Besset
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 avr. 2009

G20 : bravo les artistes !

Comment donner l'illusion du mouvement sans bouger sur le fond ? Ou comment mimer un triple salto avant en restant droit dans ses bottes ? Réponse : en s'applaudissant à tout rompre pour faire passer ses bobards. L'opération porte un nom : G20. Et une date : Londres, 2 avril 2009. Décryptage.

Besset
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


Comment donner l'illusion du mouvement sans bouger sur le fond ? Ou comment mimer un triple salto avant en restant droit dans ses bottes ? Réponse : en s'applaudissant à tout rompre pour faire passer ses bobards. L'opération porte un nom : G20. Et une date : Londres, 2 avril 2009. Décryptage.
Premier bobard : les "nouvelles règles" du capitalisme mondial. Selon le G20, ce serait donc le Costa-Rica, les Philippines, l'Uruguay et l'île de Labuan (une zone franche de Malaisie) qui auraient pourris le système financier international. Les voilà tous les quatre jetés sur une "liste noire" des paradis fiscaux. En revanche, les poids lourds du secret bancaire, de l'évasion fiscale et du blanchiment d'argent s'en tirent sans dommages. Macao, Hong Kong, Jersey, la City de Londres, les Iles Vierges, les Bermudes, les Iles Caïmans, Singapour, le Luxembourg, la Suisse, le Liechtenstein, Brunei, certains Etats américains comme le Delaware ou le Nevada... sont "blanchis" ou placés sur une "liste grise" qui existe depuis dix ans et qui ne les a jamais contraint à quoi que ce soit. Le G20 a donc décrété que les principaux centres financiers off shore étaient peu ou prou vertueux. Aucune sanction claire, immédiate, tangible, n'est arrêtée. Le message est limpide (chez nous, Monaco et Andorre se sont d'ailleurs empressés de se féliciter de l'absence de sanctions) : tout peut continuer comme avant, à quelques boucs émissaires reprise" tant désirée de la croissance. Passons sur le coup de bonneteau qui octroie au FMI et à la Banque mondiale - bras armés de la dérégulation mondiale - le rôle de médecin traitant de la régulation économique mondiale. C'est comme si on donnait à un virus la charge de combattre la maladie qu'il inocule. La bonne blague !
Il y a plus grave. Par quoi est inspiré ce déversement colossal de crédits ? Sur quoi cette volonté de relance de la croissance est-elle fondée ? Rien d'autre que sur un mystérieux ingrédient psychologique qui, parait-il, débriderait les comportements : la Confiance. En inondant le monde de pognon, le G20 souhaite redonner confiance aux entrepreneurs, aux consommateurs et aux marchés. Pour en faire quoi ? Pour qu'ils retrouvent leurs habitudes, retournent au business as usual et se bercent de l'illusion d'une croissance infinie. Il s'agit ni plus ni moins que d'inviter les acteurs économiques à reprendre confiance dans les vertus du système, à restaurer les pratiques anciennes de production, de consommation et de commerce, à les encourager à redémarrer de plus belle (comme par exemple la décision de relancer la libéralisation des échanges au sein de l'OMC). Bref, le G20 invite à négocier le virage pour reprendre le même chemin.

Cela ne conduira qu'à un formidable tête à queue ! Car c'est précisément les mécanismes qui ont conduit le monde à la récession économique et sociale en même temps qu'à la destruction des équilibres naturels que le G20 veut réhabiliter. C'est justement le principe de confiance qui est mort. Exceptés quelques drogués polymorphes accrocs au vieux monde, qui peut croire que les mêmes politiques ne conduiront pas aux mêmes effets ? Chacun sait ou ressent que c'est ce mode de développement, ce système de fuite en avant dans l'excès de tout en tout qui mène l'humanité à la casse. Serait-ce ce concasseur des hommes et de la nature qu'il faudrait restaurer, à coups de dollars et d'esbroufe ?
Chaque milliard réinjecté pour réparer ce système prolonge la crise, creuse un peu plus la récession économique et la régression sociale, accentue la trajectoire d'effondrement des écosystèmes.
Ce n'est donc pas la confiance en ce qui a failli qu'il faut restaurer. C'est l'espoir en un nouveau projet de société qu'il est urgent de fonder. Un changement systémique qui passe, progressivement, par la reconversion de l'ensemble des activités humaines en fonction des impératifs sociaux et écologiques, comme le programme européen d'Europe Ecologie le propose.
Au fond, les principaux dirigeants de la planète ne sont peut être pas des âmes noires qui trompent sciemment le pauvre monde. A coup sûr, ce sont d'incorrigibles bigots. S'ils se sont efforcés à Londres de relégitimer la machine, c'est parce qu'ils sont dans l'impossibilité mentale de s'arracher aux schémas du passé, à la matrice culturelle originelle qui les a fait tels qu'ils sont, incapables d'imaginer un autre monde. S'ils veulent contre toute évidence sauver le système productiviste libéral, et pas le changer, c'est qu'ils y croient, les bougres, et, comme tout malade qui s'ignore, c'est qu'ils sont convaincus que le collapsus ne peut pas se produire. En ceci, ils ressemblent à s'y méprendre aux vieux pontes du socialisme réel qui n'ont pu imaginer l'implosion du système soviétique et qui l'ont découvert un beau matin agonisant à leurs pieds. JPB

Jean-Paul Besset, Tête de liste Europe Ecologie Massif Central Centre : http://www.europeecologie.fr/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz
Billet de blog
La condition raciale made in USA
William Edward Burghardt Du Bois, alias WEB Du Bois, demeure soixante ans après sa mort l’une des figures afro-américaines majeures du combat pour l’émancipation. Magali Bessone et Matthieu Renault nous le font mieux connaître avec leur livre « WEB du Bois. Double conscience et condition raciale » aux Editions Amsterdam.
par Christophe PATILLON
Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques
Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP