Une traduction “ Google ”

La firme Google, dont il se dit de plus en plus que, si elle n’est pas à proprement parler une création de la CIA, elle n’est pas hostile à l’agence de renseignement, veut gouverner le monde. Elle a déjà réussi à ne payer quasiment pas d’impôts grâce à une exterritorialité fiscale extrêmement élaborée. Elle vise, par delà des investissements massifs dans de nombreux secteurs de pointe, à avoir toujours une longueur d’avance sur les principales puissances économiques et politiques et à imposer ses propre choix à la planète entière.

 

L’objectif prioritaire, disons mental, de Google est d’enfoncer dans les esprits des humains qu’elle produit des outils indépassables, incontournables, uniques. Chacun sait que son moteur de recherche est un instrument exceptionnel. Mais il n’est pas le seul. J'ai découvert récemment les « vaches suisses », Swiss Cows. Ce moteur jouit de la discrétion bien connue de la nation helvète : il ne laisse aucune trace du passage de l’utilisateur car il n’enregistre et ne collecte aucune donnée. Autre moteur de recherche puissant quoique, selon moi, moins convivial : ixquick. Il y en a d’autres.

 

Google fournit désormais d’innombrables services mais je ne suis pas a priori compétent pour juger de leur valeur. Il en est un, en revanche, où je puis me permettre d’apporter mon grain de sel, c’est l’outil de traduction. Tout récemment, je faisais des recherches (disons que je broutais de manière aléatoire) sur les avions de la Malaysian Airlines qui ont la fâcheuse habitude de se planter ou de disparaître. Sans être complotiste, il faudra bien qu’on revienne sur ces accidents dramatiques. Chaque jour s’envolent et atterrissent des dizaines de milliers d’avions. Mais trois de la Malaysian Airlines ont connu un sort dramatique en quelques semaines. Le vol qui m’intéressait particulièrement était celui dont on avait perdu la trace pendant des heures, très bizarrement a proximité de la base étasunienne de Diego Garcia, l’une des plus puissantes et performantes au monde, capable de détecter un moucheron à 6 000 mètres d'altitude. Sur internet, on rencontre des articles selon lesquels des passagers auraient pris le contrôle d’un avion visant à s’écraser sur la base et donc que les autorités militaires étasuniennes auraient abattu préventivement. Une autre hypothèse serait celle du suicide du pilote. Enfin, et je sais que c’est la plus complotiste de toutes, on évoque la possibilité d’une capture par les militaires de Diego Garcia d’un avion qui aurait transporté des ingénieurs chinois spécialisés dans les énergies nouvelles. La base de Diego Garcia serait alors devenue, pour tous les passagers, un second Guantanamo.

 

Bref, en me promenant sur la toile, je tombe sur le titre suivant :

 

“ Argentina and UK Falklands spat spiced up by Russian jets ”.

 

Une traduction “ Google ”

 

Pour ceux dont l’anglais est un peu lointain, j’explique et traduis ce titre.

 

Argentina, c’est l’Argentine. UK, c’est le Royaume-Uni (United Kingdom), cette entité politique qui comprend l’Angleterre, le Pays de Galles, l’Écosse, l’Irlande du Nord ou Ulster, quelques confettis bien utiles comme Jersey, Guernesey, l’Île de Man, et des territoires plus ou moins lointains comme Gibraltar, les Îles Caïman, Sainte-Hélène, ainsi que les Falklands que les Argentins dénomment “ Malvinas ” et réclament. Le drapeau du Royaume Uni est l’Union Jack, apparu en 1603 lors de l’union de l’Écosse et de l’Angleterre. Ce titre nous rappelle donc en passant que les Falklands/Malouines, qui comptent environ 600 habitants mais qui seraient entourées de nappes de pétrole prometteuses, appartiennent au Royaume-Uni.

 

Spat peut être soit le prétérite du verbe cracher (to spit), soit une demi-guêtre, soit un naissain (une larve d’huître), soit, dans son usage étasunien, une querelle. Faites comme moi, promenez-vous dans les dictionnaires, vous n’en reviendrez pas.

 

Spiced up. Spice, mot d’origine française, signifie épice ; il est devenu un verbe (épicer). L’anglais use et abuse de la particule up qui, à force d’être utilisée a fini par ne plus servir à grand-chose. “ To fry up ” signifie frire, alors que “ fry ” suffit amplement (comment se faire cuire des œufs sur le plat à moitié ?).

 

Russian signifie russe et rien d’autre.

 

Jet signifie jet, giclée, avion à réaction, brûleur, gicleur, moteur à réaction, réacteur. Accessoirement jais (la couleur).

 

On traduira donc le titre qui nous intéresse de la manière suivante :

 

« La querelle qui oppose l’Argentine aux Falklands (qui appartiennent au Royaume-Uni) est envenimée [pimentée] par des avions à réaction russes. »

 

L’article explique en effet que la Russie pourrait fournir à l’Argentine, en échange de bovins et de blé, des avions de chasse Sukhoi capables de survoler la capitale des Falklands Port Stanley.

 

1313941-%C3%8Eles_Malouines.jpg

 

Le rendu de cet article par le traducteur Google ne manque pas d’épices :

 

« L'Argentine et les Malouines du R-U ont craché épicé vers le haut par les gicleurs russes. »

 

Si Google domine le monde avec cette rigueur, nous sommes morts.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.