J.K. Rowling parle nature, on lui répond culture

 L'autrice de Harry Potter a récemment subi une volée de bois vert pour avoir déclaré que seules les femmes avaient des règles. Je crois que dans son esprit, à ce moment-là, elle avait en tête la condition de dizaines de millions de femmes dans le monde qui, cinq jours par mois, sont considérées comme impures par les hommes de leurs familles, sont reléguées dans une pièce à part et n'ont pas le droit de s'occuper de leurs enfants et de préparer les repas. J'ai été personnellement témoin de cela au Mali, un pays dont on parle actuellement beaucoup à propos des pratiques esclavagistes qui y règnent encore (j'évoquerai certainement un jour – ne zappez pas – ma rencontre avec un esclave).

 

Les propos de J.K. Rowling ont été jugés transphobes. En effet, des femmes qui se transforment en hommes peuvent cesser d'avoir leurs règles tandis que des hommes qui se transforment en femmes peuvent, paraît-il, connaître les joies des menstrues.

 

Les acteurs vedettes du film Harry Potter, Peter Radcliffe et Emma Watson (qui se déclare “ self-partnered”, en couple avec elle-même, pour ne pas dire célibataire), se sont complètement désolidarisés de Rowling. Tout comme des employés de ses maisons d'édition, en Angleterre comme en France, qui refusent de la voir s'approcher d'eux à moins de 10 mètres.

 

Rowling, qui a toujours soutenu la cause des femmes lesbiennes et de ce qu'on appelle aujourd'hui dans le monde anglo-saxon des “ transactivistes ” est particulièrement consciente de ce qu'est la condition féminine aujourd'hui, pour avoir été copieusement violée et battue par son premier mari.

 

Mais en parlant de nature – vous connaissez des chiens qui ont leurs règles ? – et non pas de culture, elle s'est constituée une collection d'ennemis irréductibles pour les siècles à venir.

 

Je joins la réponse de Rowling à ses critiques. C'est un texte long et circonstancié qui mérite d'être lu avec attention.

 

 

J.K. Rowling parle nature, on lui répond culture

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.