mot de passe oublié
onze euros les trois mois

Restez informé tout l'été avec Mediapart

Profitez de notre offre d'été : 11€ pour 3 mois (soit 2 mois gratuits) + 30 jours de musique offerts ♫

Je m'abonne
Le Club de Mediapart mar. 26 juil. 2016 26/7/2016 Édition de la mi-journée

Cahuzac : un compte en Suisse et un anglicisme qui en dit long

Déjà, je déroge à mon projet, celui de ne publier dans mon blog Mediapart que des articles littéraires. Mais après tout, il faut bien que le vice rende hommage à la vertu.

Cahuzac possédait un compte en Suisse, et peut-être même un autre à Singapour (sait-il où se trouve cette riante mégalopole ?).

Mais ce qui est vraiment grave pour moi c’est qu’il vient de commettre un anglicisme de la pire espèce, de celle dont on est abreuvé dans les séries de télé étasuniennes de série B pour les gosses. Il s’est dit « dévasté par le remords ».

 Non, Monsieur l’ex-ministre, plus qu’un crime, ceci est une faute. En français, on est anéanti, on reçoit un coup terrible, on est terrassé, foudroyé. Elle en a des ressources, la langue de ceux qui n’utilisent pas au quotidien l'idiome de la finance internationale.

Ce qui est grave, et Orwell l’a expliqué magistralement dans les années 1940, c’est que lorsque l’on s’exprime dans la langue de l’autre, on pense dans la langue de l’autre, donc on pense mal. Et l’on ment. Cahuzac ment lorsqu’il dit qu’il est « dévasté ».

À part cela, Mediapart a posé à chaud les bonnes questions : pourquoi la classe politique (ne parlons même pas du poujadiste à la voix de fausset Aphatie à qui il reste maintenant d’entrer dans les ordres ou dans la Légion étrangère) n’a-t-elle pas pris au sérieux ses infos ? Par delà le jugement auquel il devra faire face, ils faudra comprendre, par ailleurs, pour quels intérêts Cahuzac mentait, lui qui fut soutenu au premier chef par Éric Woerth.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Bernard Gensane, j'ai le plaisir aujourd'hui de découvrir vos billets. Aussi l'existence des ouvrages de Jean-Paul Galibert, que je vais m'empresser de lire (ainsi que son blog).