Le Gymkhana d'Hidalgo

Heureusement que “ Mon Anne ” n'était pas Lady Mayor de Londres en 1969, sinon jamais les Beatles n'auraient pu traverser Abbey Road.

​​​​​​Ici, elle a fait joujou avec la rue de Vaugirard à Paris. La capacité de nuisance de l'édile est grande car cette rue est la plus longue de la capitale.

Après son pinturlurage jaune pétant, on a donc des motos garées en pleine rue, des places réservées pour le transport de fonds au milieu de la chaussée, des blocs de béton posés n'importe où, des places de handicapés entre la voie des voitures (si, si, il reste un infime passage pour les voitures) et celle des vélos (vous imaginez une personne handicapée s'extrayant de son véhicule en plein dans la piste cyclable !). A noter que ces handicapés ne roulent plus nécessairement sur les trottoirs mais qu'ils peuvent également utiliser la chaussée. Le premier qui se prendra une voiture en pleine tronche sera à mobilité beaucoup plus réduite.

J'ai pas mal fréquenté cette rue il y a cinquante ans. Il y avait quasiment autant de circulation qu'aujourd'hui. Le maire, de droite, aurait proposé cela à l'époque, il était interné...

 

 

 

Le Gymkhana d'Hidalgo

Le Gymkhana d'Hidalgo

Le Gymkhana d'Hidalgo

Le Gymkhana d'Hidalgo

Le Gymkhana d'Hidalgo

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.