Il déchet ! Un acte de responsabilité ?

Déchéance de nationalité constitutionnel et état d'urgence : une avancée pour la langue française ?

"Il déchet !"

M
vous-vous apprêtez à conférer un statut constitutionnel à ce pouvoir de l'exécutif,
du moins à en accroître le champ.

Par la suite pourra être répondu :
- "Déchoyez, déchoyez, je n'en demeure pas moins un être humain libre !
j'en sera bien plus libre sans les contraintes
des droits subit par l'attachement à une nationalité."
voici pour la forme soutenu.

plus probablement, nous sera répondu !
- "Wesch, déchois, j'm'en fou, j'fais, ce k' ve ! bouffon !"

Je suppose que vous n'avez jamais été de ceux,
qui luttent contre ces parents qui se défausse de leurs responsabilités parentales,
vers la société ?
Congédiant définitivement leur enfant :
- "Dégages, casses-toi, 
- chez ta/ton mère/père (pour les cas des parents séparés) ! -
Je ne te connais-plus, remets plus, de ta vie, les pieds ici !"
(peut-être pour certain de ces parents,
- ne les excusons pas -
ils ont été débordé par un rejeton, ou encore parce
qu'ils n'avaient pas les outils pédagogiques à leur disposition,
ou encore la maturité, ou le sens des responsabilités !
- n'essayons pas d'en comprendre les causes -)
Ces parents, débordés, éliminent "un problème".
Ils le font sortir de leur vie, ils renoncent à leurs responsabilités.
Ils livrent leurs enfants, à la plus grande oisiveté,
(Elle était, probablement, déjà précédemment fort grande ?)
Ces individus livrés à eux-même,
suivront, cette fois, irrémédiablement,
alors, les plus mauvaises pentes,
sans possibilités de retour,
chassés, bannies, ils ne pourront plus,
imaginons, par exemple,
si l'amour leur sourit et vouloir présenter leur conjoint,
ou leur enfants, à leur parents,
se raccrocher à des bras qui pourrait se rouvrir,
brefs ils sont acculés dans leur dégringolade !
Vous, n'êtes pas de ceux qui considèrent
que ces parents se doivent d'être responsable
et d'assumer le devoir de géniteur ?

Voici pour cette analogie, hasardeuse,
puisqu’il n'est pas possible de penser,
que nous agissions comme ces parents irresponsables,
débordés, incapables de gérer un problème,
parce que notre vie, nos activités,
nous avaient détournées de l’attention
que nos concitoyens auraient nécessité.
Nous ne sommes pas comme ces parents qui refilent à la société,
un problème qui ne gèrent plus.
Ici, il n'est pas question de fuir nos responsabilités,
en renvoyant ces personnes vers d'autres pays,
d'ailleurs, ces autre états, auront beau jeux de se défausser,
probablement comme certain de ces conjoints,
l'un vers l'autre,
permettant aux dits enfants de se jouer de l'un et de l'autre.
Certes, il y a la communauté internationale,
malgré son absence total d'institution adapté.
Ainsi, il n'y aura plus de référent pour ces personnes.
Elles se retrouveront définitivement libre, livrées à elles-mêmes,
totalement libérés de toutes obligations sociales,
quand bien même elles seraient en opposition avec celles-ci,
forme ténue de lien, aux conséquences forts peu appréciable, ma foi.
Ainsi libérés des liens de notre nations, à brides abattues,
elles trouveront les voies de la sagesse
et les instituions référentes qui leur ont fait défaut.
elles ne seront pas embarqués par de mauvaises fréquentations.
Elles n'auront pas la tentation de penser,
suite aux malheureux enchaînement de leurs rencontres
que leur situation telle qu'elle est, est une impasse,
et qu'elle n'ont plus d'extrémité que qu'aller au bout de celle-ci,
et au mieux resteront-elles avec des personnes
qui comme elles n'ont pas d'autres issues !

Déchoyons, donc !

Je note un autre bénéfice,
si je ne fais pas d'erreur,
cette réforme constitutionnelle,
va enrichir notre langue d'un nouveau temps au verbe déchoir.
Allez vous prendre les mesures nécessaires,
auprès des institutions ad oc,
pour que son présent de l'impératif soit officialisé ?

D'autre part, je suppose qu'avec le nouveau garde des sceaux,
l'état d'urgence pourra être pérennisé et renforcé,
afin de gommer les liens encombrant d'un certain juridisme,
ainsi que les freins que faisaient peser un pouvoir judiciaire indépendant,
le passage du président de la commission des lois au portefeuille de la justice,
permettra de gagner en efficacité dans le travail législative,
travail qu'il vous économisera.
En effet, la séparation des pouvoirs est un paradigme qui est devenu obsolète.
En son temps, il avait été conçu pour mettre fin à un pouvoir absolue,
pouvoir entre autre exercé arbitrairement par lettre de cachets,
par le bras des gens d'armes du monarque.
Mais notre constitutions nous dit que nous somme une république !
Soyons efficace, le monde va trop vide.

M
allez-vous procéder à la réforme grammaticale,
du moins la mise à jour que la nouvelle constitution impose,
pour le meilleur rayonnement de notre belle langue et de notre grande culture.
dans l'attente de votre réponse.

bien cordialement
et meilleur vœux, si je ne vous les ais déjà transmis.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.