beta
Activiste libertaire, Faucheur Volontaire, ex-Développeur informatique sous licences libres, spécialiste de la cybersécurité.
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 déc. 2020

beta
Activiste libertaire, Faucheur Volontaire, ex-Développeur informatique sous licences libres, spécialiste de la cybersécurité.
Abonné·e de Mediapart

Les 3 décrets du 3 décembre 2020, par Gérald Darmanin

Le Ministère de l'Intérieur a publié 3 décrets relatifs à la sûreté des institutions et des dispositifs de surveillance... dans le cadre initial de la lutte anti-terroriste. Ces décrets permettent de passer de la surveillance d'"activités" à celle d'"opinions". Elle élargit son périmètre de la sécurité publique à celui de la sûreté de l'état et de ses institutions.

beta
Activiste libertaire, Faucheur Volontaire, ex-Développeur informatique sous licences libres, spécialiste de la cybersécurité.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 3 décembre, le Ministère de l'Intérieur a publié 3 décrets relatifs à la sûreté des institutions et des dispositifs de surveillance... dans le cadre, initialement de la lutte anti-terroriste. Sur ces décrets, les avis de la CNIL sont requis. Il circonstancient les ouvertures faites par exemple sur les données de santé (articles R236-13 et R236-23), mais ne parlent absolument pas du passage de la surveillance d'"activités" à celle d'"opinions". Cela laisse augurer que les contrôles de l'autorité légalement indépendante ne devraient pas porter plus que ça sur cette différence activités/opinions.

Le fait qu'après les mots « les informations qui concernent des personnes » sont insérés les mots : « physiques ou morales ainsi que des groupements », ça sort des prérogatives de la CNIL. Personnellement cela me fait aller vers deux options, soit :

  1. c'était déjà un état de fait, car la notion de personne en droit couvre aussi bien les personnes physiques que les personnes morales (cf. cours du Collège de France d'Alain Supiot que je recommande vivement), et que le fichier / le traitement collectait déjà des informations sur ces différents types de personnes
  2. c'est une ouverture du fichier vers les personnes morales et les groupements, alors c'est TRES inquiétant pour nos activités syndicales et autres... mais là je n'ai pas l'info.

Je penche pour ma part pour la première option, qui semble moins grave. Pourtant, même si elle est moins grave, l'officialisation de la pratique de fichage des organisations et de leur surveillance systématique traduit quand même de l'affirmation de ces méthodes et constitue donc au mieux un rappel aux organisations, au pire un avertissement : Syndicats, gardez-vous bien de remettre en cause la sûreté des institutions.

Quant aux ajouts "ou à la sûreté de l'Etat" et "porter atteinte à l'intégrité du territoire ou aux institutions de la République", là ça ouvre en grand les domaines d'application du texte, jusque là limité à la sécurité publique, et aux activités terroristes. Il s'agirait là d'une dérive autoritaire, où la surveillance ne vise pas à la sécurité publique mais celle des institutions... Tel que le propos de David DUFRENE dans son documentaire "Un Pays Qui Se Tient Sage" (constaté depuis 15 ans au -) : la police nationale s'est transformée en une police des institutions.

Cette analyse a pour objet de servir de pièce constitutive à l'action contre cette mise en orbite de l'exécutif sur les questions sécuritaires. Notre liberté est notre meilleure sécurité.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
Affaire « Paul Bismuth » : Sarkozy prend ses distances avec les autres prévenus
L’ancien président conteste avoir commis la moindre infraction, malgré des enregistrements diffusés par la cour d’appel de Paris indiquant le contraire. À l’entendre, il n’était « pas passionné de procédure pénale », à l’inverse de Thierry Herzog, son ami avocat, et de l’ex-magistrat Gilbert Azibert.
par Michel Deléan
Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Prof harcelée par l’extrême droite : « Maintenant, il faut une protection policière pour réfléchir sur la fraternité ? »
Sophie Djigo, enseignante de philosophie en classe préparatoire à Valenciennes, a été la cible d’une campagne en ligne parce qu’elle organisait une sortie pédagogique auprès d’une association d’aide aux migrants à Calais. Dans un entretien à Mediapart, elle demande à l’Éducation nationale de « protéger les collègues ».
par Célia Mebroukine

La sélection du Club

Billet de blog
Dominique Blanc porte haut « La douleur » de Marguerite Duras
L’actrice dit vouloir jouer encore et encore ce spectacle, « jusqu’ au bout ». Elle a raison. Ce qu’elle fait, seule en scène, est indescriptible. Thierry Thieû Niang l’accompagne dans ce texte extrême de Marguerite Duras créé sous le direction de Patrice Chéreau il y a bientôt dix ans.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Sans couronne se relever
Au cours de sa formation théâtrale, Suzanne de Baecque répond à un travail d’immersion en s’inscrivant au concours de Miss Poitou-Charentes. Avec Raphaëlle Rousseau pour complice, elle narre son expérience à partir des coulisses, observant ses concurrentes, les racontant pour mieux donner naissance à « Tenir debout », docu-fiction entre rire et larmes, premier spectacle magnifique.
par guillaume lasserre
Billet de blog
L’art nous empêche-t-il de construire un monde meilleur ?
L'art peut-il être un outil politique pour surmonter les crises environnementales et sociales que nos sociétés traversent ? A-t-il vraiment le pouvoir de créer de nouveaux récits pour amener une mutation profonde et nécessaire ? Non. Car dans un monde profondément individualiste, l'art est fondamentalement du côté des forces réactionnaires.
par Sébastien Piquemal
Billet de blog
Avec Francesca Woodman et Vivian Maier, « Traverser l’invisible »
Chacune à sa façon, les deux photographes, comme l'écrit Marion Grébert, « ont mené leur existence en échappant à la moindre possibilité d’être saisies. »
par Jean-Claude Leroy