Hollande a renoncé à se présenter en 2017.

En définitive le PS va organiser une Primaire, malgré tous les changements de pieds possibles et imaginables. Ce sera une primaire "de la gauche de gouvernement" . Il est clair que la proposition de Cambadèlis, votée semble t'il à l'unanimité du Conseil National du PS, avait reçu l'extrême onction , si on peut dire, du Président Hollande.

Ce simple fait signifie que Hollande a déjà renoncé à se présenter à la présidentielle de 2017.

Hollande a décidé de ne pas être candidat, parce qu'il se rend compte

- qu'en acceptant la primaire,  il a montré qu'il est en état de faiblesse institutionnelle et qu'il aura donc du mal a vouloir se présenter comme le président de tous les français, qu'il n'est donc pas. Non seulement il subira les attaques de la droite, le refus d'une partie de la gauche mais en plus une mise en examen critique et dramatique par ses soutiens actuels.

- que son impopularité est impossible a remonter. Malgré son "ça va mieux " et quelques indicateurs économiques plus ou moins amériolés, son score ne remonte pas, au contraire même.

- que sa dernière réforme (code du travail) est dans la nasse, et qu'il est plus près d'une motion de censure que d'autre chose.., que son parti est en capilotade puisque les pseudos frondeurs ne peuvent même plus s'abstenir sur cette réforme sauf à se déconsiderer totalement et pour longtemps.

- que même s'il est élu lors de la primaire du PS, il sait qu'il ne pourra plus, dans tous les cas de figure, être qualifié au second tour de la présidentielle, en raison de l'incapacité de fédérer un minimum la gauche.

- qu'il ne voudra pas assumer le fait d'être renvoyé dans ses foyers avec un score lamentable qui signerait  la nullité de son mandat présidentiel. 

Donc, sa meilleure solution est d'accepter  une "primaire de gouvernement" comme ils disent, sans lui, qui lui permettra d'expliquer qu'il donne au PS la possibilité de se choisir un autre candidat.

Rendez vous au mois de Décembre.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.