Une journée (presque) comme les autres...

Front républicain, il n'y aura même pas...ou presque pas. Ca pourrait paraître dommageable. Mais ce n'est pas certain. Finalement pourquoi s'en plaindre? Ces arrangements électoraux ne viendraient que masquer une réalité fâcheuse en y palliant. Aujourd'hui, "business as usual"...

front républicain, il n'y aura même pas...ou presque pas. Ca pourrait paraître dommageable. Mais ce n'est pas certain. Finalement pourquoi s'en plaindre? Ces arrangements électoraux ne viendraient que masquer une réalité fâcheuse en y palliant.

Aujourd'hui, "business as usual"...Le quotidien ne semble pas perturbé outre mesure, même si on entend quelques discussions autour de cette fameuse actualité des régionales. Certains sont déçus ou en colère de cette montée du front national, mais préfèrent ne pas en parler. Presque dans le déni. D'autres parlent encore de l'indéfectible vote "contestataire" (et aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours trouvé cet argument insuffisant, déresponsabilisant...). D'autres encore font référence aux attentats (sauf que les votes frontistes n'ont fait qu'augmenter ces dernières années, et que les dernières départementales affichaient déjà un score de 26% du FN... on a la mémoire courte...)...pire que le déni, pire que les fausses excuses, pire que les contre-vérités, il me semble percevoir une certaine légèreté vis-à-vis de tout ce qui se passe. Comme si l'on pensait pouvoir maîtriser les évènements quoi qu'il arrive...peut-être un petit manque général d'humilité...

Pourquoi cela? parce que nous sommes devenus des enfants gâtés de la démocratie. Voilà la conclusion que je tire à la fin de cette journée (presque) comme les autres. Des enfants gâtés de la démocratie...nous sommes sortis la tête presque haute de la seconde guerre mondiale. C'est ainsi, mais in fine quel dommage! nous n'avons pas réalisé notre examen de conscience, nous n'avons pas éduqué nos consciences, nous ne chérissons plus notre Etat, ses valeurs, la paix... tout cela est acquis, alors pourquoi cela changerait? à cause du front national? of course, not! c'est un parti comme les autres, qui pourra par ailleurs nous protéger de l'ennemi intérieur et extérieur. Et pour le coup, cet appel à la protection du front national dépasse la frontière des couleurs....

Lutter contre le front national. Non, le front national n'est qu'un vecteur. Lutter contre le désamour de la république, je pense que c'est déjà une lutte un peu plus juste. Lutter contre la peur et la haine de l'autre, et là nous sommes au coeur du problème.

Si nous ne luttons pas contre ça, la boite de pandore est ouverte. Et le français, aussi tout-puissant soit-il, pour lutter contre ce parti ou pour maîtriser son ascension, aura des difficultés. Car, s'il ne sait pas ce que deviendra ce parti une fois au pouvoir, il sait encore moins ce que lui-même deviendra et fera volontairement ou involontairement une fois ce parti au pouvoir. L'homme sait-il jusqu'où il peut aller quand ses décisions sont orientées par ses peurs? il semblerait que non...

L'Etat et les partis ont certainement contribué à cet état de fait... Mais pas seulement... Il ne faudrait pas encore déresponsabiliser le citoyen...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.