bernard cambon
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 sept. 2015

Denis Roche s'en est allé

bernard cambon
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Maintenant, bien sûr, avec une intense pensée pour Denis Roche, poète écrivain traducteur éditeur photographe qui vient de mourir, cela nous devons l'admettre, le 2 Septembre dernier, à 77 ans. Et plutôt que de chercher à composer une sorte d'hommage vaguement prétentieux qui ne dirait, au fond, rien à personne, je me  précipite vers un endroit de ma bibliothèque où, rangé entre son dernier recueil de poèmes "Le Mécrit" publié en en 1972 dans la collection Tel Quel (éditions du Seuil) et le si  intelligent et sensible essai de Viviane Forrester "La violence du calme", publié en 1980 toujours aux éditions du Seuil mais dans la collection Fiction & Cie créée et dirigée justement par Denis Roche jusqu'en 2004 - l'essai de Viviane Forrester s'ouvrant sur ce paragraphe qui, depuis ma première lecture à l'époque, me hante: "La foule marche, impassible, visages neutres, voix inaudibles, pas mesurés. Tous ces gens vont mourir. La rue est calme. Ils sont tous condamnés. Ils ne se hâtent pas, ils ne hurlent pas. Ils n'implorent pas: la contrainte est telle qu'ils le savent inutile. Ils passent. Mais où passe la terreur? Où se loge l'oubli? Où se crient les cris, où se pleurent les pleurs? Où se déchaînent les crises, se déclenchent les scènes? A l'intérieur. Dedans. Comme dans notre corps, les viscères, le sang. Ne pas surgir" -  je prends le livre de Denis Roche publié en 1980, titré "Dépôts de savoir & de technique", livre de "mon orgueil et de mon éloignement" comme il le jette et l'écrit d'emblée page 9, puis l'ouvrant page 16  et alors pour vous, ici:

"L'écrivain dira toujours, je dirai toujours: "allons ailleurs", mais où que ce soit, l'étonnant paysagiste de l'histoire, où qu'il se retrouve, inquiet comme une grue qui ne reconnaîtrait pas son marais, se retournera dans ses phrases et s'y frottera peut-être le ventre comme un chien: bien sûr qu'il est partout chez lui, les faits et les entrechocs, les chants tous plus invraisemblables, les guerres, les coïts les plus renversants, l'odeur forte qui flotte sur les gués et toutes les distinctions de la pensée, tout bien sûr se rameute et n'a de cesse de lui courir après. On dira: "c'est son style", mais croyez vous vraiment? Comment être aujourd'hui dans un moment tel que ce soit comme juste entre Cicéron et Marc-Aurèle "où, les dieux étant morts et Jésus-Christ n'étant pas encore, l'homme seul a été?" Veillez à cela: à l'orgueil de se regarder s'en allant".

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa