Et maintenant, qu'est-ce qu'on fait?

Que penser, que faire dans ce monde de fous quand les mesures prises pour éradiquer le mal ne font que le propager davantage?

 

Et maintenant, qu’est-ce qu’on fait ?

 

 

 

Si je n’ose plus participer à des manifestations militantes (contre la loi travail, pour Notre Dame des Landes, contre le nucléaire, pour les Droits du peuple Palestinien, contre le racisme, l’apartheid, l’homophobie etc) parce que j’ai peur de me faire « nasser », tabasser par la police et des CRS à bout, à fleur de peau, excités…

 

Si je n’ose plus aller à des rassemblements festifs, sportifs etc, parce que j’ai peur de subir un attentat terroriste, parce que j’ai peur que la police, les CRS occupés et  exténués par la chasse aux écolos, aux syndicalistes, aux migrants, aux sans-papiers ne soient pas capables et pas en nombre suffisant pour me protéger…pas capables d’empêcher un poids lourd de foncer sur une voie piétonne…

 

Si je n’ose plus rester chez moi de peur de recevoir un coup de fil porteur de catastrophe…Si je n’ose plus écouter la radio, regarder la télé de peur d’entendre des amalgames, des propos attisant la haine et la division…

 

 

 

Je réfléchis et je me dis que :

 

-       L’état d’urgence, les contrôles (au faciès !) les assignations à résidence, les fiches « S », la lutte contre la radicalisation (quand un malade mental, signalé comme violent auprès de sa femme, ses enfants mais envers qui personne n’est intervenu, passe à l’acte et commet un massacre, on trouve juste à dire que sa « radicalisation » a été très rapide) les frappes loin de chez nous tuent des innocents et créent plus d’extrémistes qu’autre chose, la vidéo-surveillance, si chère à Estrosi mais qui n’a servi à rien dans sa bonne ville de Nice…tout ça fomente la haine, la peur, la suspicion et provoque le contraire des buts annoncés…

 

-       Il faut au contraire, développer le respect, la solidarité, la tolérance, dépenser plus d’argent pour le social, l’éducation, la vie des quartiers, le cadre de vie ; savoir se rencontrer, se parler, accepter nos différences, lutter contre les discriminations, les ségrégations, exiger le respect des droits des hommes et des femmes partout dans le monde…tout cela s’apprend dès le plus jeune âge, à l’école, en famille, avec des programmes éducatifs intelligents, encourageant la bien-veillance, la bien-traitance…

 

 

 

Les mesures prises par nos politiciens au gouvernement ou celles que d’autres, encore plus radicaux, encore plus…extrêmes, aimeraient prendre…ne font que donner plus de terreau à faire pousser des extrémistes…

 

L’être humain, chaque être humain, possède le meilleur et le pire en lui-même…cessons d’attiser le pire, de souffler sur les braises d’un incendie qui deviendra vite incontrôlable et cherchons à cultiver le meilleur, d’abord en nous-mêmes pour mieux le répandre ensuite…Rappelons nous : le mal est contagieux, terriblement mais le bien l’est aussi, heureusement…

 

Seule la lumière,( les Lumières !) pourra nous sortir de l’obscurantisme, de l’obscurité qui envahit notre ciel, notre terre

 

 

 

Courage ! Portons hauts nos cœurs, notre dignité, notre soif de vivre libres égaux et fraternels !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.