Bernard Jomier
Sénateur écologiste (apparenté PS) de Paris, médecin généraliste
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 févr. 2015

Nous sommes l'écologie ! par des militants EELV

L’heure des choix vient souvent en politique. Une fois de plus, les écologistes s’interrogent. Durement déstabilisé par les reniements présidentiels, le mouvement écologiste cherche la voie qui lui permette de porter au cœur des politiques publiques l’indispensable, l’ardente nécessité de la transition écologique alliée à la justice sociale.

Bernard Jomier
Sénateur écologiste (apparenté PS) de Paris, médecin généraliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’heure des choix vient souvent en politique. Une fois de plus, les écologistes s’interrogent. Durement déstabilisé par les reniements présidentiels, le mouvement écologiste cherche la voie qui lui permette de porter au cœur des politiques publiques l’indispensable, l’ardente nécessité de la transition écologique alliée à la justice sociale.

L’option défendue par certains du retour au gouvernement a une cohérence : celle d’ancrer l’écologie au cœur du pouvoir, de renforcer notre capacité à peser directement là où se prennent les décisions. Elle ne peut se concevoir sans un véritable contrat, argumenté, précis et engageant, tant le souvenir des paroles et des engagements non tenus est récent. Les reniements de l’après 2012 compliquent l’exercice. Et ceux qui souhaitent chez les écologistes un retour rapide au gouvernement, en ne portant pas clairement le débat sur le contenu, alimentent les suspicions de soumission.

Nous avons pourtant 2 années pour éviter le naufrage de la gauche et des écologistes.

Beaucoup de militants sont prêts à une véritable réflexion collective sur la période 2015-2017. Que faisons-nous de ces années ? Une énième course à la préparation de la présidentielle, qui obsède jusque dans nos rangs ? Un nouveau concours de postures pour savoir qui fera 3% en 2017 ou se rangera finalement derrière un autre ?

Mais surfant sur la déception de tous les écologistes, ceux qui ont toujours rêvé d’une alliance à la gauche du PS poussent les feux. La marmite aux idées toutes faites s’appelle chantiers d’espoir; nous savons déjà tous qu’elle ne produira rien de neuf. L’alliance à la gauche du PS, qui peut être légitime et utile dans des considérations locales, ne représente pas une voie d’avenir pour l’écologie qui s’y retrouve marginalisée et embourbée dans une dialectique au mieux inefficace, au pire nationaliste et passéiste. Certes la gauche de la gauche y a intérêt, et nul doute que sa proposition de se ranger derrière les écologistes aux régionales d’Ile-de-France procède de la vieille culture mitterrandienne : ce baiser là est fait pour tuer. Car redevables de cette bonne manière, comment refuserions-nous un nouvel accord pour la présidentielle, qui nous placerait immanquablement derrière son candidat ?

L’heure des choix vient souvent, et EELV ne doit pas changer de route mais creuser le sillon tracé en 2009 sans remettre en cause ses choix fondateurs. Le rassemblement des écologistes, couplé à une ouverture sans précédent sur les acteurs sociaux et associatifs et à l’ancrage européen du mouvement, a démontré son efficacité. Il s’est fait dans la clarté de nos convictions, sans radicalisation de posture ni ralliement honteux. Dans de nombreuses régions en sont nés des exécutifs à l’inflexion écologique nette, dont le bilan est aujourd’hui souvent salué. Et là où le PS a rejeté les écologistes, nous n’avons pas baissé pavillon. Oui l’écologie est un projet suffisamment puissant pour le réaffirmer et le porter sans relâche. Oui l’ouverture et l’exigence démocratique doivent être au cœur de la démarche écologiste. Oui l’Europe fait partie de notre ADN.

Cette stratégie est toujours la bonne, même sans leader incontesté.

Il n’y a aucune raison de répondre aux reniements du PS par une dérive protestataire, aucune raison de se soumettre à la gauche qui se dit radicale plus qu’à la gauche libérale : ces débats ne sont pas les nôtres. Laissons les socialistes et ex-socialistes régler entre eux les comptes de leurs visions passéistes.

Et qu’on cesse de toujours indexer nos choix sur l’élection présidentielle. Travaillons sur les attentes de nos concitoyens, sur les contenus des politiques publiques, sur les difficultés d’adaptation à la transition écologique, en enrichissant nos propositions : nous savons le faire, nous en avons les moyens.

Le temps des choix tactiques pour 2017 viendra, bien sur, à son heure. Ce n’est pas notre intérêt de confondre les échéances et de transformer les régionales de 2015 en pré-round présidentiel.

Qu’il serait étrange que cette année 2015, qui sera certainement marquée par une forte présence des questions écologiques à mesure qu’approchera l’échéance de la COP 21, soit celle où les écologistes décideraient d’une médiocre et piteuse alliance ravalant leurs idées et leur mouvement à un rôle de supplétif.

Nous sommes écologistes, nous sommes l’écologie ! Soyons fiers et convaincus de notre avenir.

Mikaël Agopiantz (co-secrétaire régional EELV Lorraine), Claude Alibert (Conseiller municipal et communautaire, Millau), Sybille Bernard (co-secrétaire du Groupe Local, Paris 14e), Nanou Berrouag (militante écologiste, IDF), Thierry Bruyere-Isnard (Adjoint au Maire, Saint Paul-le-jeune, Ardèche) Christophe Cavard (Député du Gard), Dominique Carre (Président du groupe des conseillers communautaires Ecologistes et Citoyens, Plaine commune et Adjoint au Maire de Pierrefitte), David Cherfa (conseiller d'arrondissement, Paris 19e), Pierre Chiesa (8e Vice-Président de de la communauté d'agglomération Seine-Amont Ivry-Vitry-Choisy), David Chollet (conseiller municipal de Tours), Hadrien Clausse (militant écologiste, IDF), Chantal Colocoloff (militante écologiste, Aquitaine), Benoit Curtis (militant écologiste, IDF), Philippe Debruyne (militant écologiste, IDF), Gaelle Delamarre (militante écologiste, IDF), Bernard De Veylder (Conseiller Fédéral), Françoise Diehlmann (Conseillère régionale IDF), Jean-Marc Dollet (soutien, Vosges), Christian Dupraz (Conseiller Général, Canton des Matelles, Hérault), Guillaume Durand (co-secrétaire du Groupe Local Paris 14e), Fabrice Embanga (militant écologiste, IDF), Malika Errajafiallah (militante écologiste, IDF) Jean Faurous (militant écologiste, IDF), Guillaume Fillon (militant écologiste, IDF), Nadja Flank (conseillère fédérale), Hélène Flautre (militante écologiste, Nord-Pas-de-Calais), Mireille Gairin (militante écologiste, IDF), Edouard Gaudot (militant écologiste), Florence Genestier (soutien, Bourgogne), Claire Guichet (Conseillère fédérale), Sofiane Hassaine-Teston (militant écologiste, IDF),  Yves Hauss (Conseiller Municipal, Illkirch), Pierre Hémon (Président du groupe des élus EELV Grand Lyon Métropole), Nadine Herrati (Maire-adjointe, Gentilly), Odile Joannes (militante écologiste), Bernard Jomier (Maire-adjoint de Paris), Mamadou Keita (militant écologiste, Saint-Ouen), Fatoumata Koné (Conseillère de Paris), Julien Lecaille (militante écologiste, Nord-Pas-de-Calais), Dan Lert (Maire-adjoint Paris 19e), Jean-Marie Lagache (responsable du groupe local de Champigny-sur-Marne, IDF), Virginie Le Torrec (militante écologiste, Saint-Denis), Guillaume Libock (militant écologiste, IDF), Joyce Malai (Maire-adjointe, Paris 19e), Sophie Minday (Maire-adjointe, Paris 19e), Jacques Msallam (militant écologiste), Daniel Mouranche (militant écologiste, IDF), Jérôme Musseau (militant écologiste, IDF), Michel Narbonne (coopérateur EELV, Ivry-sur-Seine), Awa Niakaté (militante écologiste, IDF), Kandé Niakaté (militante écologiste, IDF), Moussa Niakaté (militant écologiste, IDF), Sophie Niang (militante écologiste, IDF), Dirk Offringa (secrétaire régional, Languedoc-Roussillon), Alain Pâque (militant écologiste, Languedoc-Roussillon), Romain Paris (militant écologiste, IDF), Guillaume Peneau (militant écologiste, IDF) Quentin Picquenot (Conseiller municipal Paris 3e), Andreas Pilartz (Co-secrétaire du Groupe Local, Paris 19e), Christophe Porquier (Vice-président de la Région Picardie), Jérôme Poujade Lacan (conseiller municipal, Porcheville), Stéphane Prat (Maire-Adjoint, Ivry-sur-Seine), Emmanuelle Rivier (Maire-adjointe Paris 20e), Pierre Robine (conseiller fédéral), Kamel Rouabhi (militant écologiste, IDF), Samira Rouabhi (militante écologiste, IDF), Paulin Roy (militant écologiste, IDF) Emmanuel Ryz (militant écologiste, IDF), Chloé Sagaspe (co-secrétaire du Groupe Local, Paris-Centre), Aurelie Seutchie (militante écologiste, IDF), William Seutchie (militant écologiste, IDF), Gervais Sika (militant écologiste, IDF), Valérie Sika (militante écologiste, IDF), Aurélie Solans (Conseillère de Paris), Virginie Sourgens (militante écologiste, IDF), Anne Souyris (Co-présidente du Groupe écologiste au Conseil de Paris), Yannick Tchamba (militant écologiste, IDF), Hervé Tchatchouang (militant écologiste, IDF), Eric Thébault (Maire-adjoint Paris 19e), Olivier Toche (militant écologiste, IDF), Katia Tombois (militante écologiste du 95 – IDF), Antoine Valabrègue (militant écologiste, IDF), Enoy Vilsaint (militant écologiste, IDF), Amigo Yonkeu (Conseiller régional IDF), Audrey Yonkeu (militante écologiste, IDF), Romain Zavallone (Conseiller municipal, Ivry-sur-Seine).

Si vous voulez vous associer à cette démarche, vous pouvez envoyer un email avec votre nom et "qualité" à :

e.thebault (at) yahoo.fr (remplacez le (at) par @)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Covid : en laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique, soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal
Aux jeunes travailleurs, la patrie peu reconnaissante
Dans la droite ligne de 40 ans de politiques d’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi, le gouvernement Macron s’est attelé à réduire « le coût du travail » des jeunes à néant. Selon nos invités, Florence Ihaddadene, maîtresse de conférences en sociologie, et Julien Vermignon, membre du Forum français de la jeunesse, cette politique aide davantage les employeurs que les jeunes travailleurs et travailleuses.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose