Bernard Jomier
Sénateur écologiste (apparenté PS) de Paris, médecin généraliste
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 nov. 2012

Mariage, droit de vote : le choc des idées

Alors que l’opinion publique approuvait à une majorité toujours plus forte le projet de mariage pour tous, la droite et les églises ont relancé le débat.

Bernard Jomier
Sénateur écologiste (apparenté PS) de Paris, médecin généraliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alors que l’opinion publique approuvait à une majorité toujours plus forte le projet de mariage pour tous, la droite et les églises ont relancé le débat.

Fidèles à leurs convictions, les autorités religieuses défendent la vision d’une famille fondée sur un homme, une femme et des enfants et évoquent un changement de civilisation. Elles en ont parfaitement la légitimité et le droit de s’exprimer librement. Je ne fais pas  partie de ceux qui contestent aux religions le droit de donner leur avis ; je leur conteste seulement celui d’imposer leur vision à l’ensemble de la société.

La droite a conjointement déclenché une offensive politique reprenant les mêmes arguments.

Les effets sur l’opinion publique ont été immédiats. La majorité favorable au mariage pour tous a perdu du terrain. Certes elle est toujours majoritaire, et elle peut compter sur une majorité politique à l’Assemblée nationale pour voter la loi. Mais on voit bien là que l’offensive idéologique a une traduction politique, que le fait d’être pugnace et déterminé dans la défense d’une vision de la société produit un impact et fait bouger les lignes. Alors même que le combat politique est perdu d’avance au parlement, la droite ne renonce pas.

Et il y a fort à parier que son offensive lui rapportera un recul sur certains aspects de la loi relatifs à l’adoption et à la parentalité.

Car la Gauche parait avoir renoncé au débat d’idées. Il flotte dans l’air comme le sentiment qu’elle se satisferait de sa majorité politique et oublierait que seule une majorité d’idées inscrit une réforme dans la durée.

Sur le droit de vote des étrangers, le renoncement apparaît total. Le terrain idéologique est laissé à la droite. Il se murmure que la Gauche pourrait même renoncer à mener la bataille au Parlement !

Ce serait une faute morale et une grave erreur politique. Il faut mener le débat face à ceux qui prônent une société de repli identitaire, effrayés par l’altérité et ses différentes expressions. Car ils dénoncent le droit de vote des étrangers comme ils dénoncent le mariage pour tous, crispés par la peur d’un avenir qui ne sera pas le passé. Comment ne pas voir que ces 2 débats sont liés par le même choix entre un pays qui stagne et un pays qui va de l’avant ?

Nous devons montrer à l’opinion publique que nous défendons une société ouverte, accueillante et tolérante sur tous les fronts, sans en abandonner un seul. Et  affirmer  la conviction que seule une société fraternelle peut affronter les durs défis économiques ; que le repli identitaire ne mène pas au développement durable.

Aux citoyens, aux associations de se faire entendre des parlementaires pour leur rappeler que le choc des idées a fondé leur élection et que le renoncement n’est jamais une bonne politique.

Bernard Jomier

Maire-adjoint Paris 19e

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Une pratique révélatrice des impasses de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot
Journal — France
Dans le Sud, le pas de deux des identitaires et du RN
À Nice, Menton et Aix-en-Provence, trois figures des identitaires se présentent aux élections législatives sous les couleurs d’Éric Zemmour. Le RN présente face à eux des transfuges de la droite et fustige leur radicalité, alors qu’ils étaient membres du parti quelques mois plus tôt.
par Lucie Delaporte
Journal
Marioupol, ville martyre
Après trois mois de résistance, le port de Marioupol est tombé le 20 mai aux mains des forces russes, marquant une victoire symbolique pour le président Vladimir Poutine. Plus de 2 400 soldats ukrainiens ont été faits prisonniers, alors que la ville est largement détruite.
par Laurent Geslin

La sélection du Club

Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens
Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS