beyeimpact
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 nov. 2021

Pour une poésie de la résistance Nous libérer de nous-mêmes prélude... IIIè Partie

beyeimpact
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour une poéthique de la résistance

IIIè Partie suite & fin

Nous libérer de nous-mêmes prélude à la déconnexion 

La nécessaire rupture anthropologique

                                                                                                                         « Le pire ennemi de l’Afrique est l’AFRICAIN » S . Beye


       Le Sénégal, l’Afrique en général doit pour la reconquête de sa souveraineté/se libérer de deux relations infectes chroniques/d’une part avec lui-même s’agissant de sa relation incestueuse dévergondée d’une violence ancrée/d’autre part avec l’Occident néo-colonialiste impérialiste/une relation quasi pédo criminelle consentie de libertinage sadomasochiste/où tout se passe sans sourciller de l’enfantillage la soumission/de tout un continent par la même des abus séculaires «gobés»/me laissant comprendre le problème africain non pas par les ressorts politiques quels que soient l’orientation ou les hommes politiques en place ou le recourt excessif au levier financier/mais des ressorts cruellement anthropo-historico-culturels/comme ferment d’une construction politique densément exogène/aux visées diamétralement opposées aux intérets des populations/il y a longtemps je ne sais plus qu’est-ce que la démocratie/les orientations politiques supposées nationales n’étant qu’un appendice des décisions occidentales/les relations Occident, France singulièrement et Afrique, une entente tacite depuis les « indépendances »/où la diplomatie ici abusivement retenue comme fonction lubrifiant/le concept quant à son signifié politique et sa traduction opérationnelle étant pur leurre/il serait même exagéré de dire qu’il y a asymétrie entre les deux entités pour tout dossier/tout sujet émane de la seule France, initié -contenant et contenu- par elle/et exécuté illico mécaniquement par l’Afrique sans mot pipé/la relation étant de l’état du moi Parent  (France) à l’état du moi Enfant soumis -zone CFA entièrement-/partout où ledit enfant se mue en Enfant rebelle il eut coup d’état voire assassinat dicté depuis la métropole -Lumumba, Modibo Keita, Sankara, Kadhafi etc.-/c’est dire que l’action par et pour soi autrement l’endogène est le socle adéquat le déterminant local de toute politique/à permettre à toute nation de s’élever au rang économique et social indiqué/combien de fois les variables structurelles ont changé, sont permutés, inter-mutés, toutes soumises de l’extérieur/toute la zone CFA n’ayant d’ailleurs pas de politique économique propre/seule celle budgétaire lui revient pleinement/la potence y est double pour les populations réduites à la soumission dans la soumission/le problème est d’autant anthropologique que non seulement on ne se défait de l’extérieur/les chefs d’états africains épousent la doctrine du dominant/par application d’un colonialisme tropical inconscient/le colon nègre adepte du fauteuil envoutant  discrimine exploite affame «assassine» impudiquement son propre peuple/ce qui porte caution à l’essence même du néo colonialisme et son maintien sinon sa promotion indéfectible en Afrique/le rapport au pouvoir tient à la philosophie en arrière-plan à la conception du jeu d’inter relation et inter action des diverses composantes/l’accaparement clanique de la gouvernance politique propre à l’Afrique/corrompt le mécanisme de production de la nation induisant la violence économique/tous les segments de production de la nation sont à de multiples vitesses/quant au libéralisme en pays nègre je le qualifie depuis 2000 de libertinage économique/la mise à l’endroit passe par un seul programme radical/la rupture anthropologique par un réaménagement mental radical/la désinfection des cœurs quant à la carence de l’amour de soi et de la fierté nationale/la mobilisation des esprits par l’intelligence, les connaissances adéquates en lieu et place de la ruse et la fourberie/un impératif pour des avancées notamment en infrastructures humaines/la promotion de toute stratégie sous dictée de l’Occident/tant sécuritaire, culturelle que pour l’émergence des marchés n’est que leurre/l’émergence par soi-même par ces propres mécanismes à orientations endogènes/est possible mais non souhaitée par l’Occident pour perte de marchés/Tulsa  USA 1921 présente l’exemple patent de refus de toute émergence économique, financière, sociale du monde noir/le mot d’ordre : mon «oser l’Afrique»/l’heure a sonné le chamboulement sinon l’embrasement du monde est en gestation/

        Hé bonhomme exister sans vivre n'est pas la voie/faut voir comment crève à petit feu/de la modernité bien troquée il y a belle lurette/des vies par milliers au pas de nos portes closes à toute communication/la communion déjà défunte sous le poids du matérialisme/le verbe prostitué à suffisance/verrouillant l’esprit juvénile pas que d’ailleurs/emportant l'âme de nos quartiers/nos villes puis des états/eh il faut pas se leurrer bonhomme/la gonzesse là-bas au loin elle est déjà déçue de sa jeunesse/le papy désespéré d’une retraite frappée de ce je qualifie l’ingratitude nationale/tout comme toi guerrier aux mains nues/face aux prédateurs de tout ordre remontés contre la souveraineté nationale l’équité/cash je dis ! ils sont sans état d'âme/pas une once d'humanité ni un atome de regret/leur cœur bat du béton armé autant que pourra la terre matricielle doit saigner/avec la complicité des nègres frelaté/signe du manque de confiance de sérénité, l’éthique en faillite/le cirque du rire cassé se déroule tranquille/à des fins de milliards fétichisés à leur crédit/faut mettre tout le monde sous perfusion mondialiste/le credo de « L’Ordre formalisant du désordre/sinon du chaos qui s’étend sur des espaces/Oui, l’Ordre du Matérialisme Commandeur » /eh ! sais-tu que la recomposition au menu politique du mondialisme/l’ordre du « grand » jour est non négociable/le credo de l’uniformalisation de la production des nations/c’est la mise en sourdine lente des états/au motif de régler le monde à la pendule de l’histoire déjà écrite/ah qu’il a bon dos l’exigence issue de la crise pandémique mondialisée/les libertés ils s’y assoient insouciants comme sur un chameau dans une échappée sans frontière/c’est à chacun sa rancœur de régnant en échec de solution immédiate pour soumission absolue/qui brime le «bonheur» le vénéré social et l’honorable liberté de penser/bonhomme réveille-toi grouille-toi/pas pour nous autres mais la jeunesse en désespérance/il y a que c’est l’injustice qui est justement validée à bon escient sous les tropiques/la pudeur la loyauté l’éthique au placard/car inappropriés dans la dispute des enjeux majeurs/v’là le nouveau impôt qui consiste à payer de sa personne gratuitement pour être in/ha! ha ! ha ! il urge d’intégrer la marche bancale du monde dans la façon de penser/le fake news l’embrasement du monde! c’est parti pour/l’anormalité revient au goût du jour/les brigands poliment dits explorateurs/reprennent du service en mode virtuel/depuis une pseudo coopération cryptée bunkerisée/les gouvernements offshore prolifèrent sur le continent/l’Europe principalement ayant pour seule dialectique le rapport de force /« Tuer ou être tué » l’état de nature est de retour en le véhicule du néo libéral/pour composer par décomposition à volonté des territoires exotiques/ha ! qu’en dit long « La légende des siècles » n’est-ce pas Hugo/avec pour champ d’expansion de l’Afrique à l’Amérique/de l’Asie de l’Ouest à l’Océanie/alors qu’en Occident chaque état veille scrupuleusement au statut quo de sa configuration issue de cette approche/en Afrique, Amérique latine, l’Asie de l’Ouest… terrain de jeu des aménagistes planétaires/la règle de reconfiguration est y est déjà réintroduite sans appel/par ces temps de récession l’Occident démuni en total affaiblissement de pouvoir est à l’assaut/mec vois-tu le terrain est miné qu’il n’y parait/lève-toi et bats-toi d’un mental ancestral plus le choix/mourir n’est que vivre pour ton pays/qui se relèvera par la signature de ton sang/le sang des héros dans tes veines/« Guet Up Stand Up » t’enseigne Marley/la lutte ne sera pas vaine/faut bien des gens pour reconstruire/ici ou ailleurs hélas l'état n'est plus puissant en cette nouvelle ère/l’internationalisation du capitalisme fait son chemin/des mains sans visage sur la manette pire que la gâchette/savent où nous mener sans mot dire/hé laisse-moi dire les maux m a u x... m a u x... m a u x.../à épuiser tous les mots/ne te trompes pas de chemins des voies/voix manipulatoires prolifèrent/si tu y es déjà rentre de tes illusions/de ton inculture abyssale/le pire des ennemis qui s'infiltre en toi/par corruption politico socio culturelle/avec tantôt la fumeuse théorie de la guerre des civilisations/tantôt la mise en exergue du néo libéralisme/dont les néons happent des gouvernants sous les tropiques/sinon le pseudo compliment endormeur « toi ! tu es gentil, le plus intelligeant, le meilleur de tous pour diriger, tu sais hein !on va faire… »/tout un verbiage de promesses de milliards/qui proviendront plutôt de ce qu’ils t’auront subtilisés/campant les naïfs les incultes nègres frelatés/et la masse d’imbéciles dans de fausses certitudes/hé bonhomme dans un monde où pour vivre libre à défaut d'être des meilleurs moins manipulés/rappelle-toi de Rosa Park, Marcus Garvey, Mandela, Cheikh Anta Diop, Césaire, Sankara, Hugo, Sartre, Fela Ransom Kuti, …/faut être des plus forts par des p'tits pouvoirs du savoir qu’ils ne te livreront jamais/car non vulgarisé hors de portée de la masse connectée/au bidule du virtuel brouilleur de la réalité/au enfumant discours neutralisant par overdose la survenue de pandémies/des attaques à haut risque de djihadistes aux portes du pays/djihadistes ? une fabrique occidentale de la terreur gratuite/rien qu’un alibi à visée néo colonialiste/n’est-ce pas la pure arnaque du siècle dernier en expansion/te laissant subtiliser les centres névralgiques/le ministère des Affaires étrangères puis par glissement fonctionnel main mise sur les ministères des Armées, de l’Intérieur, de la Justice voire la présidence en co pilotage/la sécurité-sûreté tu la crois garantie/qui les confie à un pays étranger perd la tienne/rien d’autre que l’abandon de souveraineté/eh ! « le petit cadeau va là où il espère le grand cadeau »  ah ! ah ! ah!/la gonzesse frappée de crédulité doublée de cupidité est passée par là/c’est tout niqué trop bon trop con/hé le mec croit avoir pris du galon mérité/coopération s’entend entre les lignes opération main basse/par dialectique inverse le col’nel Président du Mali, le Président Malgache Andry Rajoelina, Faustin-Archange Touadéra RCA/tout comme Gamal Nasser, Rawlings, Sankara, hier/ont tout compris du renouveau africain le panafricanisme/question de garder la juste alliance d’égal à égal qui tarde depuis/imbécile Afrique d’extrême pauvreté croupie dans les geôles idéologiques de l’Occident/par goût de soumission contrant ta culture ta vigueur le bravoure des ancêtres/imbécile Afrique de la misère morale à prostituer la parole antique/te soulant d’occidentalité une modernité geôlière promue à l’envi/mais là la fin de cycle d’une relation artificialisée a retenti/sans revanche ni regret le renouveau d’une Afrique africaine est acté/tant pis pour les nègres frelatés/la malhonnêteté intellectuelle dans nos rangs tient à une faiblesse de l’âme/certains seraient même frappés de ce que j’appelle la mécréance intellectuelle/manque additionnel de courage en la défense de l’honneur de la patrie/v’là la faillite du désir de soi en l’amour pour son peuple bafoué/imbécile Afrique des adeptes de la contrebande politique /imbécile Afrique de ne pas promouvoir la parole de Lumumba, Nkrumah, Gamal Nasser, Cheikh Anta Diop, Sankara, Aimé Césaire…

       Imbécile chemin emprunté sous diktat de l’étranger aux concepts fumeux/imbécile Afrique de nègre-sse-s frelaté-e-s des plus agé-e-s aux adolescents collaborer avec l’ennemi/des pions on ne peut plus au rabais pour la chasse à l’homme  d’intègres Africains/défenseurs de ces mêmes criminels frappés de misère morale d’a-patriotisme/imbécile Afrique d’un embrigadement sauvage offrant l’opportunité d’une neutralisation sinon déstabilisation du monde noir/imbécile Afrique de la désunion endémique par masturbation de l’ego/la sempiternelle querelle à l’interne frein à toute souveraineté politique sociale culturelle/imbécile Afrique de ne quasi penser que le hard, la consommation tant privée que publique, la fonction comme gadget/et ces « urbains » bien perchés dans de brousses de béton sans chemins emménagés aux normes/les abord des bâtis laissés à l’état déconstruit du terrain initial/et de promouvoir les villes connectées en fait une des lentes voies d’ensevelissement de l’humanité par dépossession de soi/voies plus immédiates en pays de pauvreté d’analphabétisme des solidarités exsangues et d’indiscipline notoire/s’ajoute la jalousie généralisée qui macère jusqu’à la rancœur puis la terreur/sur fond de dispute des pouvoirs politique économique social gage de réunir les pseudo critères de modernité/v’là des alphabétisés ou non de vouloir coûte que coûte ressembler «aux messieurs de la ville aux messieurs comme il faut»  guindés/versés dans la course artificielle à l’armement matérialo-financier portant caution à la chosification de la gente féminine/elle d’ébène de peau aux cheveux crépu d’un charme nature/voilà l’Africaine rouge affadi de peau argumenté de très longs cheveux frisés/barrés d’un sourire mécanique d’auto satisfaction/déclenché à la manivelle «du « souffrir de soi»/entre nuance et différence le gouffre est large/femme ! à défaut de carburer nature -mon terme consacré- la nuance t’irait mieux pour la sauvegarde de l’éclat qui emballe/véhicule un regard rassurant une parole de paix un sourire nature/souffle de cette Afrique africaine où «la place d’une femme est dans la lutte» /femme plurielle commence par cela/libère-toi des ténèbres d’une illusion rongeuse/en ces temps de chamboulement mondial où seul prévaut le langage de l’épée/femme noire reprends-toi arrache-toi de l’artificialité pour éclairer le chemin de tes enfants/reprends toi pour semer la grandeur d’une Afrique en enlisement culturel et spirituel/«l’impérialisme culturel est la vis de sécurité de l’impérialisme économique » avise C. A. Diop/ femme ! toi mère de tous sais-tu que « Les nègres, … n’ont que trop travaillé./Pourquoi faut-il de plus apprendre dans des livres/Qui nous parlent de choses qui ne sont point d’ici ? » /et de poursuivre sans équivoque par la sentence «mais  moi je ne veux pas être ces messieurs de la ville»/sur fond de rythme battant du cœur révolutionnaire des Antilles Amériques Afriques/et leur jeunesse en souffrance du colon nègre et son maître/réclame la déconnexion implore «Seigneur, je ne veux plus aller à leur école,/Faites, je vous en prie, que je n’y aille plus » 

           Eh mec bouge-toi le c*l pour toujours être au combat jamais se plaindre/apte aux sacrifices par la plume le verbe l’action intelligente/la contradiction doit rester de mise/faut « déprostituer la langue » dit le poète ami/ reste donc debout du haut de la conviction d’être utile pas pour toi/mourir vrai c’est au champ de bataille des idées voire le corps à corps/sais-tu qu’il est des morts qui sont fêtées parce que/honorablement inscrites déjà dans le registre de martyr/des morts qui scintillent d’une victoire lumineuse face à l’ennemi/«Personne ne peut mourir en paix s’il n’a pas fait tout ce qu’il faut pour que les autres vivent -Albert Camus»/sinon casse-toi ! décampe ! barre-toi ! ah va nicher/ne sais-tu pas que toutes les manipulations sont permises/et en permanence distillées dans l’air dans ta vue et tes oreilles/mec ! le pauvre n'a qu’à se tenir soumis/au diktat des prédateurs et leurs séides/là-bas ici ou ailleurs nulle part peut-être après le déluge que sais-je ? toi non plus/le devenir des nouvelles générations en hypothèque quasi définitive/la dignité n’est plus, l’humilité défunte depuis belle lurette/les oiseaux migrateurs le long des parcours dénoncent l’air d’un monde en bifurcation dangereuse/le temps est morose encombré de nuisances les roses tout comme le sorgo le blé ont flanché/l’air lugubre et même houleux/la terre en dérive lente et sûre les cours d’eau en surchauffe livrent le message d’alerte/les politiques boiteuses voire hideusement inhumaines/au relent de fanatisme sous le poids d’un ego sur-artificialisé/tant il ne croient pas la posture jouée mais doit semer le doute sinon faire soumettre la populace/faut mentir encore mentir impudiquement/faire diversion pour museler mettre en troupeau de suiveurs des masses plus importantes/et aboyer encore plus fort à répétition par peur de laisser croire le contraire/mais voilà que le ciel témoin millénaires des sarcasmes/des barbaries humaines et saccage de la nature/rentre en ricanement des supposés puissants/qui livrent leurs puissantes faiblesses/longtemps vernies solennellement au journal télévisé/que de tromperies  par images/en fait que de la com toute cette modernité supposée rendre heureux/tout c’là vérifié sous peu par les imbéciles, incultes/suiveurs patentés sous overdose de la médiocrité/du crétinisme achevé/il risque d’être trop tard si l’équilibre ne s’opère par tri méritocratique. 

Seydou Beye

beyeimpact.art@gmail.com

[1]Théorisée par Samir Amin.

[1]Approche d’analyse transactionnelle Eric Berne.

[1]« Fauteuil envoûtant » in Les brisures de soleil, Recueil Poésie, Seydou Beye L’Harmattan -1998.

[1] Oklahoma États-Unis à Tulsa le quartier de Greenwood connut un massacre de masse du 30 mai au 1 er juin 1921. Une foule d’Américains blancs massacre la communauté noire et brûlent leurs maisons et entreprises.

[1]« Les mots du silence » in Les brisures de soleil, Recueil Poésie, Seydou Beye L’Harmattan -1998.

[1]Adage russe

[1]« L’intégration alibi une guillotine sociale - Réplique pour une sociéthique.» Essai, S. Beye Ed. L’harmattan, 2009.

[1]La cabale avec fort très embrigadement de nègres frelatés contre l’homme noir intègre panafricaniste.

[1]Prière d’un petit enfant nègre pp. 86-87 in Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache – de la langue française ; L. S. Senghor / PUF 1992

[1]Assata Shakur militante Afro américaine en asile à Cuba

[1]Prière d’un petit enfant nègre pp. 86-87 in Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache – de la langue française ; L. S. Senghor / PUF 1992. 

[1]Ibidem

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra