Le petit journal avec Raphaël Glücksmann

Le petit journal avec Raphaël Glücksmann...même si l'on peut critiquer le mélange des genres, voici une émission au contenu révélateur. Mise en lumière d'un parallélisme des formes (et de contenu) entre D. Trump et M. Le Pen, mise en lumière de la déresponsabilisation de la classe politique, interview éclairé de Raphaël Glücksmann, témoignages révélateurs de jeunes ayant voté "front national"...

http://www.canalplus.fr/c-emissions/c-le-petit-journal/pid6515-le-petit-journal.html?vid=1339268

et si on décidait de jouer avec le feu et de libérer le potentiel haineux, non seulement d'une classe politique dont les fondements mêmes reposent sur la peur et la haine de l'autre, mais aussi des citoyens qui seront sous son joug? Car ne nous y trompons pas... le vote front national demeure avant tout un vote contre l'autre, le bouc émissaire, qui prend le pain de la bouche des français, qui vole, qui saccage les banlieues, etc etc. c'est qui cet autre? Et les lois de la république ne suffisent elles pas? fait on appel au front national pour faire le ménage? ne soyons pas hypocrites et regardons les choses en face, il y a un peu de cela... J'espère simplement que cela ne concerne pas la majorité de la population française. Alors, il ne faut pas blâmer, mais commencer à éduquer, responsabiliser et insuffler autre chose (l'amour de l'autre ou c'est trop désuet ou moral?).

Le vote "front national", c'est aussi l'indifférence et l'ignorance. "et si on donnait sa chance à ce parti?"..et oui, pourquoi pas tenter puisque, finalement, il n'y aurait pas tant de différences avec d'autres partis. Oui, et non. Pourquoi l'extrême droite plutôt que le front de gauche, en France? on peut se poser la question. Pourquoi l'extrême droite plutôt que les verts? (leurs accointances passées avec le gouvernement, on leur aurait donné leur chance... arrêtons les faux-semblants).

Depuis que je suis petite, je connais, j'entends et, ai toujours fais preuve de compréhensios à l'égard du racisme diffus... Sauf que cette peur et cette haine de l'autre deviennent à présent, non seulement légitimes, mais bientôt la règle.

S'organiser pour redonner un projet identitaire et social à la France apparaît pour certains comme une nécessité, comme la solution. Ma question: est ce que les gens qui peuplent ce pays le veulent vraiment?

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.