La peur, la tyrannie, et la mort

Message de Mimi Groseille

 

Pendant que Dédé fait la gueule (il ne s'appelle pas Dédé, c'est bien votre ami Bernard, c'est moi qui l'appelle comme ça, pour des raisons privées, d'amour), pendant qu'il fait la gueule, j'en profite pour vous passer une copie d'une lettre qu'il m'a envoyée, un jour où, en le questionnant sur les fachos, je lui ai dit qu'ils me faisaient peur.

Ma groseille,

Ce sont eux qui ont peur. C'est pour cette raison qu'ils s'arnachent de bottes sanglées, de fringues de guerre, de conformisme, de flingues, de murs, de clébards, de systèmes de sécurité...

La peur est ton premier ennemi, le plus gros. Une fois que tu l’as laissée te vaincre, elle te tient, tu es cuite. Tu perds contact avec la possibilité d'agir. Aucune stratégie basée sur la peur, ne te mènera où que ce soit. Savoir cela est insuffisant. Quand tu domines ta peur, tu es menacée par ton deuxième ennemi, la témérité.

Imagine un motard sans peur qui ne ralentirait pas dans les virages. Un guerrier sans peur qui foncerait sur les armes braquées sur lui, un alpiniste sans peur, etc.

Donc, dominer sa peur, ne signifie pas qu’elle a disparu. La seule solution est de la connaître, de lui donner une place, pas trop loin, la garder à l’œil, ne jamais l’oublier, ne jamais croire qu’elle a disparu tout à fait. Alors elle ne te prendra pas par surprise.

La tyrannie, et la mort, se traitent de la même façon. Ceux qui ignorent où se tapit la tyrannie, seront bientôt surpris de la voir envahir leur propre camp. Et s’ils croient s’en débarrasser, alors c’est à ce moment là qu’ils l’installent. Ceux qui ignorent la mort, sont les premiers qu’elle rattrapera.

Toutes les trois, leur donner un espace où on puisse les surveiller, ne jamais les perdre de vue.

Comment les affronter ? Horizontalement. Il faut affronter l’ennemi horizontalement. Avec le vertige inhérent.

Si tu places ton ennemi plus bas que toi, tu te prépares à de gros soucis. Il est peut-être plus fort que tu ne crois.

Si tu places ton ennemi plus haut que toi, tu t’avoues vaincue.

Horizontalement, c’est la seule solution.

Voilà. Quand il va voir ça, il ne va pas gueuler, ce n'est pas son genre. Mais je ne suis pas sûre que ça lui plaise.

Mimi Groseille

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.