Bernard Gensane
Retraité de l'Éducation nationale
Abonné·e de Mediapart

958 Billets

1 Éditions

Billet de blog 25 oct. 2019

Un restaurateur taxé par l’URSSAF car il mange dans la cuisine de son resto.

Bernard Gensane
Retraité de l'Éducation nationale
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un inspecteur de l’URSSAF contrôle un restaurant. Contrôle de routine qui se passe normalement. Juste avant de partir, l’inspecteur, avec l’air de ne pas y toucher, demande au restaurateur où il mange le midi. «Ici même » répond le restaurateur. S’il avait anticipé une question aussi perverse, il aurait répondu : « je ne mange pas » ou « j’apporte ma gamelle ».

L’URSSAF réclame 14 000 euros à ce restaurateur comme redressement fiscal pour les trois dernières années en se basant sur la dépense moyenne par client, soit 107 euros. Pour l’URSSAF, il s’agit d’un avantage en nature soumis à cotisations sociales et à impôt. Dans son infinie bonté, l’URSSAF accepte un échelonnement sur trois ans.

Le restaurateur tente alors d’expliquer au crétin urssafien ce que tout le monde sait, à savoir que les propriétaires, gérants, chefs,  employés, ne mangent pas la même chose que les clients. Ils achètent des produits plus simples pour se faire une cuisine de base : steaks, pâtes, frites, salades etc. Le restaurateur explique ainsi qu’il retient 6 euros par repas (et non 107) à ses employés.

Ce n’est pas la première fois que l’URSSAF tombe sur le poil d'un restaurateur. Dans sa logique, elle aurait pu – ce qu'elle a déjà tenté de faire – ajouter aux 107 euros le coût de l’énergie pour préparer des pâtes et des frites, celui de la main d’œuvre, d’une partie du loyer  payé par l’entreprise, et même de majorer ces coûts de la TVA en vigueur. On imagine alors un crétin de l’URSSAF passant chez Bocuse !

Des litiges ont été plaidés ces dernières années. La justice s’est montrée plus intelligente que les crétins de l’URSSAF en estimant que la valeur réelle d’un avantage en nature ne peut pas s’apprécier par rapport au coût d’un repas pris dans un restaurant mais par rapport au coût d’un repas pris à domicile.

Je conseille à deux cuistots toulousains de ma connaissance de se munir de goudron et de plumes en prévision de la visite d'un crétin urssafien.

Pendant ce temps-là, Patrick Balkany mange gratuitement en prison. Á nos frais. Et à ceux du crétin de l'URSSAF. Il y a une justice !

Au fait, et si un électricien change une prise dans sa cuisine, il se passe quoi ? Et si un professeur d'anglais donne un cours particulier d'une heure à son fils ? Et si un cultivateur se fait une omelette sur le pouce avec les œufs de sa ferme ? Et sui une retraitée de l'enseignement privé mange à l'œil tous les jours dans un palais présidentiel ? Et si une prostituée couche gratuitement avec son souteneur ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent une enfant de 5 ans et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous