Blanc

Pourquoi, je voterais Blanc, en Nord-pas-de-Calais-Picardie.

Dimanche j'irais voter :

pour dire non :
- à un parti qui classe et oppose les humains entre eux (xénophobes), réactionnaire, violant, autoritaire.

pour dire non :
- à un parti : qui veut que chacun lutte les un contre les autre, au détriment des faibles (néolibéralisme, déréglementariste), qui veut que l'on vive dans la suspicion réciproque et la surveillance des uns contre les autre (sécuritaire), qui refuse droits et dignité égal pour chaque être humain (conservateur-réactionnaire-populiste)

pour dire non :
- à un parti qui "stratégiquement" laisse toute la place et la pensée aux deux premiers,
parce qu'il en partage, en fait, leurs convictions car il est néo-libéral (Thatchérien) ; néo-faucon (Bush - exemple) ; et seulement par déclaration humaniste et écologiste.

parce que je reconnais la défaite :
- celle de l'humanisme qui n'est plus porté par aucun parti. Car l'humanisme est le seul pour luter contre ces courants (un exemple d'action et donc de non renoncement) qui s’alimentent les uns les autres.
- parce qu'il faut, néanmoins, que cette opinion apparaisse séparément dans le décompte final.
- et parce que m'abstenir, se serait dire qu'au font, j’adhère, le les laisse faire aux affaires.
Je serais donc représenté par opposition légalement non représenté.
Et j'ai l'espoir de convaincre mes compatriotes qu'il est possible et réaliste de construire un pays où chacun à droit au respect de sa personne, de ses convictions, de son environnement, de sa dignité et de ses droits.

* voir aussi tribune pour PACA
* voir aussi l’intervention de : André Déchot, spécialiste de l'extrême droite, responsable de la Ligue des droits de l'homme, coauteur de La Galaxie Dieudonné
* mise à jour 10/12 autre alternative :
Le deuil de la démocratie représentative.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.