Bernard Gensane
Retraité de l'Éducation nationale
Abonné·e de Mediapart

958 Billets

1 Éditions

Billet de blog 11 avr. 2022

La France de Castelsagrat

Bernard Gensane
Retraité de l'Éducation nationale
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lors du premier tour de l’élection présidentielle de 2022, les grandes villes ont massivement accordé leurs suffrages à Mélenchon. Les campagnes se sont ralliées plus que jamais à Le Pen.

Je prendrai l’exemple d’un petit village du Tarn-et-Garonne que je connais bien, Castelsagrat. 35% des électeurs ont voté pour Le Pen, 14% pour Macron, 13% pour Mélenchon et 11% pour Zemmour. Pour simplifier, pas loin de 50% ont voté pour l’extrême droite et apparentée, la gauche ne recueillant qu’environ 20% des voix.

Á Castelsagrat (le « château sacré » en occitan), nous sommes sur les terres du radical de gauche historique Jean-Michel Baylet. Dans les années soixante-dix, Paul Brun, un des grands-pères de mon épouse, rad-soc modéré, y exerça les fonctions de maire.

Au dernier recensement, le village comptait 542 habitants, plus qu’en 1990 (480), mais moins qu’en 1954 (764) et bien moins qu’en 1841 (1350). En 2018, la commune comptait 237 ménages fiscaux, le revenu médian de ces ménages étant de 17 000 euros par an. Sur 224 actifs (le village compte 11,6% de chômeurs, 1,5% de plus que la France entière), 30% travaillent dans la commune. Pour se rendre au travail, 80% des habitants utilisent leur voiture personnelle. C’est dire que la révolte des Gilets Jaunes les a concernés. Comme tous les villages de la région, Castelsagrat compte son lot de retraités anglais, en diminution ces dernières années. Mais aussi d’actifs. L’échoppe typiquement anglaise de David Pemberton, qui ouvrait tous les samedis de 10 heures à 18 heures, permettait aux sujets de sa Majesté de manger à 100% anglais. Mais Pemberton a fermé car il ne reste que 5 ou six couples de résidents anglais (dont un éleveur de brebis qui fait du fromage), et parce que le supermarché de Valence d’Agen, à quelques kilomètres de là, s’est mis à vendre des produits anglais à meilleur prix.

30% des travailleurs œuvrent dans le transport, le commerce, les transports, l’hébergement et la restauration. Deux entreprises ont leur siège social sur le territoire de la commune, avec un chiffre d’affaires de 550 000 et 130 000 euros. Le nombre d’exploitations agricoles est passé de 58 en 1988 30 en 2020. Mais la surface agricole moyenne par exploitation est passée de 30 à 66 hectares.

L’école maternelle et primaire compte 41 élèves, un chiffre stable depuis près de dix ans.

Bref : la France qui vit doucement vote Le Pen après avoir longtemps été radicale-socialiste.

J’aurais pu prendre l’exemple de Monclar, dans le Lot-et-Garonne, le village de mes grands-parents, toute mon enfance. Mais cela m’aurait encore plus vrillé les boyaux.

Mon ami Daniel Taupin réagit à ce petit témoignage de manière très sensée :

Les faits sont là. Les gouvernements successifs ont peu à peu appauvri les français jusqu'à la pensée. De déception en déception, les villageois expriment leur désarroi, leur colère sourde, une forme de désespoir face à l'impossible changement souhaité, par des protestations qui éclatent à partir d'une étincelle qui embrase tout à coup les cœurs et les esprits, de la goutte d'eau de trop qui fait déborder le vase saturé d'injustices, de mécontentements, d'insatisfactions et de frustrations...

Ce mal profond, sans doute le pire et le plus irrationnel parce qu'il ronge notre humanité en érodant implacablement notre sensibilité, notre bonté, notre fraternité, ne peut que se manifester dans la mutinerie, la provocation, et de plus en plus dans la haine des autres. Des hommes et des femmes dans des états d'émotions triviales que s'empressent d'exciter, d'exhorter, de manipuler en leur faveur et avec succès, tous les ploutocrates, autocrates et autres führers qui les exploitent d'autant plus aisément que les forces qui s'y opposent prêchent dans un désert culturel et antidémocratique de plus en plus envahissant. Je n'hésite pas à dire comme Aragon, que le moyen-âge est de retour.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Les perdus de Massiac
Par quel bout le prendre ? Dénoncer l'incompétence catastrophique et l'inconséquence honteuse de la SNCF ou saluer les cheminots qui font tout leur possible pour contrebalancer l'absurdité du système dont ils sont aussi victimes ? L'État dézingue d'abord chaque secteur qu'elle veut vendre au privé de manière à ce que la population ne râle pas ensuite...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
« Le chemin de fer est un trésor public et une solution pour demain »
[Rediffusion] Dans « Un train d'enfer », Erwan et Gwenaël Manac'h offrent une enquête graphique dense, caustique et très réussie sur la SNCF qui lève le voile sur une entreprise d’État attaquée de toute part, un emblème, à réformer sans doute, mais surtout à défendre. Conversation déliée avec Erwan.
par Delaunay Matthieu
Billet de blog
Relancer les trains de nuit et améliorer l'infrastructure créera des emplois
[Rediffusion] Lorsque le voyageur se déplace en train de nuit plutôt qu’en avion, il génère davantage d’emploi. La relance des trains de nuit peut ainsi créer 130 000 emplois nets pendant une décennie pour la circulation des trains, la construction du matériel et l’amélioration des infrastructures. Bénéfice additionnel : les nouvelles dessertes renforceront l’attractivité des territoires et l’accès à l’emploi.
par ouiautraindenuit
Billet d’édition
Entretien avec Manuel Bauer, réalisateur du film documentaire « Vida férrea »
Entretien réalisé par Alice Langlois qui a mené un terrain anthropologique dans la région minière traversée par le film et le critique de cinéma Cédric Lépine, à l'occasion de la présentation du film « Vida férrea » à Visions du Réel, festival international du film documentaire de Nyon (Suisse) en 2022.
par Cédric Lépine