Bernard Ravenel
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 juil. 2014

Boucliers humains et «pureté des armes d'Israël»

Ah ! Qu'elle était belle la guerre des Six Jours en 1967 quand Israël, affrontant une coalition d'armées arabes, remportait haut la main une guerre « juste » et « propre », sous le signe de la « pureté des armes »... En 1973, la guerre d'octobre menée par l'Egypte est aussi gagnée, mais beaucoup moins facilement. Israël ne peut pas alors commencer à imaginer qu'il ne pourra (sur)vivre en sécurité en se basant uniquement sur sa propre force...

Bernard Ravenel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ah ! Qu'elle était belle la guerre des Six Jours en 1967 quand Israël, affrontant une coalition d'armées arabes, remportait haut la main une guerre « juste » et « propre », sous le signe de la « pureté des armes »... En 1973, la guerre d'octobre menée par l'Egypte est aussi gagnée, mais beaucoup moins facilement. Israël ne peut pas alors commencer à imaginer qu'il ne pourra (sur)vivre en sécurité en se basant uniquement sur sa propre force...

En même temps, la défaite des Etats arabes en 1967 a apporté une éclatante justification à la stratégie autonome du Fatah qui va se lancer à la reconquête de la terre palestinienne dans une lutte armée, une lutte de guérilla, bientôt appelée « guerre populaire prolongée » qui est supposée mobiliser tout le peuple arabe. Cette résistance est d'abord entièrement organisée dans les pays limitrophes, en Jordanie et au Liban, tout en tentant de frapper des objectifs militaires et civils dans les frontières de l'Etat d'Israël.

Du même coup, l'émergence de la Résistance palestinienne à l'échelle régionale signifie l'entrée en scène des sociétés arabes. Pour la Palestine, le centre de gravité passera de la société palestinienne diasporisée à la société palestinienne de l'intérieur. Avec la Résistance palestinienne devenue mouvement populaire de guérilla dispersée dans des camps en Jordanie et au Liban et souvent mêlée à la population locale, l'armée israélienne se trouve devant un problème inédit : comment détruire « l'ennemi » sans toucher le « proche voisinage », c'est-à-dire les civils ? Le problème se repose lorsque cette résistance se déplace de l'extérieur vers le territoire palestinien occupé par Israël. 

Ce nouveau contexte amène Israël à transformer sa conception et sa pratique de la guerre. Les guerres conventionnelles contre les Etats arabes sont finies et gagnées. L'ennemi étatique évitait à l'armée israélienne de frapper les civils extérieurs au « théâtre de guerre » bien délimité dans l'espace. Désormais l'ennemi à battre se trouve « comme un poisson dans l'eau » dans la société, ce qui va faire de la destruction de la société environnante le préalable de la défaite militaire de cet « ennemi ». La dissuasion israélienne, qui jusque là montrait par l'étalage de sa force à l'ennemi ce à quoi il s'exposait s'il osait attaquer, passe à l'acte en détruisant l'infrastructure économique et sociale comme « démonstration concrète de la détermination de s'en servir, c'est-à-dire (…) sur le mode de la guerre » (Roger Nabaa, dans Esprit novembre 2010, s'inspirant du livre d''Eyal Weizsman A travers les murs. L'architecture de la nouvelle guerre urbaine, La fabrique , 2008). Finalement la dissuasion des sociétés ennemies passe par des destructions massives qui affectent directement les civils. Il n'y a plus de distinction entre guerre et dissuasion, d'où la « disproportionnalité » comme composante stratégique de la nouvelle dissuasion israélienne. C'est au Liban en 1982 – l'année de Sabra et Chatila – et en 2006 – contre le Hezbollah – que s'est mis au point le passage de la guerre « étatique » à la guerre « asymétrique ». C'est dans ce climat que du côté palestinien commence la recherche d'une nouvelle stratégie, non-militaire, d'une stratégie de lutte non-violente qui sera mise en œuvre en 1987 avec la première Intifada. A cette même époque, les différentes composantes de l'OLP séculière sont confrontées, avec la naissance du Hamas en 1988, à un phénomène islamique. Désormais l'OLP est placée devant un phénomène politique qui posera la question de l'emploi des différentes formes de lutte armée pour libérer la Palestine...

Israël ressent alors la nécessité de développer un discours spécifique pour faire accepter sa nouvelle stratégie militaire qui prend vite aux yeux de l'opinion internationale la forme de « sales guerres ». C'est alors qu'on va nous servir la question des boucliers humains. L'actuel massacre de civils à Gaza nous contraint à reprendre cette question.

Dans le jargon militaire, repris sans trop d'interrogations par les principaux médias, le bouclier humain est composé de civils situés à proximité d'un objectif militaire pour dissuader l'ennemi de le frapper. Ou mieux, pour faire en sorte que celui qui malgré tout décide de le frapper commette un horrible crime de guerre qui délégitime son action et ses objectifs. Il y a deux sortes de boucliers humains possibles : ceux qui sont constitués de personnes contraintes de jouer ce rôle, ce sont alors des otages, ou ce sont des personnes volontaires qui sont alors complices. Pour Israël ce ne peut être que la deuxième catégorie qui s'impose et pour les « otages » il n'y a guère de marge de manœuvre pour les éviter. Telle serait la stratégie d'utilisation de la population par le Hamas qui contraindrait Israël à tuer des civils pour atteindre ses objectifs militaires. En fait, en raison de l'exceptionnelle densité démographique dans la bande de Gaza, le cadre de vie des Gazaouis, bien connu par l'état-major israélien, montre une  réalité bien différente de celle attribuée au Hamas. Ainsi les civils, avertis par l'armée israélienne cinq minutes avant d'appuyer sur le bouton, ne peuvent guère s'éloigner du lieu de leur déjà très précaire vie quotidienne et forment une sorte de bouclier humain non plus pour un responsable du Hamas habitant dans le même immeuble qu'eux mais souvent parti ailleurs, mais pour leur cadre de vie familier qui comprend aussi la mosquée, l'école, une éventuelle structure sanitaire et un local de l'UNRWA. Ce lieu de vie, du fait de la contiguïté entre miliciens et civils, entre installations « militaires » et structures civiles, rend impossible une distinction entre combattants et civils, d'autant plus que dans ce genre de bataille les combattants peuvent redevenir vite des civils et les civils des combattants... 

En dernière analyse, la théorie israélienne du bouclier humain n'est que le prétexte d'une stratégie militaire qui n'accepte pas le droit international humanitaire considéré comme un obstacle pour ses propres objectifs, et qui, par conséquent, refuse la distinction entre civils et combattants. Ce n'est plus la résistance palestinienne armée qui est l'ennemie : l'ennemi c'est la société. C'est le sociocide tel que défini par le sociologue palestinien Salah Abdel Jawad, qui s'ajoute à l'épuration ethnique. Les élucubrations du porte-parole de l'armée israélienne tournant toujours sur le thème du bouclier humain pour justifier le bombardement d'une école ou d'un hôpital ou du quartier de Chouljaiya sont littéralement obscènes. Un comportement qui entraîne une réaction prévisible de la victime : « Maintenant tous les Israéliens sont devenus des objectifs légitimes », a déclaré le porte-parole du Hamas, Sami Abu Zuri. Israël a enclenché une spirale de l'horreur « légitime » qui risque d'emporter la société palestinienne mais aussi la société israélienne vers une irrémédiable catastrophe.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Paris abandonne en Syrie trois orphelins de parents djihadistes
Depuis novembre 2019, trois enfants français sont placés dans un orphelinat de la capitale syrienne. Leurs parents, membres de l’État islamique, sont morts sur place. Après plusieurs mois d’enquête, nous avons réussi à retracer le parcours unique de ces orphelins.
par Céline Martelet
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire, en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain