Benoit Croteau
Psychiatre
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 31 oct. 2019

Benoit Croteau
Psychiatre
Abonné·e de Mediapart

Critique de la psychiatrie actuelle

Je suis médecin-psychiatre depuis 23 ans. Après près d’un quart de siècle en pratique, je vis encore avec le sentiment que la spécialité médicale qu’est la psychiatrie ne joue pas du tout le rôle qu’elle devrait jouer en médecine.

Benoit Croteau
Psychiatre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je suis médecin-psychiatre depuis 23 ans. Après près d’un quart de siècle en pratique, je vis encore avec le sentiment que la spécialité médicale qu’est la psychiatrie ne joue pas du tout le rôle qu’elle devrait jouer en médecine. D’une part, elle s’est écartée de la science médicale en délaissant l’observation empirique et la rigueur de la démarche scientifique au profit d’une pseudo-science de la psyché, laquelle se trouve ainsi dénaturée et transformée en une multitude d’objets (troubles mentaux) constitués de façon consensuelle à partir de symptômes définis de façon superficielle. D’autre part, en s’éloignant du vécu singulier de l’expérience de l’être humain souffrant, elle a perdu son humanisme et ce pourquoi elle a pris naissance au début du XIX° siècle.

Retrouver cet cet esprit originel de la psychiatrie, c’est ce qui m’a conduit à quitter la pratique hospitalière - application purement technique du savoir des « troubles mentaux » -, pour fonder une clinique spécialisée, humaine et à la mesure des besoins des personnes malades au niveau de leur psyché ou constitution nerveuse.

Cela fait toute la différence pour les patients.

Mais évidemment ce n’est pas suffisant. Au-delà de ce qui est dans le champ de ma portée, je constate le désastre : des êtres humains souffrant dans leur chair, recherchant de l’aide, se heurtant à la place à des mirages ou se faisant repousser dans un désert exempt d’humanité. Profondément touché par la série de tragédies qui a été médiatisée à l’automne et l’hiver dernier, c’est maintenant pour moi une exigence morale de m’engager socialement pour contribuer à la mise en place au Québec d’un système de prise en charge adéquat pour le traitement de la maladie psychiatrique.

J’exhorte tous les psychiatres qui font la même lecture de la réalité à se joindre à moi pour sortir la psychiatrie de cet état de stagnation, soutenue par une approche dogmatique ne reposant sur aucun fondement. Comme premier pas, je rédige ce mémoire à l’attention de la ministre de la Santé, Madame Mc Cann, dans le cadre du forum « Forum Jeunes et santé mentale (2019/05/13) ». J’y expose mon analyse de la défaillance des soins en psychiatrie et fait des recommandations précises sur les structures publiques devant être, selon mon point de vue, changées radicalement. Enfin, je dédie ce mémoire à Alec, Olivier, Marylou, Marianne, Loïc et à tous les autres jeunes qui, comme eux, auraient pu éviter l’irréparable.

A. INTRODUCTION

L’insuffisance de la psychiatrie clinique universitaire

Le psychiatre n’est-il pas un médecin philosophe à l’origine?

Avant même la naissance officielle de la psychiatrie comme science médicale et après sa naissance au XIX°siècle, du moins, au tout début, on retrouve : Empédocle, Hippocrate, Platon, Aristote, Galien, Arété, Jaspers, Boss, Bollnow, Binswanger, Khun (découvreur de l’imipramine pour son action antidépressive) et bien d’autres. Auparavant, le psychiatre pensait. Or, il est perçu aujourd’hui comme un technicien. Et pourtant, son « domaine d’objets » l’oblige à être aussi un penseur. Le mode d’être de l’être humain n’étant pas le même que le mode d’être de la chose, il est nécessaire que, dans son rapport de savoir avec son « domaine d’objets », le psychiatre se pose la question du fondement de sa science et réfléchisse sur la méthode avec laquelle il s’y prend pour délimiter et définir son propre « domaine d’objet ».

Pour lire la suite, cliquez ici.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise