Benoit PRADERIE
Abonné·e de Mediapart

37 Billets

0 Édition

Billet de blog 31 juil. 2014

Benoit PRADERIE
Abonné·e de Mediapart

Putsch anti-éolien de l'armée ?

Benoit PRADERIE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Personne ne conteste que notre défense ait besoin d’imposer au pays un certain nombre de servitudes aériennes pour remplir ses missions.

Par exemple : (i) le Réseau Très Basse Altitude (RTBA) rassemble des zones réglementées permettant aux pilotes de chasse de s’entraîner ; (ii) les radars ont besoin d’un périmètre protégé pour bien fonctionner (≈30 km de diamètre) ; (iii) certains sites sensibles comme les centrales nucléaires bénéficient d’un périmètre de protection (≈10 km de diamètre), etc. Ainsi, environ 15% du territoire national est concerné par ces servitudes et les éoliennes notamment, doivent donc les respecter.

La Défense a également défini d’autres secteurs d’entraînement (VOLTAC[1] ou SETBA[2]) mais ceux-ci ne sont pas assimilables à des zones à statut réglementaire et ne sont donc pas opposables aux autres usagers. Aux pilotes d’appliquer la règle « voir & éviter ».

Ceci étant dit, l’armée considère aujourd’hui qu’il y a assez d’éoliennes[3], faisant fi du retard français en la matière et surtout de la future loi sur la transition énergétique dont un des 3 piliers est le développement massif des énergies renouvelables. De quel droit ?

L’armée est ainsi en passe d’interdire unilatéralement l’installation d’éoliennes sur près de 60% du territoire. Un vrai « putsch » !

Les secteurs VOLTAC et SETBA s’imposeraient donc au mépris de la loi. Mais ce n’est pas tout : le périmètre de protection des radars passerait à 90 km de diamètre (soit une surface interdite de plus de 6.000 km2 par radar !), celui des centrales nucléaires serait multiplié par 6 pour atteindre 60 km de diamètre ! Les éoliennes constitueraient-elles une si grande menace ?…

Le Ministre de la Défense a vu le vent venir (!) en créant une commission de « concertation » avec les professionnels, présidée par le Général Labourdette. Un piège de fait, si l’on en croit les premiers retours, car il ne s’agit pas de discuter mais d’informer et d’imposer.

Constatons le ridicule de la situation en comparant avec notre voisin germain. L’armée de l’air allemande disposait fin 2012 de 223 chasseurs, la française de 226. Et pour les hélicoptères de combat, les flottes des deux pays sont sensiblement les mêmes. Avec 357.000 km2 et 80 millions d’habitations, l’Allemagne a une densité de population deux fois supérieure à celle de la France. Et fin 2013, il y avait 32.500 MW éoliens en Allemagne, 8.143 en France. Il y a donc un facteur 8 d’appréciation.

Nos avions sont-ils plus balourds, nos pilotes moins formés, nos radars moins performants ? Plus grave, la Défense milite-t-elle pour la Fédération Environnement Durable (la bien nommée (sic) association exclusivement anti-éoliennes) ?

On pourra aussi rappeler que l’armée a validé les Schémas Régionaux Climat Air Energie issus du Grenelle de l’Environnement. Est-ce pour revenir dessus moins de 2 ans plus tard ?

En ces temps de disette économique et d’une certaine nonchalance de l’exécutif à mettre en œuvre la transition énergétique, ce « putsch » jetterait aux catacombes des milliers de mégawatts utiles et nécessaires[4] et fragiliserait encore plus des dizaines de PME. Peut-on se le permettre et au nom de quoi ?

L’armée voudrait donc nous faire croire qu’elle se sent « à l’étroit ». Mais il y a loin de la coupe aux lèvres. Beaucoup de nos respectés militaires sont aussi des pères (ou des mères) de famille, pour qui la transition énergétique signifie quelque chose qui ne doit pas être dévoyé par quelques gradés au képi trop aérien.


[1] Zones de vols tactiques pour l’entrainement des hélicoptères de combat notamment

[2] Secteur d’Entraînement à Très Basse Altitude à vue

[3] Entre les parcs existants et les projets connus

[4] En Aquitaine par exemple, 700 sur 900 MW sont concernés (soit près de 80% !). Dans l’Est ou dans le Centre, ce sont de même, des centaines de MW en projet qui seraient caduques.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Chinois défient la répression dans la rue sur l’air de «L’Internationale»
Le mouvement de protestation contre les mesures anti-Covid s’est étendu ce week-end à l’ensemble de la Chine. Plus d’une cinquantaine d’universités se sont également mobilisées. Des slogans attaquent le Parti communiste chinois et son numéro un Xi Jinping. Une première depuis 1989. 
par François Bougon
Journal — Asie et Océanie
« C’est un défi direct à Xi Jinping »
Pour le sinologue Zhang Lun, le mouvement de protestation en Chine est dû au sentiment de désespoir, en particulier chez les jeunes, provoqué par les mesures draconiennes de lutte contre la pandémie. Pour la première fois, les critiques envers Xi Jinping sont passées des réseaux sociaux à la rue.
par François Bougon
Journal — Europe
Bombardements russes : « Il n’y a aucune cible ici, ce sont des maisons, des jardins ! »
À Dnipro dans le sud de l’Ukraine, devant sa maison en ruines après une attaque de missile, l’infirmière Oxanna Veriemko ne peut que constater le désastre. Depuis le début de l’automne, la stratégie russe consistant à endommager les infrastructures fait de nombreuses victimes civiles. « Impardonnable », préviennent les Ukrainiens.
par Mathilde Goanec
Journal
Conditions de détention à Nanterre : l’État de nouveau attaqué en justice 
Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise doit examiner ce lundi un référé-liberté visant à remédier d’urgence à « l’état d’indignité permanent et endémique au centre pénitentiaire des Hauts-de-Seine ». Les requérants dénoncent « l’inertie manifeste des autorités ». 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens
Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa
Billet de blog
À la ferme, tu t’emmerdes pas trop intellectuellement ?
Au cours d'un dîner, cette question lourde de sens et d'enjeux sociétaux m'a conduite à écrire cet article. Pourquoi je me suis éloignée de ma carrière d'ingénieure pour devenir paysanne ? Quelle vision de nombreux citadins ont encore de la paysannerie et de la ruralité ?
par Nina Malignier