Bernard Kuntz
Retraité de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 mars 2015

Bernard Kuntz
Retraité de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

ROYBON : LE RETOUR DU BANNISSEMENT.

Bernard Kuntz
Retraité de l'éducation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

ROYBON : LE RETOUR DU BANNISSEMENT.

En juillet 1995, Jean-Marie BRUN s'installa à Roybon, dans une ancienne maison dauphinoise, sise un peu au dessus du lac, non loin d'un certain bois des Avenières, où il effectuait des sorties à cheval avec les débutants. Car ce père de trois enfants avait ouvert son centre équestre, baptisé "Le Cheval Autrement", pour mettre en valeur sa démarche. Il entendait s'inscrire dans le cadre d'une nouvelle relation entre l'animal, l'être humain et la nature, loin des clichés et des conceptions traditionnelles de l'équitation. Accompagnateur équestre, médiateur, et praticien en thérapies psychocorporelles, Jean-Marie BRUN a la fibre humaniste autant qu'écologique. Le village de Roybon, de son propre aveu, il l'aimait "avec ses galets et le froid de l'hiver..." Il ajoute : " J'y avais beaucoup donné, cherchant toujours à faire travailler en priorité les commerces, agriculteurs, ou artisans locaux, ou participant aux fêtes annuelles."Lorsqu'il organisait des stages, Jean-Marie ne manquait pas d'amener ses clients au restaurant de Roybon, et le foin de ses chevaux était acheté auprès d'un agriculteur local. C'est aussi au vétérinaire du village qu'il s'adressait pour les soins de ses animaux.

Il suffit de franchir la porte de la maison de Jean-Marie pour se faire une idée de son propriétaire : c'est le refuge d'un amoureux de la nature autant que d'un esprit cultivé, lucide, ouvert aux autres et aux débats de la modernité. Elle nous manquera, sa grande table autour de laquelle il faisait bon s'asseoir, juste à côté du poêle à bois, après être allés dire un petit bonjour aux chevaux, qui pâturaient, tranquilles, sur le coteau.

Oui mais voilà, Jean-Marie BRUN fait partie de ces gens qui s'offrent le luxe d'avoir des opinions et de les exprimer. Un tel comportement semble ne pas complaire à Monsieur le Maire de Roybon, ni à ceux de ses concitoyens qui se pâment à la seule évocation du Center Parcs... Début février 2015, Jean-Marie BRUN participe à une émission de France 2 (Envoyé Spécial), au cours de laquelle il formule clairement son opposition au saccage de la forêt de Chambaran et à l'installation d'un Center Parcs au dessus de Roybon, dans une zone à protéger, si l'on en réfère à la Loi sur l'Eau... Depuis, sentant une opprobre malveillante sur lui lorsqu'il se rend au village, il se fait prendre à partie à l'épicerie par un commerçant : alors qu'il s'apprêtait à le saluer, ce dernier déclara qu'il ne savait pas s'il devait serrer la main d' une personne "qui fait mourir Roybon". Dans le même temps, de "bonnes âmes" trouvèrent opportun d'arracher ses panneaux de signalisation... Un triste week-end du début Février, une cabane de la ZAD brûla sous l'effet de cocktails Molotov, deux voitures d'opposants au Center Parcs furent incendiées et de jeunes zadistes copieusement rossés. Jean-Marie BRUN, pour rentrer chez lui, dut franchir un barrage routier sous la protection des gendarmes, sous les quolibets et les huées d'une meute haineuse.

Voici quelques jours, un courrier parvint au domicile de Jean-Marie BRUN, courrier par lequel Monsieur le Maire de Roybon lui signifiait que la mairie résiliait la convention qu'elle avait signée avec son entreprise en 2004. Cette résiliation était annoncée sans aucune indication quant à un quelconque projet justifiant la nécessité de récupérer les terrains, ni sans la moindre discussion préalable. Précisons que Jean-Marie offrait une réduction aux habitants de Roybon, et qu'il avait proposé de louer ou de racheter ces mêmes terrains, sans que la mairie eût seulement jugé utile de lui répondre. La haine, Jean-Marie BRUN ne la supporte pas : il vient de mettre sa maison en vente; lui et ses chevaux souhaitent respirer, ailleurs, un air moins vicié...

Reliquat moyenâgeux, le bannissement a, pourtant, et selon le Larousse, "été supprimé du code pénal parce que contraire à la convention européenne des droits de l'homme". Monsieur le Maire de Roybon aurait-il oublié que les règles élémentaires de la démocratie autorisent tout citoyen à exprimer son opinion, pourvu que cette dernière n'appelle ni à la haine, ni à la violence ?... Monsieur le Maire, même sans partager vos convictions, nous serions portés à les considérer comme respectables, si votre action ne les discréditait. Vous pouvez vous en persuader : vous ne sortirez pas grandi de cet épisode...

Bernard Kuntz

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Squats, impayés de loyer : l’exécutif lance la chasse aux pauvres
Une proposition de loi émanant de la majorité propose d’alourdir les peines en cas d’occupation illicite de logement. Examinée à l’Assemblée nationale ce lundi, elle conduirait à multiplier aussi les expulsions pour loyers impayés. Une bombe sociale qui gêne jusqu’au ministre du logement lui-même. 
par Lucie Delaporte
Journal — Europe
Bombardements russes : « Il n’y a aucune cible ici, ce sont des maisons, des jardins ! »
À Dnipro, dans le sud de l’Ukraine, devant sa maison en ruines après une attaque de missile, l’infirmière Oxanna Veriemko ne peut que constater le désastre. Depuis le début de l’automne, la stratégie russe consistant à endommager les infrastructures fait de nombreuses victimes civiles. « Impardonnable », préviennent les Ukrainiens.
par Mathilde Goanec
Journal — Migrations
Arrivés en Angleterre par la mer, expulsés par charter : deux Albanais témoignent
En 2022, environ 12 000 Albanais auraient rejoint le Royaume-Uni, principalement par la Manche ou la mer du Nord, d’après Londres. Désormais, certains sont soumis à des expulsions en charter, quelques jours après leur arrivée. Plusieurs ONG et avocats s’inquiètent.
par Elisa Perrigueur, Jessica Bateman et Vladimir Karaj
Journal
Conditions de détention à Nanterre : l’État de nouveau attaqué en justice 
Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise doit examiner ce lundi un référé-liberté visant à remédier d’urgence à « l’état d’indignité permanent et endémique au centre pénitentiaire des Hauts-de-Seine ». Les requérants dénoncent « l’inertie manifeste des autorités ». 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
À la ferme, tu t’emmerdes pas trop intellectuellement ?
Au cours d'un dîner, cette question lourde de sens et d'enjeux sociétaux m'a conduite à écrire cet article. Pourquoi je me suis éloignée de ma carrière d'ingénieure pour devenir paysanne ? Quelle vision de nombreux citadins ont encore de la paysannerie et de la ruralité ?
par Nina Malignier
Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot