Bernard Gensane
Retraité de l'Éducation nationale
Abonné·e de Mediapart

961 Billets

1 Éditions

Billet de blog 24 juil. 2022

Bernard Gensane
Retraité de l'Éducation nationale
Abonné·e de Mediapart

Connaissez-vous Rishi Sunak ?

Bernard Gensane
Retraité de l'Éducation nationale
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lors de son ultime discours à la Chambre des Communes, Boris Johnson a encouragé les députés de son camp à ne pas augmenter les impôts et à déréguler toujours davantage. Si l’on considère les deux candidats qui ont le plus de chance de lui succéder, il n’a pas de crainte à avoir.

J’évoque tout d’abord brièvement Liz Truss. Profil classique d’une femme de 52 ans appartenant à la bourgeoisie éduquée ayant suivi de bonnes études au collège Merton d’Oxford et ayant occupé plusieurs fonctions de ministre (ministre des Femmes et des Égalités puis secrétaire d’État aux Affaires étrangères). Elle se singularise en 2016 : jusque-là, opposante au Brexit, elle tourne casaque après la victoire des Brexiteurs et adopte une posture eurosceptique radicale.

Après le long passage de Margaret Thatcher au 10 Downing Street, son élection à la tête du parti conservateur, en tant que femme, serait un peu du réchauffé. En revanche, on entendrait parler de celle de Rishi Sunak – un Britannique d’origine indienne – pendant un bon moment. Un peu comme celle du métis Obama.

Sunak, dernier chancelier de l’Échiquier de Boris Johnson, n’est pas n’importe quel Indien. Né sur le sol britannique en 1980, il est le fils d’un médecin indien et d’une mère pharmacienne ayant fui – comme beaucoup d’autres Indiens – le Kenya dans les années soixante. 200 000 Indiens résidaient au Kenya en 1963, quand ils furent accusés de reproduire le système colonial des Blancs.

Sunak étudie la philosophie, la politique et l’économie à Oxford (il s’agit dans cette université d’un cursus commun), puis l’administration des affaires à Stanford en Californie. Il épouse Akshata Murty, fille de l’homme d’affaires indien Narayana Murty, cinquième fortune indienne (4 milliards de dollars en 2022). L’épouse de Sunak est l’une des femmes anglaises les plus riches (430 millions de livres sterling, devant la reine : 365 millions, donc loin derrière Paul McCartney : 970 millions).

Sunak travaille chez Goldman Sachs comme analyste financier, puis pour des fonds spéculatifs à la Cité de Londres.

Député de Richmond, il soutient le Brexit. Il succède à Sajid Javid, d’origine pakistanaise qui, comme ministre de l’Intérieur, avait signé l’ordre d’extradition de Julian Assange vers les États-Unis le 13 juin 2019. Sunak s’oppose à l’augmentation des dépenses publiques visant à soutenir l’économie pendant la pandémie de Covid 19. Il s’oppose également à l’introduction d’une taxe carbone pour réduire les émissions de CO2.

Il a été récemment accusé d’être “ déconnecté ” lorsqu’une vidéo a fait surface dans laquelle il suggérait, alors qu’il était étudiant, qu’il n’avait « pas d’amis de la classe ouvrière ».  Il a déclaré à la BBC qu’il avait « des amis qui sont des aristocrates, j’ai des amis qui sont de la classe supérieure, j’ai des amis qui sont, vous savez, de la classe ouvrière ». Il s’est ensuite repris en disant : « Eh bien, pas de la classe ouvrière. »

Le 7 avril 2022, The Independent révèle que son épouse dispose d’un statut lui permettant de ne pas payer d’impôts au Royaume-Uni sur ses revenus générés hors du pays. Ce, au moment où les Britanniques connaissent la plus forte hausse d’impôts depuis 50 ans. Pour Sunak, une réduction d’impôt pour le commun ne peut se concevoir avant une baisse de l’inflation.

Il fait partie de la fronde des démissionnaires du gouvernement Johnson. Juste après la démission de “ Bojo ”, il annonce sa candidature à sa succession.

J’allais oublier : il porte des mocassins en daim de marque Prada à 490 livres sterling lors de ses visites de chantier.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Terrorisme
Soudain, en plein cœur d’un service de renseignement, un cri long et rauque
Il y a trois ans survenait la première attaque commise par un membre de la police contre des collègues. Le seul et unique attentat à avoir frappé un service de renseignement. Mediapart a reconstitué cette tuerie à partir des dépositions d’une cinquantaine d’agents.
par Matthieu Suc
Journal
En Russie, sœurs, mères, épouses protestent contre l’envoi des hommes au front
Dans les manifestations contre la mobilisation militaire décrétée par Vladimir Poutine, les femmes sont largement majoritaires. La contestation monte dans les régions peuplées de minorités ethniques.
par Estelle Levresse
Journal — Europe
Exilés russes en Serbie : « Pas de retour tant que Poutine sera vivant »
Dès l’annonce de la « mobilisation partielle » décrétée par Vladimir Poutine le 21 septembre dans le cadre de la guerre en Ukraine, des milliers de jeunes Russes ont fui leur pays pour trouver refuge à l’étranger, notamment en Serbie où ils n’ont pas besoin de visa.
par Philippe Bertinchamps
Journal
« Il faut aider les Russes qui fuient, qui s’opposent »
Alors que Vladimir Poutine a lancé la Russie dans une fuite en avant en annonçant la mobilisation partielle des réservistes, et des référendums dans les régions ukrainiennes occupées, quelle réaction de la société civile, en Russie ou en exil ? La chercheuse Anna Colin Lebedev et trois exilées qui ont quitté le pays depuis l’invasion de l’Ukraine sont sur notre plateau.
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis