bernard cambon
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 sept. 2014

Victor I. Stoichita et ses Autres

C'est le Jeudi 18 Septembre dernier, que Victor I. Stoichita, né à Bucarest en 1949 et professeur honoraire à l'université de Fribourg, a donné la première de ses cinq conférences annoncées sur le thème de « L'image de l'Autre: Noirs, Juifs, Musulmans et "Gitans" dans l'art occidental des Temps modernes », et ce dans le cadre de la Chaire du Louvre à l'Auditorium de ce dernier, là même ouù, il y a un an, Georges Didi-Huberman avait traité de « l'Album de l'art à l'époque du Musée Imaginaire », s'étant confronté au fil des séances avec les gardiens du Temple malrucien...

bernard cambon
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C'est le Jeudi 18 Septembre dernier, que Victor I. Stoichita, né à Bucarest en 1949 et professeur honoraire à l'université de Fribourg, a donné la première de ses cinq conférences annoncées sur le thème de « L'image de l'Autre: Noirs, Juifs, Musulmans et "Gitans" dans l'art occidental des Temps modernes », et ce dans le cadre de la Chaire du Louvre à l'Auditorium de ce dernier, là même ouù, il y a un an, Georges Didi-Huberman avait traité de « l'Album de l'art à l'époque du Musée Imaginaire », s'étant confronté au fil des séances avec les gardiens du Temple malrucien...

Victor I. Stoichita, partant d'un postulat posant que "la différence existe, l'altérité se construit", entend développer (du 18 Septembre au 16 Octobre à 18h30) au fil de ses interprétations sérées d'oeuvres, picturales et littéraires, un discours imagologique portant sur l'étude du régime visuel par lequel la réalité des autres se trouve représentée. Il s'agit principalement pour lui d'interroger ce moment particulier antérieur à toute science anthropologique constituée, à savoir la période historique allant de 1453 à 1789, afin de décrire et commenter tant la formation du canon esthètique occidental que l'émergence d'une altérité autour de figures particulières (le Noir, le Juif, le "Gitan"). Et il s'agit aussi pour lui dans un contexte plus contemporain de venir complèter les recherches acuelles en anthropologie à partir d'une interrogation sur les voies de la représentation de ces Autres dont la réalité ne saurait selon lui être mise en doute, cette interrogation ne manquant pas d'ailleurs de convoquer certaines problèmatiques issues des études post-coloniales.

On le voit, le propos est ample et généreux, prenant appui sur la séquence historique des Temps modernes pour venir porter cette grande affaire de l'Autre au coeur de nos préoccupations les plus sensibles aujourd'hui. Sans chercher ici à analyser plus avant la pertinence de cette entreprise, je remarquerai que Victor I. Stoichita a proposé à la fin sa première intervention une sorte de "talisman littéraire" ou citation-témoin, une réflexion tirée de l'ouvrage "Didascalicon" (III, 19) du théologien mystique du XIIe siècle Hugues de Saint-Victor: cette citation, Victor I. Stoichita, se présentant lui-même comme roumain demeurant en Suisse, a indiqué l'avoir emprunté à "Tzvetan Todorov, bulgare vivant à Paris, qui l'avait trouvée chez Edward Said, Palestinien établi aux Etats-Unis, qui l'avait lui même trouvée chez Erich Auerbach, allemand exilé en Turquie"(p.42 de l'ouvrage publié par V.I. Stoichita par Louvre éditions à l'occasion de ces conférences). Hugues de Saint-Victor écrivait: "L'homme qui trouve sa patrie douce n'est qu'un tendre débutant; celui pour qui chaque sol est comme le sien propre est déjà fort; mais celui là seul est parfait pour qui le monde entier est comme un pays étranger". Citation-témoin, donc, que tous ces auteurs semblent s'être passé ou bien autour de laquelle ils semblent ainsi se retrouver, en composant et agençant tant leurs vies que leurs investigations littéraires et intellectuelles, et ce depuis une évident complicité avec un théologen mystique du XIIe siècle. Une façon, peut être, pour Victor I. Stoichita, de développer sa propre pensée d'une altérité toujours à construire depuis un "oeil identitaire" (régime des Temps modernes), mais en ne cessant d'envisager cet oeil et les altérités qu'il autorise, légitimise, que depuis l'intelligence de son propre exil: question d'un lieu à occuper en tant qu'homme tenant bon sur ses jambes, jusqu'à ce qu'une connaissance soit possible et s'en trouve écrite, prononcée...

 Je pense notamment ici à ce uqe Günthers Anders remarquait, en 1962, au cours de ses réflexions sur la situation d'exilé qui avait été la sienne aux Etats-Unis pendant la Seconde Guerre Mondiale: "Chacun de nous ne s'éprouve comme indubitablement que lorsque d'autres font appel à lui comme étant là" 'in "Journaux de l'Exil et du Retour", p.83, Gage éditions - collection particulière 2012). Et donc, c'est pour cinq conférences que Victor I. Stoichita se tiendra bien , à l'Auditorium du Louvre, et que nous devons lui accorder la plus grande attention, y comprit critique, à sa parole, dans un contexte de science anthropologique elle-même en plein questionnement quant à la "vraie nature" de son objet que poue l'affirmation de ses méthodes et intentions, et dans un climat politique en France particulièrement inquiètant.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida