Éternelle vigilance contre les menées du fascisme

Cette photo retrouvée sur le site de L’Humanité m’a remis en mémoire un attentat de l’OAS aux conséquences horribles qui contribua à discréditer définitivement les partisans fascistes de l’Algérie française.

 

L’OAS visait Malraux et c’est une petite fille de quatre ans, Delphine Renard, qui  fut criblée de morceaux de verre et perdit ce jour-là un œil.

 

Je me souviens parfaitement de ce drame de 1962 et, comme tous les gosses de mon âge, j’eus peur que cela puisse m’arriver d’autant que l’OAS affirmaient, à juste titre, pouvoir « frapper partout ».

 

Je suis allé voir sur Wikipédia quelle avait été la vie de Delphine après ce drame. Elle devient totalement aveugle en 1988. En 2011, elle soutient une thèse de psychologie intitulée “ Judïsme et psychanalyse : les « discours » de Lacan, publiée par les éditions du Cerf en 2012. Elle publie en 2013 Tu choisiras la vie, le récit de cet attentat. Elle exerce comme psychanalyste.

 

Elle est par ailleurs l’autrice de La Grande Maison de brique rose : la mémoire blessée dans l'attentat de l'OAS contre André Malraux, Tirésias, 2014 et Après Micheline : lettre à ma mère morte, Lyon, Éditions Baudelaire, 2016.

 

Éternelle vigilance contre les menées du fascisme

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.