Toulouse : nous n’aurons pas le TGV (et on s’en fiche).

Pour faire Bordeaux-Marseille en train, il vaut mieux passer par Paris. Merveilleuse organisation du territoire à l'heure de la transition énergétique et des serrages de ceinture.

Élisabeth Borne, ministre des transports était invitée de la matinale de France Inter il y a quelques mois (20 juillet). Extraordinaire numéro de langue de bois (i.e. : « il faut une nouvelle mobilité et en même temps, il ne faut pas négliger les moyens »), mâtiné de ridicule. À l’auditeur ariégeois qui évoquait la question de la mobilité en milieu rural, la ministre retoquait que le vélo électrique figurait parmi les solutions… À la bonne heure ! Assurément, il y a moins de dénivelé entre la rive gauche et la rive droite de la Seine qu’entre Tarascon et Saint-Girons… Alors que le Tour de France s’époumonait dans les Alpes, le journaliste n’a même pas réagi. Torpeur médiatique.

Mais pour nous Occitans, nous avons compris que le TGV jusqu’à Toulouse, c’est walou ! On entend déjà gronder toute la région sur cet énième douche-froide, cette infamie, cette injustice, ce rêve piétiné depuis 20 ans ou presque. Il faut s’y résoudre, à Toulouse on décolle et on atterrît, le train n’y a pas grâce. D’ailleurs à Francazal, le 1er régiment du train (le seul en France) a été dissout en 2016.

On restera donc sur une illustration de ce merveilleux exemple de planification jacobine : pour faire aujourd’hui Marseille - Bordeaux, il est plus rapide de passer par Paris (1350 km, 5h06) que par Toulouse (640 km, 6h10). C’est le nouveau visage de la transition écologique à la sauce SNCF, gavé jusqu’à l’écœurement des nouveaux slogans, aussi creux que cons, du type « prenez le temps d’aller vite ».

Cessons tout sarcasme et prenons le gouvernement au mot. Développons les liaisons qui ont du sens, la plupart ne passant pas obligatoirement par la Capitale. Par exemple, en Occitanie, ce qu’il nous faut c’est une liaison rapide (une heure / 240 km) entre les deux capitales régionales que sont Toulouse et Montpellier. A défaut d’utilité réelle, que la fusion des régions serve au moins à cela.

Carte isochrone TGV Paris-Province 2017 Carte isochrone TGV Paris-Province 2017

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.