est l'apologie de la faiblesse. Il est vrai que le chemin de l'absurde est bien plus large que celui du discernement.

Lorsque l'on met consciemment en danger la vie des autres, c'est stupide et c'est un délit.

Je ne suis pas Charles Hebdo. Dieu merci.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.