De la Banalyse et des banalystes.

Il est certain que La Banalyse n'a pas existé. Pas du moins au sens où on l'entend en 2011. Je me souviens d'un misérable journaliste de France Kulture nous ayant rejoint aux Fades en 198 ***, et littéralement liquéifié de terreur à l'idée que, interviouve faite, il lui fut signifié qu'il était pour lui impossible de rentrer à Paris avant 48 heures au moins.

Je développerai, à l'occasion, ces moments assez étranges dont la source a été le M.A.U.S.S., l'hérésie de Type Rumney de l'I.S., le Cosmoréalitarisme issu de la pensée malévitchéenne, l'ennui comme impondérable et, aussi, une grande volonté de se confronter au stade lamentablement immédiat du matériau historique par le medium des grilles psychogéographiques sans lyrisme ni rien.

Autant faire face aux cochons avec Des Esseintes, et les bijoux de la Salomé de Moreau.

C'est une chose fameuse que d'être illisible dans un monde infâme.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.