Démocratie, fin. Ou : Valls en « situation inédite ».

On pouvait encore douter, tergiverser, espérer, louvoyer, biaiser, barguigner, finasser. Voire se tâter.

Dire : c'est l'Europe qui est fondamentalement a-démocratique ! Antidémocratique ! Tyrannique! C'est là-bas, à Bruxelles, ou à Berlin, qu'on nous chie –et copieusement- sur la tête !

Aujourd'hui, les masques tombent tout à fait, et il s'avère -sans conteste- que les tyrans sont plus proches de nous que ne le supputaient les plus optimistes... Et il me tarde de voir comment, avec quelles improbables contorsions, quelle mauvaise foi bien élevée, quelle langue de bois polie par les années de grandes écoles et une bonne éducation, les soutiens du PS vont faire pour défendre le premier ministre.

Manuel Valls a en effet déclaré ce matin, à la suite du vote de la CGT qui rejette le projet d'accord sur la fonction publique (PPCR) qu'à « situation inédite » (presque "d'urgence", pourrait-on entendre là...) devait correspondre une « décision exceptionnelle ». Et affirmant doctement que 49 % (score des signataires du texte) n'était pas 50 % (la majorité nécessaire), ce qui est mathématiquement tou à fait exact, il a expliqué tout aussi doctement qu'il était nécessaire que la loi soit tout de même adoptée, ce qui est, dans le cadre démocratique, une hérésie.

 

Voici donc que s'affiche, devant nos yeux même pas ébahis, la négation absolue d'un principe démocratique majeur, au nom d'une « situation inédite » que notre premier ministre aux machoires si volontairemnt carrées se garde bien de définir. Il a perdu des cheveux ? Il a trouvé un migrant syrien sur son trottoir ? Ou la soupe était inexplicablement froide ?

 

On imagine le gag répété pour la prochaine présidentielle.



Passera? Passera pas? A nous de nous mobiliser!

Un fait demeure: la tentation de balancer par-dessus bord ce qui reste de l'encombrant cadavre de la "démocratie" est installée au sommet du pouvoir.

 

Amédée ou Comment s'en débarasser © Ionesco / Compagnie Studio 24 Amédée ou Comment s'en débarasser © Ionesco / Compagnie Studio 24

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.