Bernard Kuntz
Retraité de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 mars 2015

Bernard Kuntz
Retraité de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

ROYBON : LE RETOUR DU BANNISSEMENT.

Bernard Kuntz
Retraité de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

ROYBON : LE RETOUR DU BANNISSEMENT.

En juillet 1995, Jean-Marie BRUN s'installa à Roybon, dans une ancienne maison dauphinoise, sise un peu au dessus du lac, non loin d'un certain bois des Avenières, où il effectuait des sorties à cheval avec les débutants. Car ce père de trois enfants avait ouvert son centre équestre, baptisé "Le Cheval Autrement", pour mettre en valeur sa démarche. Il entendait s'inscrire dans le cadre d'une nouvelle relation entre l'animal, l'être humain et la nature, loin des clichés et des conceptions traditionnelles de l'équitation. Accompagnateur équestre, médiateur, et praticien en thérapies psychocorporelles, Jean-Marie BRUN a la fibre humaniste autant qu'écologique. Le village de Roybon, de son propre aveu, il l'aimait "avec ses galets et le froid de l'hiver..." Il ajoute : " J'y avais beaucoup donné, cherchant toujours à faire travailler en priorité les commerces, agriculteurs, ou artisans locaux, ou participant aux fêtes annuelles."Lorsqu'il organisait des stages, Jean-Marie ne manquait pas d'amener ses clients au restaurant de Roybon, et le foin de ses chevaux était acheté auprès d'un agriculteur local. C'est aussi au vétérinaire du village qu'il s'adressait pour les soins de ses animaux.

Il suffit de franchir la porte de la maison de Jean-Marie pour se faire une idée de son propriétaire : c'est le refuge d'un amoureux de la nature autant que d'un esprit cultivé, lucide, ouvert aux autres et aux débats de la modernité. Elle nous manquera, sa grande table autour de laquelle il faisait bon s'asseoir, juste à côté du poêle à bois, après être allés dire un petit bonjour aux chevaux, qui pâturaient, tranquilles, sur le coteau.

Oui mais voilà, Jean-Marie BRUN fait partie de ces gens qui s'offrent le luxe d'avoir des opinions et de les exprimer. Un tel comportement semble ne pas complaire à Monsieur le Maire de Roybon, ni à ceux de ses concitoyens qui se pâment à la seule évocation du Center Parcs... Début février 2015, Jean-Marie BRUN participe à une émission de France 2 (Envoyé Spécial), au cours de laquelle il formule clairement son opposition au saccage de la forêt de Chambaran et à l'installation d'un Center Parcs au dessus de Roybon, dans une zone à protéger, si l'on en réfère à la Loi sur l'Eau... Depuis, sentant une opprobre malveillante sur lui lorsqu'il se rend au village, il se fait prendre à partie à l'épicerie par un commerçant : alors qu'il s'apprêtait à le saluer, ce dernier déclara qu'il ne savait pas s'il devait serrer la main d' une personne "qui fait mourir Roybon". Dans le même temps, de "bonnes âmes" trouvèrent opportun d'arracher ses panneaux de signalisation... Un triste week-end du début Février, une cabane de la ZAD brûla sous l'effet de cocktails Molotov, deux voitures d'opposants au Center Parcs furent incendiées et de jeunes zadistes copieusement rossés. Jean-Marie BRUN, pour rentrer chez lui, dut franchir un barrage routier sous la protection des gendarmes, sous les quolibets et les huées d'une meute haineuse.

Voici quelques jours, un courrier parvint au domicile de Jean-Marie BRUN, courrier par lequel Monsieur le Maire de Roybon lui signifiait que la mairie résiliait la convention qu'elle avait signée avec son entreprise en 2004. Cette résiliation était annoncée sans aucune indication quant à un quelconque projet justifiant la nécessité de récupérer les terrains, ni sans la moindre discussion préalable. Précisons que Jean-Marie offrait une réduction aux habitants de Roybon, et qu'il avait proposé de louer ou de racheter ces mêmes terrains, sans que la mairie eût seulement jugé utile de lui répondre. La haine, Jean-Marie BRUN ne la supporte pas : il vient de mettre sa maison en vente; lui et ses chevaux souhaitent respirer, ailleurs, un air moins vicié...

Reliquat moyenâgeux, le bannissement a, pourtant, et selon le Larousse, "été supprimé du code pénal parce que contraire à la convention européenne des droits de l'homme". Monsieur le Maire de Roybon aurait-il oublié que les règles élémentaires de la démocratie autorisent tout citoyen à exprimer son opinion, pourvu que cette dernière n'appelle ni à la haine, ni à la violence ?... Monsieur le Maire, même sans partager vos convictions, nous serions portés à les considérer comme respectables, si votre action ne les discréditait. Vous pouvez vous en persuader : vous ne sortirez pas grandi de cet épisode...

Bernard Kuntz

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Kohler : le secrétaire général de l’Élysée est mis en examen
Le bras droit du chef de l’Etat a été mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » et placé sous le statut de témoin assisté pour « trafic d’influence », pour avoir caché ses liens familiaux avec le groupe de transport MSC et être intervenu à de multiples reprises en sa faveur. L’Élysée a mis tout en œuvre pour enterrer le dossier.
par Martine Orange
Journal — Afrique
Burkina Faso : récit d’un putsch sur fond de rejet de la France
Huit mois après avoir pris le pouvoir par la force, le lieutenant-colonel Damiba a été déchu à son tour. Les « néo-putschistes » et des activistes l’ont présenté comme le suppôt de la France afin de mobiliser la jeunesse. Sans cela, ils ne seraient peut-être jamais arrivés à leurs fins.
par Rémi Carayol
Journal
Comment l’exportation de lait et de viande « bas de gamme » démultiplie la catastrophe écologique
Dans un rapport publié mardi 4 octobre, Greenpeace, Oxfam et Réseau Action Climat analysent les conséquences de l’élevage français destiné au marché international. Un désastre environnemental et une concurrence déloyale pour les pays importateurs.
par Amélie Poinssot
Journal
Au moins 25 % des chômeurs ne réclament pas leur allocation
Entre 390 000 et 690 000 personnes ne demandent pas d’allocation chômage alors qu’elles y ont droit, soit de 25 % à 42 % de taux de non-recours, essentiellement chez les plus précaires. Des chiffres communiqués au Parlement par le gouvernement.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost
Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan
Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost