Bérangère Rozez
Autrice
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

4 Éditions

Billet de blog 6 juin 2020

Le syndrome du poisson rouge

Il y a des choses dans notre vie que nous aimerions pouvoir nous rappeler, d’autres oublier. C’est un art que de pouvoir oublier, art dans lequel certains semblent passés maîtres, même dans les plus hautes sphères, affligés d’une troublante amnésie chronique ou syndrome du poisson rouge.

Bérangère Rozez
Autrice
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le syndrome du poisson rouge © Naobim

Le poisson rouge se caractérise par une capacité mémorielle extrêmement limitée. Cela implique que « tout est nouveau pour lui ». Le poisson rouge tourne et vire dans son bocal. Il semble redécouvrir le monde à chaque tour. Toutes les huit secondes, sa mémoire s’efface.

Les masques sont inutiles. Effacement de mémoire. Les masques sont nécessaires. Effacement de mémoire. Les soignants manquent de masques. Effacement de mémoire. Il n’y a jamais eu de pénurie de masques. Pause. On essaye de comprendre avant que l’amnésie-confusion nous gagne, avant de refaire des tours incessants dans notre aquarium confinés. Huit secondes. C’est le temps qui nous est imparti pour saisir l’insaisissable avant que la logorrhée interminable ne se poursuive. On se répète les mots, on cherche la définition du mot « pénurie » sur le net. On tape. On clique.

Pénurie (nom féminin) : Manque de ce qui est nécessaire ; insuffisance. [1]

On a juste le temps de lire. Pas le temps de comprendre. Les neuf secondes de notre capacité d’attention, évaluées par des ingénieurs de Google, sont déjà écoulées. On avait une seconde de plus que le poisson rouge pour comprendre l’incompréhensible. Trop tard. On ne peut pas être connectés et écouter en même temps. On n’est pas multitâches. Ecran noir. Déconnexion. On reprend le fil de l’allocution télévisée. On a perdu les liens. Tout devient incohérent. On se heurte à une réalité implacable. Notre mémoire fuite. Telle la coque d’un vieux rafiot pris dans les remous. L’on s’agite, l’on brasse si fort que notre bocal se fendille. Et l’on se prend la vague en pleine face. Trop secoués pour reprendre prestement nos esprits et notre lucidité. Le tsunami est violent. Plus rien dans le bocal ; le vide dans le ciboulot. Et l’on coule, et l’on échoue lamentablement au fond du canapé. L’on s’accroche aux accoudoirs pour ne pas flancher. Les secondes s’égrènent, notre mémoire se fractalise, se dilate et on se perd encore dans les myriades de couleurs et de formes. Kaléidoscope étourdissant. On est subjugués. Enivrés par toutes ces teintes. On a oublié les mots. Grisés par tant de vacuité. Et l’on continue de regarder la pantomime pixelisée. Celui que nous tentons en vain de comprendre semble lui aussi avoir des oublis et des absences. On est rassurés, on se sent moins seuls. On se sentirait presque compris…

L’illusion de l’omission est belle. Elle nous berce. Elle nous fait oublier l’essentiel. Elle nous fait sortir de l’affligeante réalité. On voudrait tellement y croire pour se persuader que tout va bien. Plus qu’outrancière, l’omission est délétère, car somme toute volontaire. La volonté de confisquer la mémoire collective, la volonté d’être un personnage d’envergure dans cette crise inestimable, quitte à renier ce qui avait été dit précédemment. L’omission devient non-dit. L’omission devient mensonge. On nous aurait donc menti ? Le constat est accablant. On est désorientés par cette manœuvre de falsification. On est encore plus accablés qu’avant. Le monde d’après promet… entre non-dits et oublis. La défiance est à son comble. 

Et comme un poisson rouge dans son aquarium que l'absence de mémoire longue empêche de comprendre qu'il tourne en rond, l’on oublie que la situation actuelle résulte de choix délibérés et de manques d’initiative renforçant l’état confusion dans lequel plonge la nation...

« Qui contrôle le passé contrôle l’avenir », écrivait George Orwell. Puissions-nous retrouver une mémoire collective forte et solidaire pour reprendre les rênes de notre destinée… Sans quoi il ne nous resterait plus qu’à faire comme le poisson rouge, tourner en rond dans notre bocal en nous posant inlassablement la question de savoir à quoi nous pensions huit secondes plus tôt. Et avant d’avoir fini de nous la poser, nous souviendrions-nous encore quelle était la question ?

[1] Définition Larousse.fr

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
À l’hôpital de Saint-Denis : « On est des bonnes poires, nous les soignants ? »
Malgré un record de contaminations en Seine-Saint-Denis, une baisse des malades graves du Covid semble se dessiner dans le service de réanimation de l’hôpital de Saint-Denis. Dans cette cinquième vague, celle des non-vaccinés, les personnels soignants ont multiplié les heures supplémentaires, au risque d’un épuisement général.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Le Covid vu par des enfants : « Je m’enferme dans les toilettes pour enlever mon masque »
Alors que le nombre de classes fermées pour cause de Covid n’a jamais été aussi élevé, comment les enfants eux-mêmes vivent-ils ce moment ? Éléments de réponse en paroles et en images.
par Joseph Confavreux et Berenice Gabriel
Journal
Dessine-moi un coronavirus
Le coronavirus est-il noir, rouge, vert ou transparent ? Quelle est sa forme ? Sa taille ? Où se tapit-il ? Quelle place prend-il à la maison ou à l’école ? Que peut-on faire pour y échapper ? Les enfants d’un atelier de dessin parisien répondent avec leurs mots et leurs images.
par Berenice Gabriel, Joseph Confavreux et les enfants du centre Paris Anim’ Mercœur
Journal — France
Un chirurgien de l’AP-HP cherche à vendre aux enchères la radio d’une blessée du 13-Novembre
Le chirurgien Emmanuel Masmejean a mis en vente sur un site d’enchères pour 2 700 dollars la radio d’une survivante du Bataclan, sur laquelle on voit une balle de Kalachnikov. Après l’appel de Mediapart, il a retiré le prix dans son annonce. L’AP-HP qualifie la publication du professeur Masmejean de « problématique, choquante et indécente ».
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022.
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Entre elles - à propos de sororité
Sororité, nf. Solidarité entre femmes (considérée comme spécifique). Mais du coup, c'est quoi, cette spécificité ?
par Soldat Petit Pois
Billet de blog
Romani Herstory : réinscrire les femmes roms dans l’Histoire
Objets de tous les fantasmes, les femmes roms se voient sans cesse privées du droit à la parole. Les archives Romani Herstory montrent pourtant que beaucoup de ces femmes ont marqué nos sociétés de leur empreinte. (Texte d'Émilie Herbert-Pontonnier.)
par dièses
Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal