Chère salle de spectacle et de contrôle de la francité !

De quelle manière, la liberté de pensée et de conscience des spectateurs est préservée ; alors qu'ils doivent, pour y rentrer, montrer "patte blanche", de justifier subliminalement qu'ils sont "de bon français laïque" du fait de fouilles et filtrages systématiques ? ~ Question posée aux lieux culturels.

Bonjour,
et meilleurs vœux pour cette nouvelle année 2016.

Je souhaiterais vous questionner,
au sujet de l'application du plan de restriction des libertés,
suite aux attentats et violences de(s) l’année(s) précédente(s).

Si, l'application des mesures n’était qu'une simple gènes
et une simple contraintes,
je ne prendrais pas le temps de vous écrire.

Il me semble, que ces mesures ne sont pas simplement un rassurage,
ni même une mesure de dissuasion et de détection.

Elles sont un geste d'intrusion et de fouille systématique,
ainsi que de présence d'intimidation dissuasive.
elles ne sont pas anodine.

Votre salle, votre lieu culturel n'est pas qu'un lieu de divertissement.
Ainsi, devoir montrer "patte blanche",
être en mesure de justifier subliminalement
que l'on est "un bon français laïque",
à l’entrer d'un lieu de culture, un lieu d'agora,
où l'esprit se construit ou pas,
d'un lieu pour simplement se changer les idées,
contempler des beautés, ou somnoler,
d'un lieu de réflexion sur le monde, sur l'humanité ;
où comme spectateur singulier, à partir de son parcours
et où comme spectateur-visiteur-citoyen je peux,
de plus, avoir besoin de pudeur pour me construire,
pour m’approprier le lieu et ce que je voie ;
devoir être confronté à l'application de cette mesure,
me semble antagoniste.

Ainsi, je voudrais savoir la position de votre salle spectacle vivant/ lieu culturel
vis-à-vis de ces mesures,
Et de quelle manière, vous vous les êtes appropriées,
voir même comment vous les "détourné",
pour rendre aux spectateurs sa liberté de pensée et de conscience,
du moins la préserver.

Si c'est le cas,
comment associez-vous les services de vigilances phallocratiques à votre démarche,
Ou bien sont-ils de simple objet que vous louez.

(d'ailleurs, même si ce n'est pas le sujet principal de ce courrier,
je m'interroge, sur le coût culturel que ces mesures impliques,
- budget qui ne sera pas alloué à de l'éducation populaire,
véritable remède aux atrocités ainsi qu'un des outil de prévention -
budget qui sera par la suite perdu, je suppose -
mesure qui sont une éducation des personnes fouillés
à la soumission à d'autres personnes ;
apprentissage pour les fouilleurs
à la banalisation de l’intrusion dans l'autre.)

Comment vote lieu culturel, votre salle de spectacle vivant
répond-elle aux réponses barbares apportées
aux actes barbares ?

Bien cordialement

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.