Bernard Gensane
Retraité de l'Éducation nationale
Abonné·e de Mediapart

910 Billets

1 Éditions

Billet de blog 3 déc. 2021

Get Back des Beatles et une maladie prurigineuse

Bernard Gensane
Retraité de l'Éducation nationale
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour les admirateurs des Beatles, la sortie du film Get Back est un événement particulièrement marquant. Voir ces personnalités, ces créateurs extraordinaires, concevoir deux ou trois dizaines de chansons qui ont l’air de sortir de nulle part si ce n’est de notes jetées sur des bouts de papier, avant d’en jouer une sélection sur le toit du bâtiment d’Apple avec l’intensité de quatre personnages déjà entrés dans la légende qui savent qu’ils ne se produiront plus jamais ensemble a quelque chose de bouleversant, d’empoignant.

Devant nous, ils créent “ I’ve Got a Feling ”, “ Get back ”, “ Let it Be ”, “ The Long and Winding Road ”, “ Golden Slumbers ”, “ Jealous Guy ”, “ Something ” “ Oh Darling ”, des œuvres qu’on chantera encore dans cent ans.

J’avais vu la première version de ce document d’environ deux heures il y a 50 ans. Outre que cette reprise plus élaborée (le film est un peu long – plus de sept heures dont on aurait pu aisément retrancher un cinquième, vu les redites) nous renseigne davantage sur le processus de création de chacun des quatre Beatles (un des passages touchants montre George aider Ringo à se dépatouiller d’“ Octopus’s Garden ” que le batteur est en train de crée au piano, un instrument dont, selon ses dires, il connaît trois accords), il ne cache rien des tensions d’un groupe qui ne s’est pas encore disloqué mais où chacun mène sa barque et a ses propres projets de vie et musicaux.

Il est clair que Paul domine le groupe d’autant plus aisément que John et Ringo se laissent complètement dominer et que George attend une heure qui ne viendra que quand le groupe n’existera plus. Paul est en fait la figure déterminante depuis Sgt Pepper. Mais John et Paul, en tant que compositeurs, s’entendent depuis plusieurs années pour donner le moins de place possible à George qui a accumulé sous le coude des dizaines de chansons dont on s’apercevra, dans les années qui vont suivre, qu’elles sont – pour beaucoup – de petits chefs-d’œuvre.

Mais, pour l’instant, il ronge son frein. Il y a ce passage qui, déjà, nous avait fait sursauter il y a cinquante ans où le compositeur de “ Something ” (la plus belle chanson d’amour jamais écrite selon Frank Sinatra) dit à son très vieux camarade (Paul et George se fréquentaient avant de connaitre John) : « Je joue ce que tu veux, si tu veux que je joue ceci, je le joue, si tu veux que je joue cela, je le joue aussi ; je peux même ne rien jouer du tout ». Notre cœur saigne pour le créateur de “ My Sweet Lord ” et “ Isn’t It a Pity ? (écoutez la version de Nina Simone juste pour le plaisir) ”. Mais les réalisateurs de la première comme celle de la seconde version nous ont privé de ce que Paul a ajouté à George :

– Excuse-moi George mais je traine depuis plusieurs semaines une chtouille (“an itching disease ”). Je suis un peu énervé et préoccupé.

Imaginez la réaction des trois autres. « Lave-toi », dit George, « oui, lave-toi », enchérit John. « Mais je me lave tous les jours », dit Paul, « et ça ne part pas ».

Ouf ! On a retrouvé ici nos quatre gosses (lorsque Paul regarde un documentaire consacré aux Beatles, il les appelle « those kids ») ébouriffés et complices.

Alors, je pose une question de béotien : est-ce que, s’il avait acheté le bon médicament à 3 shilling 50, Paul aurait pu sauver le groupe ? Après tout, la fistule anale de Louis XIV gouverna le pays pendant des années…

Get Back Beatles © Disney FR

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo : Valérie Pécresse veut faire bouger la droite
Mardi, Valérie Pécresse a affiché son soutien aux victimes de violences sexuelles face au journaliste vedette Jean-Jacques Bourdin, visé par une enquête. Un moment marquant qui souligne un engagement de longue date. Mais, pour la suite, son équipe se garde bien de se fixer des règles.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
L’ancien supérieur des Chartreux de Lyon, Georges Babolat, accusé d’agressions sexuelles
Selon les informations de Mediacités, trois femmes ont dénoncé auprès du diocèse de Lyon des attouchements commis selon elles lors de colonies de vacances en Haute-Savoie par le père Babolat, décédé en 2006, figure emblématique du milieu catholique lyonnais.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)
Journal — Asie
Clémentine Autain sur les Ouïghours : « S’abstenir n’est pas de la complaisance envers le régime chinois »
Après le choix très critiqué des députés insoumis de s’abstenir sur une résolution reconnaissant le génocide des Ouïghours, la députée Clémentine Autain, qui défendait la ligne des Insoumis à l’Assemblée nationale, s’explique.
par François Bougon et Pauline Graulle
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Fission ou fusion, le nucléaire c’est le trou noir
Nos réacteurs nucléaires sont en train de sombrer dans une dégénérescente vieillesse ; nos EPR s’embourbent dans une piteuse médiocrité et les docteurs Folamour de la fusion, à supposer qu’ils réussissent, précipiteraient l’autodestruction de notre société de consommation par un effet rebond spectaculaire. Une aubaine pour les hommes les plus riches de la planète, un désastre pour les autres.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Notre plan B pour un service public de l'énergie
[Rediffusion] Pour « la construction d’un véritable service public de l’énergie sous contrôle citoyen » et pour garantir efficacité et souveraineté sur l’énergie, celle-ci doit être sortie du marché. Appel co-signé par 80 personnalités politiques, économistes, sociologues, historiens de l’énergie dont Anne Debrégeas, Thomas Piketty, Jean-Luc Mélenchon, Aurélie Trouvé, Gilles Perret, Dominique Meda, Sandrine Rousseau…
par service public énergie
Billet de blog
Le nucléaire, l'apprenti sorcier et le contre-pouvoir
Les incidents nucléaires se multiplient et passent sous silence pendant que Macron annonce que le nucléaire en France c'est notre chance, notre modèle historique.
par Jabber
Billet de blog
Électricité d'État, non merci !
La tension sur le marché de l’électricité et les dernières mesures prises par l’Etat ravivent un débat sur les choix qui ont orienté le système énergétique français depuis deux décennies. Mais la situation actuelle et l'avenir climatique qui s'annonce exigent plus que la promotion nostalgique de l'opérateur national EDF. Par Philippe Eon, philosophe.
par oskar