Center Parcs de Roybon : le côté obscur de la force.

 

Le bois des Avenières, qui surplombe le petit village de Roybon, au sein de la vaste forêt de Chambaran, n'est pas "un trou de verdure". Il est situé au sommet d'un bassin versant et, pour continuer à mal parodier Rimbaud, il y chante mille rivières. Selon des études moins poétiques, le site recouvre partiellement un aquifère de plusieurs centaines de km2 , connu sous le nom de « molasse du Miocène », identifié par le Schéma Directeur d'Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) Rhône-Méditerranée comme à forte valeur patrimoniale.

Le bois des Avenières comporte une vaste zone humide, elle aussi à forte valeur patrimoniale, et abrite au moins 37 espèces dites "protégées", comme l'emblématique "écrevisse à pied blanc". Certains y ont même aperçu des cigognes noires, pratiquement disparues, et même, mais n'en dites rien, des lutins, des elfes et des nymphes...

Le bois des Avenières, auquel on accède par une petite route ou par des chemins bucoliques, c'était encore l'un de ces derniers endroits où trouver la paix, parmi les chants d'oiseaux printaniers ou les bourdonnements de l'été. Avant que ne s'y abattent les rigueurs hivernales, l'automne y fournissait champignons et châtaignes à profusion. Puis la forêt s'endormait, paisible, dans son manteau de neige, de vent et de frimas.

Oui, le bois des Avenières était magique. On s'y promenait en liberté au milieu de mille légendes, dans le frisson du feuillage et ce vibrato mystérieux que Giono appela "Chant du Monde".

Mais un jour, quelques messieurs sûrs d'eux: patron de Pierre et Vacances, élus locaux convaincus de leur importance, président de conseil général et futur secrétaire d'Etat, bref, quelques happy few accompagnés d'autochtones naïfs, décidèrent que tout cela, cette richesse gratuite à profusion, ne valait rien, ne rapportait rien et qu'il y fallait implanter... le plus grand Center Parcs d'Europe. Pensez vous, mesdames et messieurs : mille "cottages" avec de beaux parkings en goudron, de belles allées du même "métal", pour circuler sur la glèbe fangeuse, à vélo s'il vous plaît, des commerces, une clôture de fil de fer de deux mètres pour empêcher bipèdes et quadrupèdes extérieurs de troubler la "quiétude" des lieux. Pour agrémenter le tout, on allait bâtir une espèce de bulle tropicale avec des rivières en plastique bleu, un lagon, des palmiers en toc et autres bidules exotiques. Le tout chauffé à 29°, avec vidange du bouillon tous les six mois. !!

Pour ce mirifique projet, il suffisait de sacrifier la bagatelle de 110 à 120 hectares de zones humides, (beaucoup plus qu'à Sivens), d'envoyer au diable les écrevisses et autres batraciens, de priver les populations de la jouissance d'un vague bois, dont elles n'avaient que faire, puisqu'elles trouveraient toujours ailleurs assez de champignons pour parfumer leurs omelettes. Pour les "emplois", pas de problème : entre les subventions, la niche fiscale renouvelée, "les yeux dans les yeux", par monsieur Cahuzac, entre la vente du terrain au promoteur, pour 0,30 euros le m2, les nouvelles infrastructures nécessaires, chaque embauche ne coûterait au contribuable que... 240 000 €. Trois fois rien dans le contexte florissant de la conjoncture ! Et puis, que ne ferait-on pas pour renflouer les caisses de Pierre et Vacances, société à l'origine des Center Parcs, dont les pertes abyssales relèvent, désormais, de la grande cause nationale ?!

N'en jetez plus ?! Si, si: pour expédier les eaux usées des 5500 touristes attendus, eaux préalablement pompées dans une nappe phréatique menacée, on allait construire une conduite de 27 kilomètres, avec de nombreux points de relevage, pour arriver à une station d'épuration surdimensionnée à cet effet, sise non loin de l'Isère...

Tout à leur enthousiasme, le promoteur et les élus se rengorgèrent : ils allaient créer au moins 700 emplois, faire refleurir le fric et le béton en une région désertifiée. Le bonheur et la prospérité sur la terre ingrate des Chambaran, quoi...

Mais voilà : un beau jour, une bande d'irréductibles énergumènes s'avisa que la potion n'était pas à son goût, et même, qu'elle contenait, en y réfléchissant bien, plus de poudre de perlimpinpin qu'autre chose, à commencer par les emplois, le plus souvent à temps partiel, et payés une misère. Ils procédèrent à la création d'une association contre l'implantation du Center Parcs, exprimèrent courtoisement, démocratiquement mais fermement, leur opposition. Puis ils déposèrent des recours, qu'ils perdirent naturellement, au nom d'un "intérêt général" dont nul ne sait exactement à quoi il peut bien correspondre, sinon à justifier le pires dérives de la technostructure. Aujourd'hui, il s'entendent hargneusement traiter d' "anarchistes violents" par l'ineffable député UMP du coin, vilipendés par monsieur le maire de Roybon et l'impayable président du Conseil Général de l'Isère.

Au début, les irréductibles en question se sentirent bien seuls. D'autant plus seuls que messieurs les élus et leurs bons apôtres psalmodiaient d'une voix monocorde, à la façon des lamas tibétains, mais sans les valeurs spirituelles : "de toute façon, ça se fera". Bref, pour qui voulait l'entendre, c'était "circulez, y'a rien à voir". Pas de quoi les inquiéter vraiment, se disaient-ils.

Et puis, patatras : Le 23 juillet 2014, les commissaires de l’enquête publique "Loi sur l’eau" du Center Parcs de Roybon rendirent leur rapport. 727 contributions écrites, dont soixante pour cent de réponses défavorables, plusieurs réunions publiques, plusieurs semaines d'enquête et de travail acharné, qui conduisirent à 13 conclusions irrévocables : le verdict était unanimement défavorable. En France, terre "des Droits de l'Homme", nous eussions pu penser que la messe était dite et que monsieur Brémont, PDG du "barnum" Pierre et Vacances, s'en irait massacrer les écrevisses et les grenouilles ailleurs. Que nenni. Balayant d'un revers de la main les 250 pages de l'enquête, monsieur le Préfet de l'Isère décréta urbi et orbi, que le projet "se ferait". Soupirs et soulagement du promoteur, glapissements victorieux des élus et de leurs affidés. Le Droit, affirmaient-ils, était respecté. La légitimité républicaine aussi. Et de claironner leur ineffable satisfaction.

A nouveau, patatras ! Ce furent d'abord 250 dangereux "gauchistes" et autres "anarchistes", qui se réunirent à proximité du chantier pour exprimer leur colère. Puis il y en eut 600. Puis il y en eut plus de mille. (Décidément, le réservoir à anarchistes est presque aussi rempli que les caisses de l'Etat et de Pierre et Vacances sont vides !!) Comme les travaux avaient débuté en dépit des recours, une vieille maison forestière, aujourd'hui abandonnée, mise en vente et dont personne ne veut, fut occupée. Une nouvelle ZAD fut créée. Cris d'orfraie des saccageurs de forêts, d'autant plus vexés que les élus écologistes, dont la courageuse députée de la 9ème circonscription de l'Isère et la très opiniâtre députée EELV, tête de liste du Sud-est aux européennes, soutenaient activement la lutte... Aujourd'hui, le gouvernement tremble en pensant à Sivens et à NDDL. Aujourd'hui, les associations et collectifs anti Center Pars se comptent par dizaines. Une pétition sur la toile a réuni plus de 17000 signatures et ce n'est qu'un début

Par l'odeur de ZAD alléchées, les nuées médiatiques se sont abattues sur Roybon, avides de relater ce qui, jadis évoquait Clochemerle, et relève aujourd'hui du débat national. "Aujourd'hui plus qu'hier et bien moins que demain", les fanatiques de la déforestation en appellent à "la force injuste de la loi" (François Mitterrand). Que les gendarmes fassent leur office, hurlent-ils en gesticulant à l'assemblée, ou ceints de leurs belles écharpes tricolores, défilant devant la statue de la Liberté (un comble !!) de Roybon. Qu'ils cognent et qu'on n'en parle plus, ajoutent-ils. Des "vigiles" cagoulés semblent avoir déjà cogné... Mais on en parle encore plus !!

Le Conseil Général de l'Isère vient d'annoncer qu'il supprimait les subsides accordés à la Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature, (FRAPNA), coupable d'indiscipline pour avoir, elle aussi, osé déposer un recours contre l'arrêté préfectoral. Le 7 Décembre, bras dessus bras dessous, des élus du Front National défilaient, selon le site du Point, aux côtés de la droite et du PS, pour soutenir Pierre et Vacances. La très sainte alliance que voilà !! Encore plus fort que celle du "sabre" et du "goupillon"! Le côté obscur de la force continue d'étendre son ombre maléfique sur les Chambaran, mais la rébellion croît et se multiplie encore plus vite que les déroutes électorales du Parti Socialiste...

 

Bernard Kuntz

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.