Bernard Jomier
Sénateur écologiste (apparenté PS) de Paris, médecin généraliste
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 nov. 2014

AME : La mauvaise polémique de Claude Goasguen

Bernard Jomier
Sénateur écologiste (apparenté PS) de Paris, médecin généraliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une nouvelle fois,  Claude Goasguen, député UMP du 16e arrondissement de Paris, s’en prend à l’AME et demande sa suppression dans une interview à Valeurs actuelles.

C’est une demande sanitairement infondée et financièrement contre-productive.

Il est largement établi que les dépenses liées à l’AME sont non seulement utiles pour ceux qui en bénéficient, mais aussi pour la collectivité. Et qu’il n’y a pas de surconsommation des bénéficiaires de l’AME. Mais la réalité des chiffres n’empêche manifestement pas le procès idéologique.

Une des nouvelles postures des détracteurs de l’AME est de réclamer sa limitation aux « actes prophylactiques ». Au moins ont-ils compris l’intérêt de la prévention. Mais savent-ils de quoi ils parlent ?

Car cette prévention, elle s’effectue au cours de consultations « banales ». C’est dans le quotidien des cabinets médicaux et des centres de santé que se prescrivent les dépistages de l’hépatite B, de l’hépatite C et du VIH. Et c’est bien parce que l’AME permet à ses titulaires l’accès aux soignants que ceux-ci peuvent mener à bien les démarches de dépistage.

Claude Goasguen pense-t-il que la prévention s’exerce dans des lieux dédiés auxquels on pourrait réserver l’AME ? Quel déni de réalité ! Quelle méconnaissance du travail quotidien des professionnels de santé !

De la prévention aux soins, c’est un continuum indispensable pour répondre à la maladie de chacun et prévenir la transmission aux autres.

Faudrait-il dépister une personne séropositive et ne pas lui délivrer d’antiviraux ? Faudrait-il diagnostiquer un diabète et refuser l’insuline ? Faudrait-il trouver un calcul aux reins et laisser souffrir ? Bien sur que non. Or ces situations démontrent l’inanité de toute tentative d’isoler la prévention et le dépistage du soin.

Vouloir réserver l’AME aux actes de prévention est donc infondé en termes de santé et de respect du principe d’humanité.

Quant aux données financières, la réalité est que le coût de l’AME ne doit sa visibilité qu’au fait qu’il s’agit d’un budget distinct. Le mythe d’un surcoût est une posture idéologique.

Et il est tout à fait probable que la suppression de l’AME, en réduisant les dépistages précoces, augmenterait les diagnostics à un stade avancé de maladies dont le coût de prise en charge serait bien plus élevé. A moins de considérer que le soin serait alors refusé, ce qu’aucun professionnel de santé ne peut envisager.

S’il est légitime que les responsables politiques posent la question du budget que notre société doit consacrer à la santé de la population, la réponse ne peut pas être fournie au baromètre de l’origine de tel ou telle. Pas plus que la lutte contre des filières organisées de migration sanitaire ne doit remettre en cause le droit de chacun à bénéficier des soins que nécessite son état de santé.

Les coups de boutoir contre l’AME portés par quelques-uns, en mettant en cause notre politique de santé solidaire, visent directement un pacte social qu’ils jugent sans doute obsolète. Ils se trompent de valeurs en ne parlant que finances alors que c’est de santé, de solidarité et d’intérêt collectif dont il s’agit.

Dr Bernard JOMIER, Adjoint à la Maire de Paris, chargé de la Santé, du Handicap et des relations avec l'AP-HP

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
L’« affaire Ibiza » creuse encore « la distance abyssale » entre Blanquer et les enseignants
Dans les salles des profs, le corps enseignant oscille entre colère, mépris et désespoir après les révélations de Mediapart sur la façon dont le ministre de l’éducation a géré la crise sous le soleil d’Ibiza. Peut-être la goutte de trop.
par Prisca Borrel
Journal — Gouvernement
Covid : le ministre a annoncé le nouveau protocole des écoles depuis Ibiza
Les vacances de fin d’année du ministre, mis en cause pour sa gestion tardive de la crise sanitaire, suscitent depuis plusieurs jours des tensions au sein du gouvernement. Son entretien polémique au « Parisien », qui a provoqué la colère des enseignants, a en réalité été réalisé depuis l’île des Baléares, a appris Mediapart. Ce qui avait été caché. 
par Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
La Serbie fait front derrière son héros Novak Djoković
Les aventures australiennes de l’actuel numéro un du tennis mondial, et son expulsion, ont mobilisé la Serbie, qui a défendu bec et ongles son champion. Sûrement parce qu’il incarne depuis plus d’une décennie les espoirs de tout le pays, mais aussi ses profondes contradictions. 
par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico
Journal
Avec Roberta Metsola à la tête du Parlement, la droite se rapproche du « Grand Chelem » à Bruxelles
Malgré ses positions anti-IVG, la conservatrice maltaise a été élue mardi avec une large majorité – et les voix des eurodéputés LREM - à la présidence du Parlement européen. La droite dirige désormais presque toutes les institutions de premier plan au sein de l’UE.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
La farandole ultra-droitière d'un ministère de « l'Instruction publique »
Eric Zemmour vient de présenter comme un point important de son programme éducatif la « création d'un grand ministère de l'Instruction publique ». Cela avait déjà été préconisé dès 2013 dans le projet d'« une droite forte » rédigé par deux secrétaires nationaux de l'UMP : Guillaume Peltier et Didier Geoffroy. Et Jean-Michel Blanquer l'aurait aussi suggéré à Emmanuel Macron lors de sa nomination.
par claude lelièvre
Billet de blog
Université et Recherche, fondements d'une VIème République, démocratique et sociale
Emmanuel Macron a prononcé un discours au congrès de la conférence des présidences d’Universités ce jeudi 13 janvier, dans lequel il propose une réforme systémique de l’université. Des chercheurs et enseignants-chercheurs membres du parlement de l’Union Populaire, des députés, ainsi que des membres de la communauté universitaire lui répondent.
par Membres du parlement de l’Union Populaire
Billet de blog
La gauche et l’éducation : l’impensé des savoirs scolaires
D’un débat entre représentants des candidats de gauche et de l’écologie sur l’éducation ressort l’impensé partagé des savoirs scolaires.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin