Danger pour les libertés publiques : drôle de concomitance

Étude en cours sur le "backtracking" et sortie concomitante d'un nouveau système connecté pour les attestations de sortie : danger imminent pour nos libertés publiques.

Quoi qu'en dira la CNIL ou le décret permettant ce traitement de données à caractère personnel, la juxtaposition de ces deux informations me fait froid dans le dos.

Je suis un professionnel de la cybersécurité et de la protection des droits et libertés des personnes eut égard à leurs données personnelles. Travailler ces questions est mon quotidien, même en télétravail.

Le 1er Ministre Edouard a annoncé qu'un système de QRCode serait disponible le 6 avril pour remplacer l'attestation papier (qui permettra nécessaire une traçabilité poussée des déplacements, peu importe la solution technique déployée). Pendant ce temps nous savons que le Gouvernement planche actuellement sur des scenarii de fin de confinement incluant du "backtracking" (pistage numérique des déplacements).

L'existence même de ces deux informations est de nature a éveiller tous les soupçons en matière de libertés publiques. Clairement les QRCode imaginés sont un déploiement précoce du #backtracking.

Pour en apprendre plus :

Dans la situation actuelle et en observateur consciencieux, je suis inquiet ! SVP restons tous sur l'attestation papier, et refusons tout système de traçage de nos vies. Ce dont nous avons besoin c'est des soignants protégés, des tests Covid-19, des masques, des solutions hydroalcooliques à tous les coins de rue, éventuellement du confinement le temps qu'il faudra, mais pas de la surveillance de masse, s'il vous plaît, pas ça !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.