Grèce ; "Un accord non viable"

Personne ne croit à la réussite de ce plan imposé aux Grecs.

Tsipras ; « J'ai signé un accord auquel je ne crois pas »

"Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a reconnu mardi 14 juillet au soir que l'accord avec les créanciers pour un troisième plan d'aide financière était un texte auquel "il ne croit pas", mais qu'il "a signé pour éviter le désastre au pays".

le FMI

Le fonds estime que la dette d'Athènes, qui devrait atteindre 200% du PIB dans les deux prochaines années, est «totalement non-viable». Il conditionne sa participation au nouveau plan d'aide à un allégement voire un effacement d'une partie de cette dette.


Et si le meilleur moyen de provoquer une remise en cause radicale de l'Eurozone  n'était pas de signer un accord non viable. ?

La meilleure façon de  gagner n'est elle pas de pousser les Eurocrates au bout de leurs contradictions ?   


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.