Les mots chéris des médias et des politiques (7)

Le mot déclin est un déverbal de décliner, verbe apparu dans La Chanson de Roland en 1080.  Aujourd’hui, on ne compte plus les déclinantes et les antidéclinistes.

 

Décliner vient du latin et signifie incliner (clinare = pencher), ainsi que détourner. Par extension changer la forme, d’où les déclinaisons.

 

Au sens propre, mais surtout au sens figuré, le mot déclin fait peur. Le grand La Bruyère avait peut-être déjà envisagé les lèvres siliconées : ” Les femmes du pays précipitent le déclin de leur beauté par des artifices. Qu’elles croient servir à les rendre belles.” Et vlan ! Gide craignait les effets du déclin des peuples sur les individus : ”On ne peut demander à un peuple très prolifique d’avoir les mêmes égards pour la vie humaine et le même respect de l’individu qu’une race sur le déclin.”

 

Aujourd’hui, les valeurs sont dans un déclin que l’on peut associer à de la dégénérescence, de la décadence. Les médias regorgent de déclinologues qui dissertent sur le déclinisme des déclinistes. Les politiques n’aiment pas ces déclinologues. Ils leur opposent l’assurance de leur discours bardé de certitudes, ce qui renforce la diffusion du ressenti du déclin.

 

Les mots chéris des médias et des politiques (7)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.