"Un seul chien ne peut faire ça"

"Un seul chien ne peut faire ça" ; ces mots sont répétés à l'envi par les défenseurs du chien Curtis, actuellement le principal "accusé" dans le cadre de l'Affaire Elisa Pilarski.

Saint Pierre Aigle (Aisne), 16 novembre 2019; l'émotion est palpable en forêt de Retz. Elisa Pilarski ne reviendra pas de sa promenade en forêt avec l'un des chiens de son compagnon, Curtis, un American Pitbull Terrier ramené des Pays-Bas début avril 2018 sous l'appelation "patterdale-whippet".

Le médecin légiste dépéché sur place est sondé par les enquêteurs : "Vous avez déjà vu ça? - Oui, 3 Rottweillers. - Vous pensez que c'est plusieurs chiens? - Je pense, oui."

Elisa Pilarski est "mangée", "dévorée" ; Me Demarcq emploiera même le terme "boucherie". Les mots sont forts, et frappent l'imaginaire.

La jeune femme est enceinte, très active sur les réseaux sociaux, voie par laquelle elle a rencontré Christophe Ellul son compagnon au début de l'année 2019. Si sa grossesse n'était pas prévue, la Béarnaise est bien décidée à garder l'enfant, malgré le caractère très récent de sa relation. "On s'entend bien, on aime les animaux". Christophe Ellul, lui, s'investit dans la grossesse; lui qui a déjà une fille d'une relation datant d'avant son mariage, dont le divorce n'est toujours pas prononcé. Il est heureux d'avoir un fils.

Christophe Ellul évoque alors les chiens de chasse qu'il a croisés dans la forêt. Selon nos informations, il aurait demandé à modifier sa première déposition.

Le coupable est tout trouvé, évident. Pourquoi remettre en cause le témoignage de cet homme, meurtri, abattu par la découverte de sa compagne? Les coupables, c'est la meute ! Regardez ce chien couvert de sang, c'est bien qu'il a été blessé en défendant sa maîtresse !

Les gendarmes ne sont pas faits de bois; comment ne pas être empathique? L'émotion est , malheureusement, mauvaise conseillère. Toutefois, ils sont convaincus que ce sont les chiens de chasse... et en oublient , un peu, le chien maculé de sang : pour eux, lui aussi est une victime de la meute.

Curtis est amené chez le vétérinaire; celui-ci est formel; aucune trace de morsure sur le chien. Mais ce sang? Le professionnel prélève des écouvillons au niveau de la plaie de l'orbite et au niveau de la plaie de la babine; mais celui-ci doute que les plaies visibles aient pu saigner autant. Les tests ADN confirmeront plus tard que le sang est celui d'Elisa.

Les gendarmes débarquent en soirée à la ferme de Javage, les chiens sont examinés, mis sous scellés. Pas de sang, pas de blessure. L'examen des différents chiens (Curtis et les chiens de chasse) commence à faire tiquer les enquêteurs.

Les participants et les suiveurs sont interrogés à la gendarmerie le soir même et toute la journée du dimanche. Rien ne colle, les dépositions des chasseurs vont toutes dans le même sens; ils ne sont trouvés à proximité d'Elisa qu'au moment où ils ont croisé Christophe Ellul...

Mais quels sont donc les chiens responsables? Et si...

Et si on s'était trompé? Curtis a été rendu à son propriétaire le dimanche 17/11; mais personne n'a pensé que ce chien pouvait être impliqué vu qu'on le pensait mordu.

Il est donc demandé à Christophe Ellul de revenir le lundi 18/11, celui-ci revient une première fois sans le chien, puis y retourne finalement avec celui ci.

Comme Plana Radenovic l'a expliqué dans le JDD, les évènements se déroulent mal : Curtis attrape Sandrine Ellul par la manche de son blouson, puis mord son maître au bras et à la cuisse, nécessitant un passage à l'hôpital. Si Christophe Ellul hurle alors qu'il "faut le piquer", l'euthanasie n'est pas réalisée. Si les évènements ne sont pas une preuve de l'implication de Curtis,  ceux ci interpellent. "ça a pu démarrer comme ça".

Le même jour, l'autopsie donne une heure estimative de décès entre 13h et 13h30. Les veneurs soufflent, les chiens étaient toujours dans le camion jusqu'à 13h26-13h28, photos à l'appui. Si , sur les réseaux sociaux, certains pensent à une mise en scène , des photos truquées, il n'en est pas de même pour les gens proches du dossier : "vous pensez bien que s'il y avait eu un doute sur l'heure où la chasse a démarré; Christophe Ellul ou son avocat auraient sauté sur l'occasion". Certains témoins disent avoir vu un lâcher de chiens avant ? "On a été sollicité par différents témoins, certains avaient en fait vu les chiens du Rallye de Villers Cotterets dans un autre coin de la forêt, d'autres n'étaient pas vraiment sûrs de l'heure; et d'autres n'étaient tout simplement pas là, mais voulaient accuser la chasse à courre, ils se sont ravisés quand on leur a dit qu'on savait qu'ils n'étaient pas là". Pourtant, certains articles évoquent bien ces lâchers vers 13h10-15. "Bah, ils écrivent ce qu'ils veulent. C'est sûr que s'ils disent que c'est arrivé après l'appel; le suspens est plus compliqué ! Le suspens fait vendre!"

Quand Elisa est assimilée à de la viande

29/02/2020 : La Page Facebook "Le Coeur des Animôs" , et Kevin Mallet (aka Calvin Carter Jade, aka La Voix Des Animaux (sur Facebook, car accusé de vol d'appelation, par ailleurs)) sur le groupe Facebook Justice pour Curtis administré par Denis Mallet, publient la vidéo "Curtis : un regard de professionnels", où des personnes interrogent Gérard Caldès et Mathilde Lepoutre, spécialistes canins. Le but des intervieweurs est clair : faire dire aux interviewés que Curtis ne peut pas avoir tué Elisa, et qu'il s'agit forcément d'une meute.

A 31min10, les intervieweurs annoncent que Christophe Ellul a dit qu'Elisa était éventrée, puis qu'elle a été démembrée et qu'il lui manquait 16kgs. Un seul chien ne peut pas faire ça... Mais sur quoi se basent-ils pour parler ainsi d'Elisa? Nulle part il a été question d'éventrement, de démembrement ou de kilos manquants.

"Je me suis rendu compte que le tronc d'arbre c'était le ventre de ma femme. Ma femme a été dévorée". Les raccourcis se font vite dans cette affaire, cette phrase se transforme soudain "il ne restait qu'un tronc". Certains qualifieront même Elisa de "carcasse" et "de reste"; comparant Elisa à un sanglier, ou un cerf victimes d'une meute.

16kg... voilà à quoi sera résumée Elisa Pilarski par de nombreuses personnes sur les réseaux sociaux. 

Interrogé sur le contenu d'un rapport d'autopsie, le professeur P. ,médecin légiste, est formel. "Une telle information ne peut pas figurer dans un rapport d'autopsie; c'est tout simplement contre tout raisonnement médico légal ! Un légiste pèse la personne décédée, point."

Même si la personne avait été pesée lors d'une consultation précédente? "C'est ridicule, même si son médecin l'a pesée, cela n'est pas médico légal; seul le poids à l'autopsie a une valeur médico légale".

Une personne proche du dossier réagit "16kilos? C'est abject, indécent, et surtout, complètement faux !"

Peu importe, le mensonge est gros, mais plus c'est gros plus ça passe; et avec l'inertie propre aux masses importantes, rien n'arrête la rumeur.

"Le bébé a été dévoré!" Peu importe que Sandrine Ellul rapportait avoir porté le bébé dans ses bras. Peu importe l'existence des photos prises par Sandrine Ellul qu'elle montre à des amis après le drame. Heureusement, les photos d'Elisa et d'Enzo ne transpirent pas sur la toile.

La diffusion du rapport d'expertise des vétérinaires aurait pu mettre un stop à la rumeur; les experts rapportant des bribes de leurs échanges avec les légistes sur leur rapport.

Elisa pesait 56 kg pour 1m52. Le professeur P jette un coup d'oeil à une photo d'Elisa enceinte de 6 mois. "1m52, tu me dis? Humm, j'aurais dit entre 56 et 58 à vue de nez, pas plus de 60, c'est une quasi certitude".

16 kg, cela voudrait dire qu'Elisa 72kg au moment du drame? "Impossible! T'as vu son ventre ? Elle est parfaitement proportionnée pour le terme"

Et la perte de substance au niveau de l'aine? Le professeur tape sur son clavier, clique et tourne l'écran de son ordinateur vers moi : "tu vois, ça ce sont des morsures faites par un labrador, tu vois bien qu'il manque de la chair, ça c'est de la perte de substance, c'est pas pour autant que le chien a mangé; c'est "juste" de la chair qui lâche".

 

Alors un seul chien peut il faire ça?

"Je vais te dire, mieux vaut fermer sa gueule et passer pour un con, que de l'ouvrir et de ne laisser aucun doute à ce sujet, c'est pas de moi, c'est de Gustave Parking; mais ça résume bien les choses; ce genre d'avis , ça ne se donne pas en levant un doigt mouillé en l'air. Si une jeune femme n'avait pas perdu la vie, ce serait presque comique..."

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.