Ce que l'État choisit de défendre

Paraît-il que l'État et ses forces armées et de renseignement n'avaient pas les moyens de surveiller les trois malades qui ont pris d'assaut la liberté d'expression, la liberté de penser, en bref la démocratie. Pourtant ces dernières années, quel a été le budget public et les moyens humains alloués à la défense de la construction inutile d'un aéroport à Notre-Dame-des-Landes (44) ou d'un barrage à Sivens ? Quel est le message sous-jacent ? Où est le sens et l'intérêt communs ?

Paraît-il que l'État et ses forces armées et de renseignement n'avaient pas les moyens de surveiller les trois malades qui ont pris d'assaut la liberté d'expression, la liberté de penser, en bref la démocratie. Pourtant ces dernières années, quel a été le budget public et les moyens humains alloués à la défense de la construction inutile d'un aéroport à Notre-Dame-des-Landes (44) ou d'un barrage à Sivens ? Quel est le message sous-jacent ? Où est le sens et l'intérêt communs ?

Intervention armée à Notre-Dame-des-Landes (44), février 2014
Intervention armée à Notre-Dame-des-Landes (44), Février 2014

Les responsables sont clairement ces politiques mégalomaniaques et ce désir de puissance qui vont sans doute renforcer, dans les jours à venir, l'arsenal militaire et législatif dans des directions inutiles. Choisissons ce que nous, les habitants de France et d'ailleurs, souhaitons défendre. L'État en tant qu'appareil vit ses dernières années. Il était encore possible de le sauver il y a quelques temps (disons entre 2005 et 2012), maintenant c'est trop tard. Mais ne nous inquiétons pas, voyons le désordre qui s'installe comme l'opportunité de rependre les choses à leur base et de construire ensemble, tous ensemble, selon des priorités fortes et communes.

Le repli sur soi et sur son chez-soi vont devoir être dépassés. L'heure est venue d'ouvrir les portes. La question n'est pas de savoir comment ou quand sortirons-nous par le haut de tout cela. La question est de savoir combien d'entre-nous resteront sur le carreau d'ici à ce que nous y arrivions. Il y a déjà trop de morts, du Niger à la Palestine en passant par le Mexique, la Syrie ou les USA. Toute proportion gardée, il y a déjà trop de morts à compter en France et en Europe.

Je suis Charlie.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.