benoitb
Enseignant-Chercheur en Chimie
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 mars 2010

benoitb
Enseignant-Chercheur en Chimie
Abonné·e de Mediapart

La révolution démocratique

benoitb
Enseignant-Chercheur en Chimie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La politique classique ne répond plus aux attentes des citoyens, et échoue à résoudre les problèmes majeurs auxquels nous sommes confrontés.

«Les gauches» portent toujours un projet néoféodal où tous les compartiments de notre vie seraient réglés par des entités pyramidales collectives (État, collectivités, administrations...), pilotées par une aristocratie élective. Quand elles portent encore un projet...

«Les droites» portent de leur côté un projet néolibéral, dont la finalité est que tous les compartiments de notre vie soient réglés par un réseau mondialisé de «pyramides privées», pilotées à leur sommet par une oligarchie financière. Appelons cette finalité «hyperempire». Ce projet passe par l’affaiblissement de l’État et des «pyramides collectives» en général.

Quant à un «centre» qui ne serait que la recherche d’un (désormais impossible) point d’équilibre entre ces deux projets, même tinté d’humanisme ou d’écologie, il ne répondrait en rien aux enjeux.

Le citoyen n’aurait donc d’autre solution que d’être captif et soumis à l’un ou l’autre des systèmes pyramidaux, centralisés, hiérarchisés, auquel il abandonne toute souveraineté. Et il ne vous échappera pas que le second est en train de finir sous nos yeux de l’emporter sur le premier, avec la victoire éclatante de l’oligarchie financière sur les États comme dénouement actuel de la «crise financière».

Bien plus grave encore, aucun de ces deux systèmes ne peut aboutir à un nouveau mode de développement de l’humanité qui soit stable, juste et durable. «L’hyperempire», qui semble être notre destinée actuelle, n’apportera comme solution qu’un totalitarisme mondial organisant le rationnement des ressources et le contrôle des populations. Avant un inévitable effondrement et une phase de chaos mondial, les empires étant d’avance condamnés.

Entre les deux il y a un besoin, immense, d’un projet radicalement différent, qui permette de conduire la mutation majeure que l’humanité est en train de vivre vers une issue satisfaisante. C’est peut-être tout simplement la survie de notre espèce qui est en jeu.

Cette alternative, c’est la révolution démocratique, la seule désormais possible. Ce projet ne peut se fonder que sur la seule forme d’organisation à même de faire face à la situation de complexité à laquelle nous sommes arrivés dans de nombreux domaines-clés (climat, gestions des ressources, économie, répartition des richesses,...) : l’organisation en réseau.

Ce projet est véritablement démocratique, au sens où dans ce mode d’organisation la souveraineté reste entre les mains de chacun.

L’outil permettant cette vaste organisation en réseau des citoyens existe, il s’appelle internet. Des expériences spectaculairement réussies d’organisations en réseau massives et efficaces existent : c’est le «logiciel libre», et «wikipédia». Il reste à développer l’équivalent au niveau politique, et c’est ce que nous sommes en train de concevoir ici. Cela vous intéresse d'y participer ? Rejoignez-nous !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte