Benjamin Sourice
Auteur, blogueur, agitateur
Abonné·e de Mediapart

17 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 août 2014

Les OGM «bientôt dans nos assiettes», le docu investigation de la rentrée

« Bientôt dans vos assiettes », c’est le titre de la nouvelle enquête du reporter Paul Moreira qui sera diffusée le 1er septembre à 20h45 sur Canal+ pour le magazine d’investigation 90 minutes. Dans ce documentaire, le journaliste mène une enquête de terrain sur les OGM.

Benjamin Sourice
Auteur, blogueur, agitateur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Paul Moreira dans un champs de soja GM en Argentine © 

« Bientôt dans vos assiettes », c’est le titre de la nouvelle enquête du reporter Paul Moreira qui sera diffusée le 1er septembre à 20h45 sur Canal+ pour le magazine d’investigation 90 minutes. Dans ce documentaire, le journaliste mène une enquête de terrain sur les OGM. « J’ai voulu sortir des querelles de laboratoires et remonter toute la chaîne » explique le réalisateur Paul Moreira, enquêtant depuis les champs de la pampa argentine, haut lieu de production, jusque dans les coulisses des ambassades ou les réunions de lobbyistes à Bruxelles.

En Argentine, il découvre au fil des rencontres avec des dirigeants, des agronomes ou au contact des populations affectées « qu’après quinze ans d’applications, le Roundup pulvérisé sur le soja transgénique ne tue plus les mauvaises herbes ». Il révèle alors la face cachée des OGM : des cocktails aléatoires de pesticides, pour certains interdits en Europe, sont épandus pour lutter contre les mauvaises herbes devenues tolérantes. Ingénieurs et autorités admettent alors ne rien savoir des risques pour la santé de ces mélanges chimiques. Depuis la province du Chaco, « la nouvelle frontière agricole argentine », il donne un éclairage glaçant d’une guerre sociale larvée contre les pauvres des campagnes. Les laissés pour compte de l’agriculture industrialisée sont chassés de leur terre à coup de fumigation et leurs enfants sont victimes d'expositions régulières aux produits chimiques épandus sous leurs fenêtres.

Il cherche alors à « comprendre comment les OGM modifiaient le monde et comment ils avaient réussi à s’imposer de manière aussi implacable », revenant notamment sur les stratégies d’influence des entreprises du secteur, comme Monsanto, Dupont ou Dow. Il rappelle notamment l’influence des ambassades américaines dans le soutien aux biotechnologies comme le révéla Wikileaks en publiant des milliers de câbles diplomatiques. Dans les coulisses de la politique étrangère américaine se dévoile alors l’importance géostratégique des OGM pour les intérêts économiques et sécuritaires des États-Unis. Pas étonnant dès lors que des lanceurs d’alertes, comme le Pr Séralini, soient si violemment attaqués lorsqu’ils évoquent « les risques cachés de ces plantes pesticides ».

Alors, les OGM « bientôt dans nos assiettes » ? Le titre fait référence au projet d’accord transatlantique (TAFTA/TTIP) négocié depuis juin 2013, car il s’agit en effet pour nombre d’observateurs, comme l’Eurodéputée Corinne Lepage, de la nouvelle étape de cette « guerre de basse intensité » pour imposer les OGM dans le monde et qui pourrait « remettre en cause le principe de précaution ». Ces accords imposeraient alors aux Européens d’abaisser leurs normes sanitaires ou exposeraient les États réfractaires à des poursuites financières menées par les multinationales du secteur agrochimique.

Le reporter Paul Moreira réussit ainsi à dresser un tableau global de la question OGM, où la géopolitique et les intérêts économiques d’États et d’entreprises sont confrontés aux réalités agricoles et sanitaires d’une technologie qui s’est imposée sur de fausses promesses au sacrifice des populations rurales et de la santé.

Bientôt dans vos assiettes... de gré ou de force ! de Paul Moreira (Premières lignes télévision) sur Canal + le lundi 1er septembre 2014 à 20h45

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis