Roaccutane®

roaccutane.jpg

 

 

Depuis longtemps nous savons que ce médicament doit être prescrit exceptionnellement, dans des cas d’acné gravissime.

Il faut faire super gaffe.

Et pourtant, des confrères se permettent de le donner pour soigner quelques boutons disgracieux.

Des patients le réclament à corps et à cri pour leurs enfants.

Etrange société où le paraître est tellement important que le risque l’emporte sur la raison.

Prescrire n’est pas un acte banal.

Il faut à chaque fois peser le pour et le contre.

Et surtout écouter le patient et prendre immédiatement en compte sa description de potentiels effets secondaires.

C’est le médecin qui prescrit, pas le patient.

C’est le médecin qui prescrit, pas la voisine.

Cet acte m’appartient et je l’assume.

Cet acte m’appartient et je l’explique.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.