Lettre à François Hollande au sujet de la Grèce.

Président, tu portes une lourde responsabilité.

 

La Grèce prouve à la face de l'Europe et du Monde que l'on peut résister et essayer de « renégocier les traités européens ».

Elle essaie, mais elle n'a pas la puissance de la France. Elle n'a pas non plus son aide, sinon factice.

Elle essaie malgré tout, et ce faisant elle prouve ta duplicité, toi qui n'as pas essayé une seconde de le faire, après l'avoir promis pour être élu. Boutiquier.

Aujourd'hui, tu fais semblant, tu continues de faire semblant. Semblant d'aider un peu la Grèce alors que sa réussite, même partielle, même minuscule, prouverait ton échec et ta duplicité. Tu oublies que le simple fait qu'elle essaie y suffit. « Good cop » de pacotille.

Les Grecs sont moins bien traités que ton chien, que tu en aies un ou non, c'est tout de même vrai. Et c'est grâce à toi. Grâce à toi qui ne fais rien contre l'inhumanité en marche.

La folie libérale emportera tout. Regarde: on vient de voler des stocks d'armes à l'armée qui n'a plus les moyens de les garder, et tout est à l'avenant: santé, éducation, justice... Pendant ce temps, d'autres accumulent les richesses et se rassurent de leur misère morale en jouissant de la misère matérielle qu'ils infligent à d'autres. T'en a des miettes, dis, ils t'en laissent? Triste sire sans reliefs.

 

Je n'aimerais pas rester dans l'Histoire sous ton nom, sauf si tu entres dès aujourd'hui, dès cette seconde, en Courage. Mais je ne rêve pas.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.