Les galeries Lafayette, le globish et l'écologie

Je croise cette affiche dans une rue de Lyon et je me dis, en vieil habitué du globish, que les Galeries Lafayette ne sont pas franches du collier. Pourquoi, en effet, exprimer en anglo-ricain ce qu’on pourrait très bien dire en français ? Tout simplement parce qu’il s’agit de ne rien dire, d’être creux, vague, de simplement jouer sur les mots. D’être dans un discours qui, en fait, n’engage à rien. Les trois mots globish ajoutant à la confusion d’ensemble.

 

 

Les Galeries Lafayette, le globish et l’écologie

 

Il y a d’abord ce premier jeu sur l’euphonie de « monde » et « mode » qui nous fait passer, de manière assez nébuleuse, de l’infiniment grand et alarmant du monde « qui change » – sans qu’on ait la moindre prise sur ce bouleversement qui n’est d’ailleurs pas qualifié – à l’infiniment petit et rassurant de la mode qui, elle aussi, change et qui permet aux Galeries d’être réactives. Aux Galeries seulement : ce sont les concepteurs et les marchands qui imposent la mode, pas les acheteurs. Le « nous changeons aussi » n’étant pas inclusif, il y a peu de chance pour que le « Ensemble, changeons de mode » le soit.

 

L’expression « mouvement go for good » s’inscrit bien dans l’air du temps du macronisme. De même que La République est « en marche » – vers quoi ? – les GL sont « en mouvement » mais n’ont pas d’objectif. Si l’on traduit mot à mot « go for good », cela donne « allez [ou aller, ou allons] vers le bon », ce qui ne dénote rien de bien clair.

 

Il faut se rendre sur le site internet des Galeries Lafayette qui donne quelques contours – bien dans l’air du temps eux aussi – à cette nébulosité. On y lit ceci :

 

« Go for Good est le mouvement des Galeries Lafayette en faveur d’une mode responsable. C’est une démarche créative et engagée qui rassemble, en ligne et en magasins, des centaines de marques et produits qui ont un impact positif sur l’environnement, le développement social ou la production locale. Vêtements en coton bio ou certifiés Oeko-Tex [une association indépendante allemande qui garantit qu’il n’y a pas de produits toxiques dans les textiles que nous portons], collections made in France, cuir au tannage végétal ou cosmétiques naturel… Go for Good, c’est l’engagement que nous prenons pour changer pas à pas les modes de production et de consommation. »

 

« Responsable », « créative », « engagée », « positive ». Mais « pas à pas ». J’aime ce rythme.

 

L'important c'est que les culottes pour femmes s'appellent toujours – en français ou en globish – "Petit trou", "Décadence", "Bibiche", "Flirty", "Shorty", "Sabrina".

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.