Distinguer l'homme de l'artiste

"Distinguer l'homme de l'artiste"... quelle représentation obscène ! En programmation objet (eh oui je suis programmeur...) la classe Artiste étendrait la classe Humain, faisant d'un artiste un être humain sans distinction. Je pense que cette assertion vaut dans la vie courante, pour le 49-3, les Césars ou les dominations économiques.

Auguste Blanqui Auguste Blanqui
"Distinguer l'homme de l'artiste"... quelle représentation obscène ! En programmation objet (eh oui je suis programmeur...) la classe Artiste étendrait la classe Humain, faisant d'un artiste un être humain sans distinction. Je pense que cette assertion vaut dans la vie courante. Que l'on distingue l'œuvre de l'artiste / de l'humain, ça fait sens : on peut trouver l'homme "John DeLorean" détestable et être un fan inconditionnel de la DeLorean, sa voiture rendue célèbre par Retour Vers le Futur ; on peut trouver Bukowsky gerbant et aimer son œuvre (dont un des buts s'il en est serait d'ailleurs certainement de le rendre "dégueulasse") ; on peut être particulièrement mal à l'aise avec Bertrand Cantat qui a violenté sa femme au point de la tuer, ce pourquoi il a été jugé coupable, et apprécier son œuvre. Par contre peut-on apprécier l'œuvre "J'accuse" d'un Roman Polansky accusé de nombreux viols sur mineurs quand ce dernier indique que sa propre vie lui a servi de ressource pour réaliser son film (EXCLUSIF. Le JDD a assisté au dernier jour de tournage du film de Roman Polanski sur l'affaire Dreyfus) ?

Alors oui, bravo à Adèle Haenel, bravo à Virginie Despentes pour son excellent article dans Libé : "on se lève, on se barre et on vous emmerde". Les dominés ne peuvent cesser d'être dominés qu'une fois qu'ils en établissent le fait et qu'ils prennent des mesures pour changer les choses. Alors debout, ciao et fuck les dominants et les dominations.

Et ça vaut pour toutes les dominations !! Celle du 49.3 sur la réforme des retraites en particulier ! Là pour le coup et à l'inverse des exemples précédents, si je peux constater que quelques uns apprécient l'image renvoyée par nos politiques, il n'est pas possible d'aimer l'œuvre.

Honte à vous les Césars, le Gouvernement (celui-ci comme beaucoup d'autres avant lui), les prédateurs sexuels, les inconséquents climatiques et les "gros plein de soupe" (comme aurait dit Auguste Blanqui en 1871). J'espère qu'un jour vous paierez le prix fort aux dominés pour les conséquences de vos actes.

Source: https://www.e-glop.net/main/Blog_politique#Dominants_et_domin.C3.A9s

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.