UN COUP DE POUCE POUR LE CLIMAT ?

Annuler son bilan carbone en plantant des arbres ? Une bonne idée qui permet d’envisager de ne rien changer au monde d’aujourd’hui, comme si c’était une option envisageable !

Lorsque 90 entreprises sont responsables de deux tiers des émissions mondiales de gaz à effet de serre et que plus de 300 militants se forment en ce début août pour les suivre sans répit et relever le défi de l’urgence climatique, nouvelle norme internationale Objectif +1,5°C, défini lors de la COP21 à Paris en novembre dernier, il va falloir choisir son camp !

Au Camp Climat le choix est fait : lieu-dit « Espère » en Lot-et-Garonne, 275 formations approfondies et pratiques concrètes déroulées sur 10 jours intensifs permettent de forger une détermination opérationnelle et de veiller à la réalisation de cet objectif (+1,5°C et pas plus !)

 

Tout ce qui nous arrive sur la dérive climatique en cours n’arrive qu’une fois! Les citoyens en ont de plus en plus conscience et sont prêts à changer leurs habitudes plus vite que les politiques : il a été inacceptable de voir se tenir à Pau quelques semaines après la COP21 une conférence internationale visant le renforcement des extractions offshore de pétrole et les militants ont cette fois fait reculer les lobbys. Voir les explications dans cette vidéo de 1 min 30 https://www.youtube.com/watch?v=imVFlX302OE .

De plus en plus et pour le plus grand nombre, on ne peut accepter comme une fatalité l'éreintement de nos sociétés par les paradis fiscaux: on se dirige lundi 9 janvier 2017 à Dax vers un premier procès de ces paradis fiscaux avec d’ici là d’autres actions d'éveil des consciences. Voir les explications dans cette vidéo de 1 min 30 https://www.youtube.com/watch?v=PR7kgm1mwLc

camp climat 2016 © Publication Camp Climat ANV-COP21, Altenatiba, Amis de la Terre camp climat 2016 © Publication Camp Climat ANV-COP21, Altenatiba, Amis de la Terre

Le marché carbone, lui aussi doit aussi être démasqué : ce n’est qu'un artifice pour essayer de perpétuer des habitudes des pollueur sans les remettre en question. Et, outre que le marché carbone est un terrain propice à la prolifération d’entreprises criminelles [Voir dossier de Médiapart La Mafia du CO2] , si certaines initiatives paraissent à première vue excellentes en visant à annuler un bilan carbone en plantant des arbres dans des pays du sud ou en y achetant des forêts pour les protéger, il faut en fait y regarder de plus prêt :

Créer des plantations "carbone" géantes dans des pays pauvres n’est jamais une bonne idée dans le contexte de spéculation intense sur les terres au niveau mondial (voir la base de donnée à ce sujet http://www.landmatrix.org/en/get-the-idea/global-map-investments/ ), alors que ces pays n’ont déjà pas suffisamment de terre pour tout le monde ! Certaines ethnies installées depuis des temps immémoriaux, mais sans titre de propriété, risquent de se trouver fragilisées si ce n’est d’être tout bonnement expulsées. Cela revient de fait à empiéter sur l’espace écologique des autres, sur leur droits fondamentaux, comme celui de se nourrir. Il s’agit donc au final pour des acteurs masqués, arcboutés sur leurs habitudes de surconsommation, de remplacer la vie des gens par des arbres, en contraignant des agriculteurs de l’autre bout du monde, eux sans impact sur le bilan carbone, à quitter leurs terre ! Nous ne devons pas laisser se commettre de telles injustices, pas laisser se préparer aujourd’hui les crimes de demain ! Lorsqu’une startup comme WeNow nous propose d’annuler l’impact de notre voiture sur le climat, c’est de cela qu’il s’agit ! Le Prix Pinocchio décerné aux entreprises « greenwashisées » qui prétendent être plus vert que vert saura reconnaître leurs mérites (voir l’article sur Pur Projet, entreprise nominée pour ce prix), n'en doutons pas!

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.